Toutes les raisons sont bonnes pour emmener son chien au bureau

Publié le 29 juin 2010 Céline Chaudeau

Z'avez pas vu Mirza ? Il se balade dans l'open space ! Il n'est plus rare de voir un chien dans un bureau. Pouvoir apaisant, baisse de l'absentéisme... En entreprise, la présence d'un animal de compagnie a bien des avantages. A condition d'avoir l'accord de sa direction et de ses collègues, aucune loi n'interdit d'amener une mascotte au travail. Pourquoi ne pas en profiter ?

Les spécialistes n'en démordent pas : la présence d'un animal familier domestique génèrerait de nombreux effets bénéfiques pour l'entreprise. « La simple contemplation d'un poisson rouge dans un aquarium a déjà un effet positif sur la tension artérielle, s'amuse le vétérinaire Philippe de Wailly, auteur du livre Ces animaux qui nous guérissent (éditions Alphée). Alors dans une entreprise, un chien, lui, est un excellent remède contre l'hypertension et le stress ! » En trente ans de carrière, ce médecin a vu éclore le phénomène tardivement. Et l'encourage vivement, « dans l'intérêt du chien, qui préfèrera toujours rester avec son maître, et du salarié, qui y gagne aussi ». Les meilleurs amis du cadre, selon lui ? Yorkshires, shi tsus, westies, chihuahuas, caniches et autres bouledogues français. Une liste non exhaustive. « Même un labrador, plus encombrant, peut apporter beaucoup. Quel que soit le chien, il faut qu'il ait un tempérament sociable qu'on puisse le sortir de temps en temps ».

 

Facteur de bonne ambiance

Julie Tavier, chef de projet dans une société d'édition parisienne, promène la même certitude. Et un adorable cocker, accessoirement, qu'elle emmène environ une fois par semaine au bureau. Cette amie des bêtes, qui anime le site Starnimo.fr sur son temps libre, reconnaît qu'elle a dû batailler un peu avec son employeur avant d'emmener Eliot au travail. « Finalement il m'a laissé m'en remettre à mes collègues qui ont tout de suite accueilli cette boule de poils avec bienveillance. Quand je travaille, il dort et se fait oublier. Quand il fait une bêtise, c'est un facteur de bonne ambiance. Et quand je le sors à l'heure des pauses cigarettes, il suscite même des échanges avec d'autres salariés de l'entreprise que je ne côtoierais pas naturellement. »

 

Baisse de l'absentéisme

Selon une étude récente, une entreprise américaine sur cinq autorise déjà les chiens au travail. 60 % des lecteurs du magazine Fast Company ont confirmé qu'ils seraient disposés à travailler davantage d'heures s'ils pouvaient emmener leur chien au bureau. Cette latitude diminuerait même les taux d'absentéisme dans l'entreprise.

 

Hausse de la productivité

« Mon chien améliore ma productivité », confirme Martine Verdier, maîtresse d'un yorkshire qui ne la quitte pas. Cette juriste, confinée dans un bureau solitaire, supporte mieux les heures supplémentaires avec son petit compagnon à quatre pattes. Son chien « portable », qui tient dans une élégante besace, l'accompagne chaque jour au bureau, chez ses clients, en déjeuner d'affaires, et même en province. « Un chien procure un pouvoir apaisant dans un open space, résume le vétérinaire Philippe de Wailly. Il est aussi stimulant pour un salarié isolé car il favorise sa concentration. »

 

Ne pas oublier de s'assurer

Reste un détail, pas anodin, à respecter : se couvrir d'une bonne assurance. Z'avez pas vu Mirza ? Attention, car vous restez responsable des éventuels dégâts de votre toutou ! Il peut mordre un collègue, mâcher un câble informatique ou endommager le matériel. Il est donc recommandé de relire les clauses de son assurance, sachant que la plupart des races sont couvertes par la garantie responsabilité civile incluse dans les contrats d'assurance multirisque habitation.

 

Céline Chaudeau
Céline Chaudeau

Vous aimerez aussi :