Qu'est-ce qu'un PCA (Plan de Continuité de l'Activité) ?

Publié le 29 juin 2020 Fleur Chrétien

Avec la crise sanitaire du Covid-19 qui a paralysé l’activité économique à l’échelle mondiale, toutes les entreprises se sont posé la même question : comment s’organiser pour survivre à la crise ? Mise en place du télétravail, organisation du temps partiel, management à distance, mise à disposition de nouveaux outils : face à cette situation inédite, les entreprises ont dû faire preuve d’agilité en un temps record. Pour certaines, de manière improvisée. Pour d’autres, qui avaient déjà envisagé un risque de crise majeure, le déploiement du Plan de Continuité d’Activité (PCA) a permis d’organiser le travail lors de la pandémie. Qu'est-ce qu'un PCA ?, Cadremploi vous détaille tout ce que vous devez savoir sur le Plan de Continuité d’Activité.
Qu'est-ce qu'un PCA (Plan de Continuité de l'Activité) ?

Comment définir un PCA ?

 Le PCA (Plan de Continuité d’Activité), appelé BCP outre-Atlantique (Business Continuity Planning) est un processus permettant d’identifier les menaces potentielles pour une organisation, et de définir les actions à maintenir de façon prioritaire pour continuer d’atteindre ses objectifs et honorer ses obligations.  

Selon la définition donnée par la norme ISO 22301, la gestion de la continuité d’activité constitue un « processus de management holistique qui identifie les menaces potentielles pour une organisation, ainsi que les impacts que ces menaces, si elles se concrétisent, peuvent avoir sur les opérations liées à l’activité de l’organisation, et qui fournit un cadre pour construire la résilience de l’organisation, avec une capacité de réponse efficace préservant les intérêts de ses principales parties prenantes, sa réputation, sa marque et ses activités productrices de valeurs ». 

Concrètement, un Plan de Continuité d’Activité permet donc à une entreprise de préparer l’organisation de son activité en cas de crise. Il peut s’agir de crises internes (incendie, grève, panne informatique) ou de crises externes (crise financière, sanitaire, mouvement social, Covid-19). En l’anticipant, l’entreprise augmente son niveau de résilience et peut ainsi en limiter l’impact.  

Pourquoi mettre en place un PCA ?  

La mise en place d’un Plan de Continuité d’Activité est une obligation légale pour certaines structures, dans les secteurs bancaires, financiers et de la santé par exemple.  

Pour les entreprises qui ne sont pas soumises à cette obligation, le PCA est apparu comme inévitable suite aux crises de ces dernières années. Mouvement social des gilets jaunes, pandémie mondiale du Coronavirus, crise financière de 2008 avec la liquidation de Lehman Brothers : l’environnement dans lequel les entreprises évoluent est de plus en plus instable. Les crises sont nombreuses, brutales et de nature variée. Elles entraînent des conséquences économiques lourdes, dont la cessation d’activité pour de nombreuses entreprises.
La mise en place d’un PCA vise donc à maintenir un minimum d’activité pendant la crise, et à favoriser un retour à la normale rapide en limitant les effets de la crise.
Le Plan de Continuité de l’Activité a des impacts sur :

  • l’activité de l’entreprise ;
  • le fonctionnement de l’organisation ;
  • sa situation financière ;
  • l’image de l’entreprise ;
  • l’implication du dirigeant en terme de RSE.

Comment mettre en place un Plan de Continuité de l’Activité ?

En période de crise et de nécessité de maintien de l’activité, la principale problématique des entreprises est d’assurer la continuité de l’activité malgré une perte de ressources. L’entreprise doit en effet composer avec une perte de revenus, une diminution de ses effectifs, une dimension logistique revue à la baisse.  

Compte tenu des multiples aspects - et conséquences - que peut revêtir une crise, le PCA permet d’anticiper plusieurs scénarios, de prévoir les stratégies adéquates et d’organiser leur mise en œuvre.  

Le PCA doit donc :

  • Définir le contexte et les objectifs. Quelle est la nature de la crise ? À quelle échelle est-elle présente ? Quels objectifs l’entreprise doit-elle atteindre pour assurer sa survie ? Quelles sont les actions prioritaires à mettre en place ?
  • Élaborer différents scénarios de crise. Même s’il est difficile d’anticiper une pandémie mondiale, le principe du PCA reste d’envisager tous les possibles. Le premier niveau consiste à élaborer des scénarios, avec les conséquences et la liste des actions prioritaires à mener. Un PCA plus abouti intégrera l’analyse des causes.
  • Mettre en place une stratégie de continuation de l’activité. Quelles sont les activités essentielles ? Quel est le niveau de ressources requis ? Quelle est la durée d’interruption maximale d’activité pour garantir la pérennité de l’entreprise ?
  • Définir les responsables du PCA, les procédures et les moyens à mettre en œuvre :  
    * Dans l’équipe chargée du PCA - qui peut être dirigée par un directeur des risques -  chaque personne doit avoir un rôle bien défini, comprendre la finalité de son action et maîtriser les enjeux globaux du PCA.
    * Concernant les procédures à mettre en œuvre, le PCA doit intégrer différents paliers : les actions permettant de limiter les effets de la crise, et si le seuil de vulnérabilité de l’entreprise est dépassé, les actions liées au processus de crise.
    * Au quotidien, il s’agit également d’organiser le management de crise, le management à distance.
  • Détailler le dispositif de gestion de crise : définition du seuil de vulnérabilité, pilotage des actions, organisation des cellules de crise, déclenchement des dispositifs.
  • Définir les éléments de maintenance opérationnelle : indicateurs permettant d’évaluer l’efficacité du plan au regard des objectifs, et évaluation du niveau d’activité effectif pendant la crise.

En sortie de crise, le PCA peut être relayé par un PRA, un Plan de Reprise d’Activité qui organise le retour à la normale.

Pour approfondir le sujet, vous pouvez lire aussi Plan de continuité d’activité : qui sont les professionnels qui aident les entreprises à redémarrer suite au Covid-19 ?

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :