Méthode RACI : le plus court chemin pour bien gérer vos projets

Publié le 6 mai 2013 Mis à jour le 28 mars 2020 Mathilde Hardy

Lancer un nouveau partenariat, organiser la campagne de pub d’un client… Quels que soient votre mission et les projets, grands ou confidentiels, que vous avez à mener, vous avez certainement besoin du RACI. C’est quoi ? La méthode phare de gestion de projet qui nous vient des États-Unis : avec elle, fini les deadlines non tenues, les responsabilités mal définies, les collaborateurs qu’on oublie de mettre dans la boucle. Le RACI, mode d’emploi.
Méthode RACI : le plus court chemin pour bien gérer vos projets
  1. Méthode RACI : définition
  2. Quand avoir recours à la méthode RACI ?
  3. Le RACI : qui fait quoi et quand
  4. Un exemple de RACI

Méthode RACI : définition

La méthode RACI est d’abord un outil de communication (découvrez également 10 outils incontournables pour booster son efficacité au travail). Elle permet de visualiser les rôles de chacun dans un projet et donc de répondre aux questions « Qui fait quoi ? ». Plus précisément, une fois un projet préalablement défini, la méthode RACI (Responsible, Accountable, Consulted, Informed) consiste en l’élaboration d’un tableau ou d’une grille, dans laquelle est clairement indiqué qui fait quoi dans le projet donné. Cela permet d’éviter toute redondance de rôles, toute perte de temps et de définir clairement chaque responsabilité selon différents niveaux définis par le nom de la méthode lui-même. RACI est en effet un acronyme qui signifie, en anglais et dans sa signification française : Responsible pour « réalisateurs » ; Accountable pour « autorités » ou « responsables » ; Consulted pour « consultés » ; Informed pour « informés ». Il suffit de suivre le rébus pour lister les collaborateurs qui interviendront sur le projet en fonction de leur rôle.

Bon à savoir : une variante de la méthode RACI est la RASCI. Dans cette deuxième méthode, le S correspond au « Support », c’est-à-dire la personne qui vient en soutient pour aider à réaliser la tâche.

Quand avoir recours à la méthode RACI ?

La méthode RACI peut être utilisés sans que la taille du projet rentre en ligne de compte : pour des projets complexes ou non.

Elle permet, en amont, de préciser le rôle de chacun et l’étendue de sa mission (on parle aussi de mapping). Et, pendant le déroulé de l’action, elle renseigne clairement qui veut. Vous l’aurez compris, elle permet à la fois d’éviter les doublons ou les trous de responsabilité, et elle informe en même temps.

En revanche, la méthode RACI ne garantit en rien le succès de l’opération, le respect des délais ou la rentabilité financière.

Le RACI : qui fait quoi et quand

Dans un premier temps, il s’agit de définir toutes les tâches, actions ou activités du processus ou projet qui seront listées verticalement dans la grille. Ensuite, horizontalement, apparaissent toutes les entités ou personnes directement nommées, qui interviennent. Il peut s’agir d’une équipe, d’un service en particulier par exemple, mais le plus efficace est bien sûr d’identifier au plus vite la personne clé.

Ensuite la définition de chaque lettre entre en jeu et vient s’atteler à une activité et une entité. Ainsi, le R réalise l’action. C’est l’entité responsable de l’exécution du projet (Responsible). Sans cette entité, il n’y a pas de réalisation d’une ou plusieurs tâches, c’est donc un élément essentiel du RACI. Pour chaque tâche énoncée, il faut que quelqu’un l’ait nécessairement approuvée (Accountable). L’équipe ou la personne nommée est alors l’entité qui doit rendre des comptes, qui a le plus de responsabilités. Pour chaque tâche ou action, dans l’idéal, il n’y a qu’un seul A. Certaines personnes peuvent être uniquement consultées, elles donnent un simple avis sur l’action en question (Consulted). Il peut ne pas y avoir de C. Le dernier groupe de collaborateurs, « informed », sont ceux qui n’interviendront pas mais doivent être simplement tenus au courant des avancées du projet.

Pour déterminer le rôle de chacun dans le projet, il est nécessaire de se poser les questions suivantes :

  • R : Qui est chargé de mener à bien le projet ?
  • A : Qui valide ?
  • C : Qui peut aider, apporter son expertise ou son avis ?
  • I : Qui doit être tenu informé de l’avancée du projet ?

À noter : bien évidement, une personne peut se voir attribuer plusieurs rôles avec la méthode RACI.

Un exemple de RACI

La méthode RACI permet une grande clarté d’exécution. Démonstration :

 

Entité 1 (personne ou équipe)

Entité 2 (personne ou équipe)

Entité 3 (personne ou équipe)

Entité 4 (personne ou équipe)

Entité 5 (personne ou équipe)

Tâche A

A

R

R

I

C

Tâche B

I

R

C

A

I

Tâche C

A/R

I

I

C

I

Tâche D

A/R

I

I

R

R

Tâche E

I

I

A/R

I

I

Tâche F

C

I

R

A

I

Tâche G

I

I

R

R

A

* A = Accountable ; R = Responsible ; C = Consulted ; I = Informed

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Diplômée avocat, Mathilde Hardy est ensuite formée à l’édition et à la production de contenus print et web pour différents Médias. Elle rédige des articles pour Cadremploi afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves, mais informe aussi les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :