Le multitasking, ennemi du bien-être au travail ?

Cadremploi

Terminologie issue du monde informatique, le multitasking désigne le fait d’engager simultanément plusieurs missions. Faire du multitasking au bureau, c’est être multitâche au travail. Mais à trop vouloir optimiser notre temps de travail, ne risque-t-on pas de mal faire notre job et d’altérer notre santé ainsi que notre bien-être au travail ? Définition, dangers, enjeux… trois questions autour du multitasking.
Multitasking au travail

Qu’est-ce que le multitasking ?

Pour préciser la définition du multitasking, précisons d’abord la signification décomposée de cet anglicisme. Le préfixe "multi" n’est pas censé vous poser de problème. Le mot anglais "task" signifie "tâche" et la terminaison en "ing" évoque l’action. Il s’agit donc littéralement de faire plusieurs tâches. Nous avons même un mot en français pour cela : multitâche. Dans la vie personnelle, on peut se dire multitâche lorsqu’on prépare un repas tout en s’occupant du linge et des devoirs des enfants par exemple. Mais il est ici question de développer ce concept dans le monde du travail. Et c’est là que la multitâche attitude devient le multitasking. À priori, le fait d’être capable de gérer plusieurs missions en simultanée est plutôt positif. Sauf que…

Quels sont les risques du multitasking ?

Dans le monde du travail, une course ou une compétition est parfois observée entre employés. Il faut paraître dynamique, proactif… Avoir l’air débordé est pour certains un gage de sérieux. Et dans cet état d’esprit, on n’hésite pas à multiplier les tâches : se documenter pendant un échange téléphonique ou répondre à des courriels pendant une réunion par exemple. Cependant, il faut savoir que le cerveau humain n’est pas destiné à pratiquer le multitasking. Autrement dit, si vous pensez être multitâche au travail, ce n’est qu’une illusion. Oui, bien sûr, vous avez réellement rédigé un mail au cours d’un meeting, mais êtes-vous sûr d’avoir intégré pendant ce temps-là ce que l’intervenant expliquait ? Votre courriel répondait-il parfaitement à la demande ? Êtes-vous convaincu d’avoir évité les fautes d’orthographe ? Et avez-vous vraiment gagné du temps ?

 

Disons-le clairement : le multitasking menace la qualité du travail. Pendant que vous lisez le courriel reçu et que vous y répondez, vous entendez certes les intervenants s’exprimer, mais en interrompant votre concentration, vous n’enregistrez pas leurs propos. Les études mettent donc en garde les employés et leurs managers face aux risques du multitasking qui ne montre en outre pas qu’il permette de gagner du temps. Le fait de switcher d’une activité à l’autre est, l’air de rien, assez chronophage quand on le répète plusieurs fois par jour.

 

L’université de Londres s’est penchée sur ce sujet et a révélé que cette pratique n’est pas seulement inutile, mais qu’elle est également néfaste pour notre santé. Savez-vous que fumer du cannabis ou passer une nuit blanche fait chuter votre quotient intellectuel ? Eh bien, être multitâche au travail conduit à des pertes comparables.

 

Travail moins soigné, concentration altérée, perte de temps, baisse des capacités intellectuelles… le tableau du multitasking n’est pas reluisant, mais il ne s’arrête pas là puisque être multitâche impacterait aussi son bien-être au travail. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si les entreprises en open space qui se soucient du bien-être de leurs employés proposent de plus en plus de bulles et petites salles insonorisées. Celles-ci permettent aux salariés qui en expriment le besoin de s’isoler pour mieux se concentrer sur une tâche. Si tendance soit-il, le multitasking semble en réalité inadapté au monde du travail moderne.

Faut-il renoncer au multitasking ?

Au vu du tableau que nous venons de dresser, le multitasking n’est résolument pas une solution managériale à développer au sein des entreprises. Faut-il pour autant totalement y renoncer ? Être multitâche au travail ne peut être valable que si l’une des deux activités n’exige aucune attention particulière. Reprenons notre exemple. L’idéal serait d’essayer de se déconnecter pendant une réunion afin de rester complètement focus sur les échanges qui s’y tiennent, voire d’intervenir à bon escient.

Toutefois, force est de constater que certaines réunions sont, pour une raison ou une autre, totalement dénuées d’intérêt. Votre présence peut être sollicitée pour répondre à des questions à l’issue d’une présentation, mais si vous connaissez dans le moindre détail ladite présentation, lire ses courriels et y répondre pendant celle-ci ne sera pas un souci. Il convient donc d’adapter son comportement à la situation et d’accepter le fait que nous ne soyons pas faits pour traiter plusieurs tâches en même temps. Aussi, le multitasking ne doit pas être une méthode de travail, mais simplement une façon de répondre ponctuellement aux problématiques de son job. Bien souvent, une bonne organisation dans son emploi du temps permet de mieux gérer les multiples missions quotidiennes d’une journée. Vous pouvez par exemple vous accorder quelques minutes en fin de matinée et en fin de journée pour traiter les courriels et autres demandes de vos collaborateurs. In fine, c’est votre bien-être au travail qui en dépend.

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :