Qu'est-ce que le mobbing ?

Publié le 19 mai 2020 Fleur Chrétien

Depuis peu, une nouvelle forme de harcèlement au travail est pointée du doigt : le mobbing. Alors que le sujet est démocratisé au Canada et en Suisse, la France commence à s’y intéresser de près face à des problèmes récurrents de dépressions, d’arrêts maladies et parfois de suicides au sein d’une même entreprise. Et si, au-delà des cas de harcèlements individuels, on assistait à l’émergence d’un harcèlement organisé au niveau collectif ? Ce phénomène a un nom : le mobbing. Concrètement, qu’est-ce que le mobbing ? Quels sont les ressorts et caractéristiques du mobbing ? Cadremploi décrypte pour vous le phénomène sociologique du mobbing au travail.
Qu'est-ce que le mobbing ?
  1. Comment reconnaître le mobbing ?
  2. Par qui s’exerce le mobbing ?
  3. Comment le mobbing se manifeste t'il dans l'entreprise ?
  4. Quelles sont les conséquences du mobbing ?

Comment reconnaître le mobbing ?

Dérivé du verbe anglais to mob, traduit par attaquer ou agresser, la notion de mobbing désigne un phénomène de harcèlement psychologique collectif. Eve Seguin, docteure en sciences politiques et sociales et auteure de Mobbing ou l’extermination concernée d’une cible humaine, définit le mobbing comme pathologie organisationnelle : le mobbing s’exerce de façon directe ou indirecte sur une personne - la cible - d’abord au niveau du groupe de travail, puis ensuite à plus grande échelle au niveau de l’organisation.  

Quelques caractéristiques permettent de distinguer le mobbing des autres typologies de harcèlement :

  • le mobbing relève d’un processus collectif, violent et délibéré
  • aucun élément tangible ne permet de comprendre les ressorts psychologiques individuels des agresseurs et de la victime
  • le mobbing est un phénomène qui dure et se répète dans le temps.  

Ainsi, le mobbing n’est en aucun cas comparable à des conflits ponctuels et individuels.  

Par qui s’exerce le mobbing ?

Les instigateurs de cette forme de harcèlement psychologique collectif se recrutent souvent parmi les supérieurs hiérarchiques du collaborateur. Ceux-ci agissent car ils perçoivent la personne comme une menace pour l’organisation. Objectif de ces managers toxiques : rallier le reste du groupe afin de générer un comportement collectif d’intimidation aboutissant à l’exclusion de la cible.

Aux mobbeurs instigateurs se greffent les mobbeurs suiveurs, qui agissent souvent par crainte des répercussions, et sous la pression du groupe.
Individuellement, ces derniers n’ont généralement pas de raisons objectives de s’en prendre à l’un de leurs collègues.  

Comment le mobbing se manifeste t'il dans l'entreprise ?

Vous avez certainement déjà vécu cette situation au moins une fois dans votre carrière : vous arrivez dans une nouvelle entreprise, et on vous désigne LA personne indésirable. Sans que vous compreniez pourquoi, ce collaborateur n’est pas convié aux réunions, ou s’il l’est, il n’a pas l’autorisation de s’exprimer. Dénigré, moqué, dévalorisé, ce collaborateur bouc-émissaire est tenu pour responsable des échecs et manquements. En tant que nouvelle recrue, on vous conseille d’ailleurs ne pas lui adresser la parole si vous souhaitez être rapidement intégré dans l’entreprise.

Il s’agit là d’un cas typique de mobbing qui repose sur plusieurs leviers : l’agression concernant le travail du collaborateur, l’agression envers la personne elle-même, et l’agression qui peut s’effectuer à différentes échelles.  

Un harcèlement collectif basé sur la remise en cause du travail

Le principe est de remettre en question la qualité du travail et les compétences du collaborateur.

Surveillance systématique, évaluations négatives, surcharge de travail ou missions inadaptées au regard des compétences de la personne, rétention d’informations et évolution de carrière bloquée installent la collaborateur dans un cercle vicieux. Le doute et la perte de confiance apparaissent souvent au rang des conséquences du mobbing orienté sur le travail du collaborateur.

Les instigateurs insistent sur des problèmes de performance, tandis que la victime, ayant perdu toute confiance, se trouve dans l’incapacité de se défendre.  

Quand le mobbing s’attaque à la personne

Accusations, moqueries, humiliations, insinuations et exclusion de la communication au sein du groupe sont les principaux ressorts du mobbing lorsqu’il s’attaque à la personne elle-même.

Atteinte de son intégrité et son estime personnelle, la victime éprouve un mal-être qui peut se manifester par des problèmes de sommeil, des angoisses, des tendances dépressives voire suicidaires.  

Le mobbing : un harcèlement à différentes échelles

À l’initiative d’un petit nombre de personnes, le mobbing se met en place dès lors que la pratique de harcèlement s’étend au groupe. Il s’agit tout d’abord du groupe de travail de la victime. Mais bien souvent, le phénomène de mobbing s’étend à l’ensemble de l’organisation s’il n’est pas enrayé. Ressources humaines et direction de l’entreprise peuvent, à un certain stade, participer à ce harcèlement. Cela se concrétise notamment par des réunions informelles ou convocations officielles de la cible. Celle-ci est présentée comme étant à l’origine du problème, et devient donc persona non grata au sein de l’entreprise.  

Quelles sont les conséquences du mobbing ?

Le mobbing mène à l’exclusion. Le mobbing se manifeste comme un acharnement psychologique de l’ensemble de l’organisation sur un collaborateur. Quand le mobbing ne concerne plus un groupe de travail mais l’ensemble de l’organisation, l’entreprise est en plein déni de la réalité de l’agression et de son niveau de violence. Quant à la victime, elle est généralement en détresse psychologique, incapable d’agir ou de se défendre.

Si rien n’a été fait pour stopper le processus, les instigateurs atteignent en général leur objectif : la personne est exclue de l’entreprise, soit parce qu’elle est congédiée, soit parce qu’elle démissionne. Il est donc fondamental de lutter contre le mobbing.

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :