Prêt à faire vos bagages ?

Publié le 15 février 2007 Sylvia Di Pasquale

Pas question de quitter son emploi actuel sans prendre le temps de la réflexion... Rester, partir, se réorienter ? Road book pour se poser les bonnes questions.

Le moral des cadres est au beau fixe, et les embauches devraient atteindre cette année le chiffre de 220 000 selon l'Association pour l'emploi des cadres. De quoi pousser les plus sédentaires à la bougeotte. Pour autant, il est inutile de changer d'emploi pour le seul plaisir de la nouveauté, en perdant au passage les acquis de l'expérience accumulée. La décision de changer d'entreprise, voire de métier, doit être réfléchie. Il est indispensable de peser les raisons qui poussent à la mobilité, et celles qui la freinent.

 

 

Des coachs « mobilité » pour trancher

Ils peuvent être personnels ou relever d'une stratégie de carrière, mais tous ces motifs doivent être soigneusement évalués. Un exercice si difficile que de plus en plus de cadres font appel à des coachs « mobilité » pour les aider dans cette phase de repositionnement. Des imprésarios de l'emploi qui les aiguillonnent, et facilitent la prise de décision. Mais qui permettent aussi à leur « coaché » de déterminer la bonne direction à prendre.
Ces mobilités sont aussi multiples que les personnalités des cadres. Certains veulent changer pour gagner plus, même si ce n'est qu'un calcul à court terme, alors que d'autres sont prêts à sacrifier une partie de leur salaire, pour une passion, de meilleures conditions de travail ou de vie. Autant de bonnes raisons de changer et d'obstacles pour réussir son changement.

Se préparer au grand saut

Car, au-delà de la bonne décision et de l'identification de l'objectif à atteindre, il faut mettre en œuvre les bons moyens pour y parvenir. Le CV de ce moment charnière d'une carrière doit refléter cet état d'esprit, comme la lettre de motivation qui l'accompagne. Après ? Il faudra convaincre en entretien et se jeter dans le grand bain du changement, avec le petit pincement qui l'accompagne forcément.
Il s'agit d'un pari sur l'avenir, quelles que soient les précautions prises, même si, aujourd'hui, des assurances garantissent la période d'essai et évitent à ceux qui ne restent pas après ce laps de temps de se retrouver sans émoluments. Autant de garde-fous qui minimisent le risque du changement et doivent inciter tous ceux qui en ont le goût, la volonté ou la nécessité, de se lancer.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :