Procrastination efficace au travail, c’est possible !

Publié le 25 mars 2019 Fleur Chrétien

La procrastination consiste à remettre les choses à faire au lendemain. Si vous vous reconnaissez dans cette définition, sachez qu’il existe des solutions pour la tourner à votre avantage et mettre à profit dans votre travail vos moments d’évasion. Avec Cadremploi, zoom sur les situations qui parviennent à faire rimer procrastination et efficacité professionnelle.
Procrastination efficace au travail, c’est possible !

Selon une étude d’OpinionWay sortie en mars 2018, 72 % des actifs et des étudiants estiment procrastiner au travail pour une moyenne de 1 h 54 par jour. La procrastination est souvent associée à un manque de productivité, qui s’explique par cette fâcheuse habitude de tout remettre au lendemain. Manque de motivation, de méthode, de sens ou travail aux contours flous : les raisons de procrastiner peuvent être multiples. Les conséquences, elles, sont souvent néfastes pour l’entreprise : tâches réalisées en dernière minute dans le stress, projets remis en retard et comportant de nombreuses erreurs.

À lire aussi >> Connaissez-vous toutes les astuces pour lutter contre la procrastination ?

Procrastinez pour booster votre efficacité

Il existe parmi les « procrastinateurs » plusieurs catégories, notamment identifiées par le psychologue Neil Fiore. Et il en est une particulièrement favorable à la productivité de l’entreprise : le procrastinateur chanceux.

Vous êtes de ceux qui attendent la dernière minute pour passer à l’action ? Loin de vous bloquer, cette situation vous procure un boost d’adrénaline ? Le résultat obtenu est d’une efficacité redoutable ? Dans ces cas-là, aucune raison de changer votre façon de faire ! Dans votre quotidien professionnel, votre mode de procrastination vous apprend à gérer les urgences grâce à un état de stress positif. En situation de rush, vous êtes l’homme/la femme de la situation. Celui/celle qui saura sortir un projet en temps record, avec un résultat à faire pâlir les plus organisés.

À lire aussi >> 5 conseils pour apprendre à travailler dans l’urgence

Procrastinez pour faire apparaître de nouvelles idées

Si vous ne faites pas partie des procrastinateurs chanceux, sachez qu’il existe des astuces pour mettre à profit ces moments d’évasion de l’esprit. Formulez vos ambitions, définissez par écrit les projets que vous aimeriez réaliser : ainsi, vous orientez votre procrastination vers des sujets qui vous motivent, et qui prendront progressivement forme dans votre tête.

Quand on est dans la gestion du quotidien, le nez dans le guidon, la prise de recul est parfois difficile. La routine s’installe, on agit par habitude… et on perd de vue les objectifs à atteindre. Alors, la procrastination peut avoir du bon… En laissant notre esprit se balader au-delà des frontières fixées, de nouvelles idées apparaissent ; notre vision s’élargit. On ralentit le rythme, on prend du recul, on envisage de nouvelles solutions.

À lire aussi >> Qu’est-ce qui fait perdre du temps tous les jours aux managers ?

Procrastinez pour libérer votre créativité

Indispensable pour faire mûrir une idée, cette démarche est aussi importante dans un projet d’entrepreneuriat que dans le lancement d’une start-up. Pourquoi ? Parce que la bonne idée ne vient pas en une fois ! Après le 1ᵉʳ jet, il faut la faire grandir, la laisser dans un coin avant d’y revenir pour envisager toutes les options possibles.

Procrastiner est alors une formidable occasion de créativité…. Cette créativité si chère aux entreprises, contraintes d’innover pour exister. Alors, procrastiner n’est pas juste toléré : c’est une étape obligatoire pour donner toutes les chances à une bonne idée d’aboutir.

Conseil aux procrastinateurs incorrigibles : si vous parvenez à transformer vos minutes de procrastination en innovations, vous avez tout gagné !

À lire aussi >> Procrastination : 15 conseils pour ne plus se faire avoir

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :