Le Coronavirus a-t-il signé la fin de l’open space ?

Publié le 27 mai 2020 Mathilde Hardy

Repenser l’aménagement des espaces de travail. C’est le nouveau défi qui attend les entreprises ces prochains mois. L’épidémie de Coronavirus et le risque accru de transmission dans les espaces clos et habités nécessitent de revoir la configuration du bureau. Est-ce à dire que le Covid-19 a signé l’arrêt de mort de l’open space traditionnel ? L’open space va-t-il devoir se réinventer pour survivre ? Ou au contraire, le champ libre va-t-il être laissé à de nouvelles pratiques Covid-compatibles ? Éléments de réponse avec Cadremploi.
Open space et Coronavirus

Le Coronavirus sonne-t-il la fin de l’open space au profit du travail en remote ?

L’open space est bien connu des cadres français. L’aménagement de bureau a fait sa révolution il y a quelques années, remisant les bureaux fermés au profit d’espaces ouverts où les salariés travaillent les uns à côté des autres. Plus de cloisons entre les collaborateurs, le travail se réalise sur de grands plateaux. Décriés par certains salariés, plébiscités par d’autres, l’open space a toujours fait parler de lui.

Alors, le Coronavirus aura-t-il la peau de l’open space ? Le mauvais point pour lui : dans cette configuration d’espace ouvert, le virus peut facilement circuler. Pour éviter la transmission entre collègues, l’employeur doit mettre en place des mesures de protection collective mais aussi individuelles (le port du masque par exemple). Ces règles sont d’ailleurs consignées dans le protocole national de déconfinement pour les entreprises rédigé par le ministère du Travail. Parmi les mesures de protection collective figure notamment le travail en remote, autrement appelé 100 % télétravail ou full remote.

Temporairement du moins, le Coronavirus a sonné le glas de l’open space. Le Gouvernement préconise à court terme en effet le recours au travail en remote, et le retour physique au travail lorsque cela est nécessaire. Pour le moment, priorité donc au bureau à la maison.

Sur le long terme, les cadres auront-ils pris goût à un espace de travail à domicile ? Au point de ne plus vouloir de l’open space ? Il faut attendre le post Covid-19 pour répondre à ces deux questions. Il est encore trop tôt pour apporter une réponse pérenne. Ce qui est certain, les entreprises qui veulent recruter des talents devront afficher la possibilité de télétravailler dans les offres d’emploi. Démocratisé avec l’ordonnance Macron de 2017 et popularisé avec l’épidémie de Coronavirus, le télétravail s’annonce comme l’une des pratiques incontournables de ces prochaines années. Le travail en remote suivra-t-il cette voie ? Affaire à suivre.

Le flex office, version améliorée de l’open space ?

Non l’open space n’est pas mort. Mais il a évolué ces dernières années. Le flex office est la version aboutie ou améliorée de l’open space, en fonction des croyances de chacun. Le cadre en flex office ne s’est pas vu attribuer un poste de travail précis : il devient un sans bureau fixe. Chaque matin, il prend place sur un bureau libre. Chaque soir, il range ses affaires de bureaux dans un casier. Pour permettre à chaque salarié un peu d’intimité professionnelle, des salles de réunion cloisonnées ont été créés autour des open space.

Couplé avec le télétravail, c’est là qu’il devient intéressant, puisque le présentiel n’est requis que par roulement. Cet aménagement de l’organisation du travail est le compromis trouvé par de plus en plus d’entreprise pour réduire la surface des locaux. Avec une partie des salariés en télétravail, l’entreprise peut dégager des marges financières en redimensionnant leurs espaces. C’est toute la stratégie immobilière qui peut être réétudiée.

Oui, mais l’épidémie de Coronavirus rebat les cartes des pratiques initiées. Le flex office n’est pas propice à une hygiène stricte puisque différents salariés peuvent prendre place sur un même bureau, sur une même semaine. Nouvelles règles sanitaires obligent, si l’entreprise perpétue le flex office, dorénavant, le ménage doit être effectué tous les soirs sur la surface utilisée. Le salarié en flex doit faire place net à la fin de la journée de travail, facilitant la désinfection. Et bien évidemment, il est interdit de changer de poste au cours de la journée.

Coronavirus : open space ou bureaux attitrés ?

Open space ou bureaux attitrés ? 100 % télétravail ou non ? Ce sont les dilemmes auxquels doivent répondre de nombreux employeurs à l’aube d’une nouvelle ère de travail empreinte de restrictions et de réglementations sanitaires. Outre le ménage quotidien sur les bureaux partagés, l’entreprise doit également veiller au respect de la règle des 4m² sans contact pour chaque salarié (V. notre article sur la distanciation physique au bureau). Ce qui est sûr, c’est que l'on peut parler d’un avant et d’un après Coronavirus concernant l’espace de travail.

À quoi vont ressembler les espaces de travail demain ? Des plus petits locaux en flex office couplés avec du télétravail pour les entreprises qui veulent faire des économies de loyers ? Des plus grandes surfaces pour accueillir tous les salariés dans des bureaux attitrés ? Le retour des bureaux fermés et des cloisons ? Mise en place du 100 % télétravail, comme déjà annoncé par l’entreprise Twitter ? Recours à un système hybride alliant télétravail et présence dans les locaux ? Les possibilités sont multiples, restent pour les employeurs à peser les pour et les contre et à faire le choix le plus judicieux pour l’entreprise et ses salariés.

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Après l'obtention du diplôme d'avocat, je me suis tournée vers l’édition et la production de contenus print et web pour différents Médias. Je suis aujourd'hui en charge de la rubrique Conseils du site Cadremploi. À ce titre, je rédige des articles afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves. J'informe également les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :