1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Manager les Y : les cinq commandements

Manager les Y : les cinq commandements

manager-les-y--les-cinq-commandements

Sylvie Laidet

Ils ne travaillent pas comme vous, ils ne parlent pas comme vous, ils ne pensent pas comme vous, ils zappent en permanence d'un dossier à un autre... Les martiens seraient-ils parmi vous ? Non, vous êtes tout simplement entourer de collaborateurs issus de la génération Y. Voici cinq commandements de base pour vous aider à les diriger.

1. De flexibilité, tu feras preuve

impossible de demander à un Y de se plier à des règles sans lui en avoir expliqué les tenants et les aboutissants. Inutile par exemple de pester contre un Y qui envoie des SMS perso durant la journée, qui réservent son prochain voyage sur internet ou qui « skype » avec ses copains américains. « A partir du moment où ces agissements ne mettent pas en péril le business de l'entreprise, le manager doit faire preuve d'une certaine flexibilité », insiste Jocelyn Rémy, directeur de Seyes Consulting et associé de www.generationy20.com. Idem pour leur tenue vestimentaire, peu importe qu'ils portent des jeans ou des piercings si cela n'a pas d'impact négatif sur les clients.

2. De la verticalité, tu t'affranchiras

Le Y fait fi de tous les grades et autres titres. « Pour lui, le manager n'est ni un chef ni une autorité, mais un support et un facilitateur de business », certifie Alexandre Le Helley, consultant formateur chez ITC. Inutile de lui imposer des strates hiérarchiques, le « Y-er » aime le travail en mode projet, où tous les services de l'entreprise se retrouvent pour avancer ensemble sur un dossier. « Le manager doit travailler avec eux, pas au dessus d'eux », renchérit Jocelyn Rémy. Pour eux, peu importe votre titre, pourvu que vous soyez compétent et crédible. Votre savoir-faire leur importe autant que votre savoir-être. Donc exit l'autoritarisme !

3. Dans la minute, tu leur répondras.

L'un des 4 piliers de la génération Y est l'impatience. Biberonnés à Google, ces jeunes Y sont à quelques clics de milliards d'informations, alors ils attendent souvent de leur manager la même réactivité que le Net. Pour eux les mails appartiennent déjà au passé. C'est en temps réel, par chat, messagerie instantanée et autres Skype qu'ils communiquent. Sans céder à leur pression, mettez-vous en mode « live » tout en modérant leur impatience. Une réponse de vive voix au détour d'un couloir fera aussi bien l'affaire. De même, devancez l'entretien annuel d'évaluation. « Un bilan d'étape par trimestre permet de faire un point sur les engagements respectifs. Les Y se projettent à court terme », souligne Daniel Ollivier, directeur associé de Thera Conseil-Groupe Efficea, co-auteur du livre Génération Y, mode d'emploi.

4. Des missions passionnantes, tu leur offriras

« Dites-moi pourquoi je devrais venir dans votre entreprise et pas ailleurs », voilà résumée la devise des Y. « Contrairement aux idées reçues, ils ne recherchent pas la facilité mais des postes à forte valeur ajoutée. Des boulots qui ont un sens et qui participent à leur développement personnel. Ils sont en quête permanence de connaissance et d'apprentissage », souligne Alexandre Le Helley. A vous de leur fixer des objectifs clairs et précis, de leur expliquer leur rôle et leur place dans l'organisation. En revanche, pas question de les tenir par la main jusqu'au bout. Les Y sont beaucoup plus autonomes que leurs aînés. A vous de déléguer et d'accepter une prise de risque mesurée.

5. Leur boulot, tu reconnaîtras

Attention, on ne badine pas avec la reconnaissance du travail des Y. « Un bon manager félicite ses équipes sinon ce n'est pas un bon manager » avertit d'emblée Alexandre le Helley du cabinet ITC. Au même titre que la formation et la rémunération, la reconnaissance est un droit inaliénable selon les Y. Pour cela, rien de tel que de leur accorder un jour « off ». De quoi satisfaire leur équilibre professionnel, familial et social.

 

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Leblogdelasemio

02/02/2011

à 09:31

Bonjour,
Nous sommes trois jeunes diplômés entrés dans le monde du travail il y a quelques années (2 ans) et nous avons décidé d'en parler. Nous cherchons a recueillir des données quantitatives. Cela prend 5 minutes pour répondre à notre questionnaire. Des désillusions, insomnies, chômage ou au contraire, la belle vie ? Voici le lien : http://pink.cawi.fr/cgi-bin/cawi/Q/elom/elom.pl

> Répondre

Ravier

07/01/2011

à 10:08

Ces 5 commandements me laissent dubitatif. Je crains que les futurs cadres qui lisent cet article puissent se faire une fausse idée de l'entreprise. Génération Y ou pas certains codes perdurent et je ne vois pas pourquoi on répondrait dans la minute à un jeune cadre à moins que le sujet soit de la plus haute importance.
Certes le monde change mais ce processus n'a-t-il pas toujours existé ? L'évolution est peut être plus marquée lors des dernières années, je le concède.
Pour info j'ai 30 ans donc je ne suis pas encore un dinosaure et je compte bien rester dans le coup pendant encore quelques années !

> Répondre

REBORA

11/05/2009

à 21:58

11/5/09
Chère Madame LAIDET,
Qu'est ce que c'est que cette fausse segmentation à la noix que vous nous avez encore trouvée ? Etes-vous prête à laisser écrire que les générations précédentes étaient moins impatientes ? Encore du journalisme racoleur, dans un site où nous sommes à la recherche d'informations en mesure de nous aider dans notre recherche d'emploi. N'imaginez vous pas que la génération qui a lancé la locomotive à vapeur, le téléphone et la production d'électricité - tout ça entre 1890 et 1910 - était également le fruit d'une génération "exigeante, pressée, qui était plus autonome que la précédente, etc..." relisez vous. Il n'y a pas, n'y aura jamais de génération supérieure ou inférieure. Cette manière de différencier est facile. Elle renvoie à nos propres interrogations. Les interrogations restent et tant mieux.Ces jeunes gens dont vous nous expliquez ce qui les différencieraient avancent dans un monde qu'ils ne connaissent pas et utilisent des outils à leur disposition pour essayer de façonner des réponses.Vous et moi et d'autres avant nous ont fait de même. Les enfants et petits enfants de ceux dont vous nous parlez, feront, souhaitons le de même, si les erreurs accumulées depuis le début de l'industrialisation ne les mènent pas à leur fin.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte