Faut-il envisager la semaine de 4 jours en entreprise ?

Publié le 9 juin 2020 Mathilde Hardy

Qui n’a jamais rêvé d’avoir une journée pour soi en plein milieu de la semaine, ou de pouvoir partir en week-end le jeudi soir ? La semaine de 4 jours le permet. Adopter ce rythme de travail, c’est avoir foi en l’adage selon lequel la qualité vaut mieux que la quantité. Moins de jours de travail mais plus de productivité pour l’entreprise, voici l’essence même de la semaine de 4 jours encouragée par la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern pour relancer l’économie et préparer le monde d’après. Alors, faut-il envisager la semaine de 4 jours en entreprise ? Éléments de réponse avec Cadremploi.
Semaine de 4 jours
  1. La semaine des 4 jours, qu’est-ce que c’est ?
  2. Comment mettre en place la semaine des 4 jours ?
  3. Est-ce qu'on perd du salaire avec la semaine de 4 jours ?
  4. Est-ce que l'amplitude horaire peut augmenter avec la semaine de 4 jours ?
  5. Quels sont les avantages de la semaine de 4 jours ?
  6. Quels sont les inconvénients de la semaine de 4 jours ?

La semaine des 4 jours, qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, la semaine des 4 jours consiste à travailler 4 jours dans la semaine. À la différence du système actuel, mis en place par la quasi-totalité des entreprises françaises, qui consiste à travailler 5 jours par semaine, la semaine des 4 jours permet de répartir son temps de travail sur 4 jours ouvrés (du lundi au vendredi).

La semaine est donc ventilée de la sorte : 4 jours de travail et 3 jours de repos. Avec ce système, l’entreprise mise sur le fait que la qualité vaut mieux que la quantité d’heures de travail fournies.

Comment mettre en place la semaine des 4 jours ?

La semaine des 4 jours peut être mise en place de deux manières différentes dans l’entreprise :

  • Réduction du temps de travail hebdomadaire : maintien de la rémunération
  • Maintien du temps de travail hebdomadaire/allongement du temps de travail quotidien : maintien de la rémunération

Pour en savoir plus sur la durée légale du temps de travail, vous pouvez consulter notre article Les cadres sont-ils concernés par la durée légale du travail ?

Semaine de 4 jours et réduction du temps de travail hebdomadaire

L’une des options de mise en place de la semaine de 4 jours consiste à diminuer le temps de travail hebdomadaire du salarié.

Exemple : celui qui travaillait 39 heures sur 5 jours, c’est-à-dire 8 heures par jour, ne travaillera plus que 8 heures par jour mais sur 4 jours : soit 32 heures par semaine.

Semaine de 4 jours et maintien du temps de travail hebdomadaire

L’autre option de mise en place de la semaine de 4 jours consiste à augmenter le volume journalier de travail, et donc de fait, à ne pas toucher au temps de travail hebdomadaire.

Exemple : si la règle des 39 heures hebdomadaire est maintenue dans l’entreprise, le salarié devra donc travailler 10 heures par jour.

Semaine de 4 jours et rotation d’absence

Avec la semaine de quatre jours, le salarié est absent un jour ouvré. Quel est le jour d’absence ? En fonction des besoins de l’entreprise, il peut être commun à tous les salariés (par exemple, tout le monde est absent le vendredi), ou au contraire tournant (certains sont absents le vendredi, d’autres le mercredi…).

Est-ce qu'on perd du salaire avec la semaine de 4 jours ?

Non, dans les deux hypothèses de mise en place de la semaine de 4 jours, le maintien du salaire est la règle. La semaine des 4 jours n’entraîne aucune perte de revenu pour le salarié. Elle se distingue, par cet élément, du temps partiel (et du salarié qui demande un 4/5e notamment).

Le pari des entreprises qui ont franchi le cap est le suivant : le temps de travail est réparti différemment mais la productivité est au rendez-vous.

Est-ce que l'amplitude horaire peut augmenter avec la semaine de 4 jours ?

Oui, selon que l’employeur choisisse le maintien ou non du volume de travail hebdomadaire, l’amplitude horaire journalière peut augmenter.

Maintien du volume hebdomadaire habituellement pratiqué dans l’entreprise = augmentation du nombre d’heures de travail chaque jour.

Quels sont les avantages de la semaine de 4 jours ?

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern en est persuadée : pour relancer l’économie et préparer le monde de l’après Coronavirus, la semaine de quatre jours est une piste sérieuse à creuser. Travailler moins, pour gagner autant ? Tour d’horizon des avantages à y « gagner ».

Les avantages de la semaine de 4 jours pour les salariés

Le passage à la semaine de 4 jours demande de revoir son organisation personnelle de travail pour plus d’efficacité : moins de réunions inutiles, moins de temps de pause et de procrastination.

L’amélioration du bien-être au travail est en tête des avantages pour les salariés. Avec 4 jours de travail et 3 jours de repos pour déconnecter, la semaine de 4 jours permet un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle. Après une déconnexion de 3 jours, les salariés reviennent au bureau reposés et avec une meilleure énergie.

Les salariés peuvent aussi gagner des compétences et ainsi ajouter des cordes à leurs arcs. Pour pallier l’absence des collègues, ils doivent être opérationnels et formés sur des tâches pour lesquelles ils ne l’étaient pas avant.

Les avantages de la semaine de 4 jours pour l’entreprise 

L’un des plus gros avantages de la semaine de quatre jours est une meilleure productivité des salariés. Avec 4 jours pour effectuer son travail, plus le temps de procrastiner. Les salariés font moins de pauses, sont plus concentrés sur ce qu’il faut, de fait leur productivité augmente. Lorsque vous travaillez cinq jours, vous pensez avoir plus de temps, donc vous prenez plus de temps.

Quels sont les inconvénients de la semaine de 4 jours ?

Si elle possède des avantages que nous venons de vous dévoiler, la mise en place de la semaine de 4 jours comporte aussi des inconvénients non négligeables. Pour garantir son succès dans l’entreprise, il existe des compromis à accepter.

Les inconvénients de la semaine de quatre jours pour les entreprises

C’est indéniable, la mise en place d’une semaine réduite ajoute une certaine complexité administrative et managériale, si les salariés ne sont pas absents le même jour. Les absences doivent être planifiées et peuvent relever du casse-tête en cas d’imprévu. Les absences de dernières minutes de membres de l’équipe sont un défi pour la répartition du travail sur un nombre réduit de jours.

Les inconvénients de la semaine de quatre jours pour les salariés

Quel est le grand défi qui attend les cadres soumis à la semaine de 4 jours ? Réussir à doser sa charge de travail. Car, si l’employeur accepte que la semaine soit réduite sans diminuer le volume d’heures de travail hebdomadaire, la charge de travail ne diminue pas. Il faut donc réussir à s’organiser et à anticiper plus.

Un autre inconvénient, et de taille, lorsque l’entreprise réduit simplement le nombre de jours travaillés mais non les heures : les salariés voient leur journée de travail rallongée. Ils peuvent être plus susceptibles de craquer lorsque deux heures supplémentaires sont ajoutées à leur journée de travail.

Est-ce à dire que la semaine de 4 jours ne profiterait qu’aux cadres organisés ? Qu’en diriez-vous ? La contrepartie du temps libre « offert » en vaut-elle la peine ? Peu d’entreprises françaises ont osé franchir le pas de la semaine de 4 jours (V. notre article Ces entreprises françaises passées à la semaine de 4 jours payée 5 jours). Le monde « d’après » va-t-il entraîner une modification du schéma de travail ? Affaire à suivre dans les prochains mois.

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Diplômée avocat, Mathilde Hardy est ensuite formée à l’édition et à la production de contenus print et web pour différents Médias. Elle rédige des articles pour Cadremploi afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves, mais informe aussi les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :