"Les freins à l'employabilité des cadres"

Antoine Morgaut

C'est le coup de gueule d'Antoine Morgaut. Le CEO Europe et Amérique du Sud du cabinet de recrutement Robert Walters n'est jamais tant remonté que lorsqu'il explique que le mauvais niveau en anglais des cadres Français est un boulet. Pour eux, mais aussi pour lui, qui est chargé de les recruter pour le compte des multinationales.

'Do you speak english ? Yes, I have.' ... Nombreux, trop nombreux, sont les Français qui ne maîtrisent pas l'anglais. Manque d'ouverture vers l'extérieur, sédentarisme, chauvinisme... Les raisons ne manquent pas pour justifier le peu d'intérêt manifesté à l'égard d'une langue qui, pourtant, rythme l'économie mondiale depuis bien longtemps ! Cet état des lieux entraîne des conséquences dramatiques sur l'employabilité des cadres français à l'étranger. Rappelons-le : la France reste le dernier exportateur de compétences. Y remédier passe par une prise de conscience urgente de notre retard par rapport au reste du monde...

Depuis une vingtaine d'années, les compétences des cadres s'harmonisent à l'échelle de la planète : l'informatique a accéléré les modes de communication, et l'internationalisation croissante des entreprises a homogénéisé le management. Aujourd'hui, l'expertise est plus importante que la nationalité. Un ingénieur nucléaire français peut travailler aux USA, au Brésil et au Japon, au même titre qu'un expert comptable ou un informaticien SAP. C'est une grande révolution ! Même le comportement au travail s'est harmonisé : la façon dont on gère une réunion, dont on fait une présentation, dont on manage les équipes, dont on parle à son supérieur... Dans ce contexte où les compétences sont devenues déplaçables, quelles sont les dernières barrières à la mobilité des cadres ?

D'abord, l'attachement géographique. La France vit toujours sur son piédestal : quelle ville est plus agréable à vivre que Paris ? La qualité de vie est exceptionnelle : une culture effervescente, un accès à une multitude d'activités pour un coût réduit, une santé publique imbattable dans le monde... Historiquement, le Français n'a pas ressenti le besoin de quitter son pays.

A cela s'ajoute la mauvaise réputation du Français. Souvent perçu comme arrogant, il est doté d'une intelligence des situations qui l'amène à critiquer, à remettre en question et à challenger. De l'extérieur, il passe pour un empêcheur de tourner en rond, ce qui ne facilite pas son intégration aux autres cultures. Le cercle s'avère vicieux : déprécié, le Français se montre encore plus frileux à s'ouvrir à ces cultures qui le « rejettent », au lieu de montrer à quel point cette supposée arrogance peut être constructive.

Cette difficile adaptation est démultipliée par le fait que le Français est mauvais en langue : il ne fait pas l'effort de parler anglais. Nous sommes l'un des rares pays à continuer à doubler les films (plutôt que mettre des sous-titres) ! Or, la vie économique est en anglais. Il est désormais nécessaire d'être bilingue, surtout pour les jeunes générations. La prise de conscience n'est pas assez forte et la pression n'est pas au rendez-vous. Les séjours en immersion, le niveau éducatif et le rythme appliqué aux cours de langue restent encore trop insuffisants alors que la parfaite maîtrise de l'anglais devrait être une condition de réussite scolaire.

Aujourd'hui, notre pays est le dernier exportateur de compétences. Mieux accepter la nécessité de l'anglais permettrait aux cadres hexagonaux de partir dans des pays comme l'Australie, les Etats-Unis ou Hong Kong, où les débouchés sont bien plus nombreux. Sans compter le fait que cela encouragerait la diffusion de notre culture à l'étranger, et, plus que tout, aurait un effet positif sur le chômage qui touche les jeunes français.

Si la France maîtrisait davantage l'anglais et qu'elle adoptait une attitude plus empathique à l'égard des codes internationaux du travail, notre compétitivité internationale rayonnerait. Et l'économie française en profiterait sûrement.

Antoine Morgaut
Antoine Morgaut

Vous aimerez aussi :