Etude Cadremploi : 43% des cadres sont retournés au travail

Publié le 3 juin 2020 Elodie FRANCO DA CRUZ

Alors que le déconfinement suit son cours, les cadres sont de plus en plus nombreux à s’être rendus sur leur lieu de travail. Sont-ils satisfaits des conditions de retour ? Les cadres jugent-ils nécessaire de retourner physiquement au travail ? Le déconfinement a-t-il eu une influence sur la perception de leur métier ? Comment envisagent-ils la suite ? Cadremploi a mené l’enquête auprès de 1008 cadres.
Etude Cadremploi : 43% des cadres sont retournés au travail
  1. Un retour progressif sur le lieu de travail
  2. Le recours aux mesures de chômage partiel régresse
  3. Des cadres conquis par le télétravail

Un retour progressif sur le lieu de travail

Quelques jours après le début du déconfinement, la cadres reprennent progressivement le travail au sein des locaux de leurs entreprises. 43% déclarent s’être rendus sur leur lieu de travail depuis le 11 mai contre 36% lors de la première semaine du déconfinement. Bien qu’il ait pu générer une certaine appréhension, ce retour physique au travail semble être plutôt bien vécu. 82% des cadres sont satisfaits de la façon dont la reprise est gérée par leurs entreprises. Satisfaction qui s’explique par le fait que les entreprises aient mis en place les moyens nécessaires afin de garantir un retour dans le respect des nouvelles règles sanitaires. En parallèle de cela, bien qu’1 cadre sur 4 se considère plus efficace en télétravail, revenir au sein des locaux s’est avéré être une nécessité (38%) pour le bon déroulement de leurs missions. Enfin, l’adaptabilité reste le maître mot de cette reprise physique du travail puisque 1 cadre sur 3 affirme ne pas avoir de rythme de retour fixe.  

Le recours aux mesures de chômage partiel régresse

Très largement recommandé par le gouvernement, le télétravail demeure la règle pour les cadres qui ne sont pas encore retournés sur leur lieu de travail. Ce mode de travail pourrait d’ailleurs s’installer durablement pour certains, 20% des cadres pensent que leurs entreprises pourraient privilégier le 100% télétravail jusqu’à la rentrée de septembre. Dans le même temps, les entreprises ont déjà débuté la réintégration des cadres jusqu’ici placés en chômage partiel. 9% de cadres bénéficient de ces mesures, mais cette proportion régresse notamment depuis la semaine du 11 mai.  

Des cadres conquis par le télétravail

Si le sujet de l’après 2 juin demeure incertain, plus d’1 entreprise sur 2 n’a pas encore communiqué de plan de retour, les certitudes sur l’usage du télétravail se renforcent. Conquis par ce mode de travail qui s’est imposé comme la norme depuis le 17 mars, 85% des cadres déclarent qu’ils aimeraient le pratiquer plus régulièrement à l’avenir. Les cadres se montrent mesurés concernant le rythme de télétravail, 1 à 2 jours par semaine pour 58%, d’autant que 61% d’entre eux pensent que leurs entreprises ne sont pas prêtes à adopter le télétravail comme principal mode de travail. Plus qu’un changement sur le mode de travail, le recours au télétravail pourrait avoir un impact sur le mode de vie des cadres. Sans surprise après cette période de confinement inattendue, 45% des cadres seraient prêts à déménager à la campagne si leurs entreprises autorisaient plusieurs jours de télétravail par semaine. Au départ simple avantage proposé par les entreprises, le télétravail pourrait à l’avenir se positionner comme principal critère d’épanouissement à la fois professionnel et personnel.

Cela pourrait vous intéresser :
Elodie FRANCO DA CRUZ
Elodie FRANCO DA CRUZ

Responsable des études pour Cadremploi

Vous aimerez aussi :