Que faire en cas de manque de motivation au travail ?

Cadremploi

Qui n’a jamais eu un coup de mou dans sa vie professionnelle ? Si le manque de motivation au travail n’est parfois que provisoire, il arrive qu’il s’agisse d’une conséquence d’un mal plus profond. Dans tous les cas, le manager doit agir pour remobiliser son personnel pour le bien de l’entreprise. Manifestations, conséquences, causes et solutions… Explorons ensemble le manque de motivation professionnelle.
manque de motivation au travail

Comment se manifeste le manque de motivation professionnelle ?

Le manque de motivation professionnelle n’est pas toujours décelable facilement. En effet, souvent, la personne apathique connaît une lente descente de son état physique et psychologique. Aussi, le changement de comportement n’est pas toujours visible lorsqu’on est quotidiennement au contact d’une personne en souffrance. Certains signes peuvent toutefois permettre d’alerter le manager ou les collaborateurs.

 

Un manque de motivation pour travailler se manifeste par une régression de la prise d’initiative et donc souvent une dépendance accrue aux collègues. La personne démotivée peut demander de l’aide à son manager pour structurer ses activités, alors qu’elle faisait auparavant preuve de plus d’autonomie. Elle peut également se concentrer sur les tâches répétitives et ne pas accepter de nouvelles missions qui susciteraient un investissement plus important. Il faut aussi veiller aux personnes qui s’isolent peu à peu. Certaines adoptent alors un comportement de plus en plus fuyant, évitent la machine à café et préfèrent déjeuner seules. On peut également observer un changement dans la tenue vestimentaire ou la coiffure. Un certain laisser-aller touche parfois les personnes apathiques. Autre indice qui peut laisser penser qu’un collègue est dans un état de souffrance certain : le manque de réactivité émotionnelle. S’il ne réagit pas à l’annonce d’une bonne ou d’une mauvaise nouvelle, c’est que son mal-être est profond.

 

Il faut donc chercher à y remédier, car si les causes ne sont pas nécessairement liées au travail, un peu d’empathie peut être source de motivation pour se relever. En outre, l’entreprise n’a pas intérêt à voir ce type de comportement perdurer. En effet, non seulement la personne est moins productive, mais en plus, ses collègues sont mis à contribution puisqu’ils doivent parfois gérer certains aspects qui ne sont pas censés leur incomber.

Comment identifier les raisons d’un manque de motivation pour travailler ?

Lorsqu’une personne perd peu à peu le sourire, manque d’entrain, se referme sur elle-même, dit subir une grosse fatigue, perd confiance en elle, il peut s’agir d’un manque de motivation professionnelle causé par un burn-out, un bore-out, voire un brown-out. Identifier les causes de ce mal-être est nécessaire pour apporter des solutions aux collaborateurs amenés à vivre ces difficultés. Dans le cas d’un burn-out, la personne s’épuise du fait d’une charge de travail trop intense. Elle peut tomber dans la dépression, provoquant naturellement un manque de motivation au travail. Dans le cas d’un bore-out, c’est la sous-charge de travail qui peut amener le salarié à perdre confiance, à se considérer comme inutile et, in fine, à se désintéresser de son emploi. Dans le cas d’un brown-out, l’employé voit les tâches qu’il accomplit comme absurdes. Cela ne reflète pas nécessairement la réalité, mais il ne saisit pas le sens de son travail. Son investissement professionnel chute alors assez logiquement, et il peut perdre sa motivation, demander une reconversion, voire envisager une démission.

 

Dans tous les cas, une détresse psychologique s’installe, ce qui peut rejaillir sur toute l’équipe et nuire considérablement à la productivité de l’entreprise. Une tension entre les collaborateurs peut alors naître. Le manager peut devoir fixer de nouveaux objectifs pour combler le retard, accentuant ainsi la pression sur les salariés avec le risque d’en entraîner d’autres vers un burn-out. Il est donc indispensable de développer des outils pour briser ce cercle vicieux ou, mieux, d’anticiper pour assurer le bon fonctionnement de l’entreprise et éviter les défaillances du personnel.

Comment aider ses collaborateurs à retrouver de la motivation au travail ?

Certes, le manager n’est pas un psychologue. Cependant, il doit être à l’écoute des employés qu’il dirige. C’est le meilleur moyen d’entretenir une bonne ambiance de travail et de s’assurer de la motivation des salariés. Si le manager observe des signes d’une apathie naissante, il a tout intérêt à s’enquérir des causes de cette perte de motivation. Perte d’un proche, maladie d’un enfant, divorce… Les causes personnelles sont diverses. Le manager ne pourra pas avoir d’influence sur ces problèmes-là, mais il devra tenter de soutenir moralement le salarié concerné et d’accepter que son travail ne soit pas sa priorité absolue. Un manque de motivation peut aussi être observé durant une grossesse. Le salarié en souffrance peut également invoquer des causes d’ordre professionnel. Comme nous l’avons vu, il peut avoir du mal à supporter une charge de travail trop importante, ou des tâches répétitives voire inintéressantes. Des difficultés relationnelles avec d’autres collaborateurs voire avec la hiérarchie sont également à envisager. Dans cette situation, le manager doit pouvoir trouver des solutions pour remotiver son salarié : meilleure répartition des tâches au sein du service, recrutement d’un nouveau collaborateur, création d’un espace détente, organisation d’événements hors du lieu de travail pour souder les collaborateurs…

 

Bref, pour le manager, il s’agit d’inverser cette dynamique. Face à l’apathie d’un salarié, il faut l’inciter à se remettre petit à petit en mouvement. Selon les cas, il sera nécessaire de lui donner plus de responsabilités ou, par exemple, de le féliciter afin de stimuler sa motivation. Il convient de répondre à des attentes que les salariés n’expriment pas toujours clairement. Essayer de lire entre les lignes pour apporter satisfaction dans la mesure du possible permettra de faire un grand pas vers une remobilisation.

Témoignage d'Armelle Riou, coach en orientation professionnelle

Dans ce podcast, Armelle Riou, dirigeante de Mental’O, un réseau de conseillers en orientation (notamment) professionnelle, explique comment elle traite les questionnements par rapport au métier que l'on exerce. A 20, 30, 40 ans, elle aide à être en phase avec nos besoins profonds.

Un licenciement pour manque de motivation est-il envisageable ?

Lorsque la démotivation d’un salarié s’enracine et nuit durablement à l’entreprise, la question du licenciement pour manque de motivation peut se poser. Il est vrai que l’insuffisance professionnelle peut justifier le licenciement d’un salarié. Néanmoins, le manque d’envie peut-il être considéré comme une insuffisance professionnelle ? Au regard de la loi, cela semble peu probable. L’insuffisance se caractérise plus comme une inaptitude ou un manque d’organisation, par exemple, qui porterait préjudice à l’entreprise. L’absence chronique d’ardeur au travail ne peut clairement pas justifier un licenciement. Il a également été jugé que le grief de manque d’initiative ou de dynamisme commercial sans l’appui de faits précis ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement.

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :