Allocations chômage : combien toucherez-vous ?

Josée Pluchet

L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est un revenu de remplacement versé par l’assurance chômage. C’est la principale allocation chômage, versée aux personnes involontairement privées de leur emploi (licenciement, rupture conventionnelle, non renouvellement d’un CDD ou encore démission légitime). Son montant oscille entre 57 % et 75 % de l’ancien salaire brut du demandeur d’emploi, et varie selon le montant de ses anciens salaires. À combien s’élèveront vos allocations chômage ? À partir de quand et combien de temps percevrez-vous l’ARE ? Serez-vous impacté par la réforme de l’assurance chômage ? Cadremploi vous informe.
Allocations chômage : combien toucherez-vous ?

Comment calculer le montant de l’allocation chômage ?                                            

Tous les éléments nécessaires au calcul de l’allocation se trouvent sur l’attestation Pôle Emploi que l’employeur remet à son salarié au moment de la rupture du contrat.

Comment déterminez votre salaire journalier de référence (SJR) ?

Plus le montant du salaire est élevé, plus le montant de l’allocation est élevé.

En effet, le montant de l’allocation chômage dépend du salaire journalier de référence (SJR), qui prend en compte les salaires perçus au cours des 12 mois précédant la rupture du contrat de travail.

Ce salaire annuel reconstitué comprend les salaires bruts, primes et gratifications, mais les indemnités liées à la rupture du contrat de travail (de licenciement, de congés payés, de préavis...) en sont exclues.

Comment calculer le salaire journalier de référence (SJR) ?

SJR = salaire annuel de référence/ (nombre de jours travaillés X 1,4)

Bon à savoir : le nombre de jours travaillés maximum retenu sur la période de référence est de 261 jours.

Comment calculez le montant de votre allocation chômage journalière ?

On retient la formule de calcul de l’indemnité journalière la plus avantageuse entre :

40,4 % du SJR + 12,12 € et 57 % du SJR

Le montant de l’allocation journalière est compris au 1er juillet 2021 entre :

  • un minimum de 29,56 € brut par jour;
  • et un maximum de 256,96 € brut par jour.

Dans tous les cas, l’allocation ne peut pas dépasser 75 % du SJR.

En cas de travail à temps partiel, Pôle emploi utilise un « coefficient temps partiel », égal au nombre d’heures de travail hebdomadaire, divisé par l’horaire hebdomadaire légal (35 heures) ou conventionnel. Ce coefficient est appliqué à la partie fixe de l’allocation (12,12 €) et à l’allocation minimale (29,56 €).

Les retenues sur l’allocation chômage : du brut au net

Des prélèvements peuvent être effectués sur votre allocation chômage.

Les retenues sur l'allocation chômage s'élèvent :

  • si le montant de l’allocation est supérieur ou égal à 51 € : retenues sociales au titre de la CSG et de la CRDS
  • si le montant de l’allocation est supérieur à 29,56 € : participation pour financer des points de retraite complémentaire (3% du SJR).

Bon à savoir : le montant net de l’ARE ne peut être inférieur à 29,56 € (21,17€ lorsque l’assuré suit une formation prescrite par Pôle emploi).

Dégressivité de l’allocation chômage

Les demandeurs d’emploi de moins de 57 ans touchant une indemnité journalière égale ou supérieure à 85,16 € (environ 4 500 € de salaire brut mensuel) voient leur indemnité diminuer à compter du 9ème mois d’indemnisation.

Concrètement, ces demandeurs d’emploi sont indemnisés :

  • à taux plein durant 243 jours (8 mois),
  • puis à taux réduit pendant la durée restante de leurs droits.

Bon à savoir :  Les périodes de formation inscrites dans le projet personnel d’accès à l’emploi (PPAE) et celles financées en tout ou partie par le compte personnel de formation (CPF) suspendent le décompte des 243 jours indemnisés.

Quel sera le montant réduit de l’allocation journalière ?

  • si le montant de l’allocation journalière avant dégressivité était situé entre 85,18 € et 120,96 €, le montant de l’allocation à taux réduit sera de 85,18 € ;
  • si le montant de l’allocation journalière avant dégressivité était supérieur à 120,96 €, le montant de l’allocation sera réduit de 30 %.

Bon à savoir : Cette mesure a été instaurée le 1er novembre 2019, puis suspendue du 1er mars 2020 au 30 juin 2021. Elle entre à nouveau en application le 1er juillet 2021 (les compteurs sont remis à zéro !), pour une application effective neuf mois plus tard, en mars 2022.

Exemple de calcul de l’allocation chômage

Soit un demandeur d’emploi de 51 ans, percevant un salaire brut de 4 700 euros durant les 12 mois précédant son inscription à Pôle Emploi.

SJR= (4 600 X12) / (260 X 1,4) = 152 €

Allocation journalière = 152 X 57 %= 86,64 €

(car supérieur à 152 X40,4 + 12,12)

Il est concerné par la dégressivité. À compter du 9ème mois d’indemnisation, il touchera 85,18 €. 

Quelle allocation chômage avec un contrat de sécurisation professionnelle ?

Le salarié licencié ayant accepté le contrat de sécurisation professionnelle ne touche pas l’ARE mais l’ASP : l’allocation de sécurisation professionnelle.

Son montant dépend de l’ancienneté du salarié :

  • S’il a plus d’un an d’ancienneté dans l’entreprise qui l’a licencié, l’ASP s’élève à 75 % de son ancien salaire brut ;
  • S’il a moins d’un an d’ancienneté, son allocation correspond à l’ARE. 

Quelle est la durée de versement des allocations chômage ?

Pendant combien de jours le demandeur d’emploi va-t-il toucher l’allocation chômage ? La durée de versement de l’allocation chômage dépend de l’âge du demandeur et de sa durée d’affiliation : plus il a travaillé, plus la durée d’indemnisation est longue.

Bon à savoir : la durée d’indemnisation est identique que l’emploi précédent soit exercé à temps plein ou à temps partiel.

Comment calculer la durée de versement des allocations chômage ?

Nombre de jours indemnisés = nombre de jours travaillés durant la période de référence X 1,4

La période de référence est de :

  • 24 mois si le demandeur a moins de 53 ans à la date de fin de son contrat de travail ;
  • 36 mois si le demandeur a 53 ans et plus à la date de sa fin de contrat de travail.

La durée maximale de versement des allocations chômage dépend de l’âge de l’intéressé :

  • Pour les assurés de moins de 53 ans, la durée maximale de versement est de 730 jours (2 ans).
  • Pour les assurés de 53 ans ou 54 ans, la durée maximale de versement est de 913 jours (2 ans et demi), avec possibilité d’un allongement dans la limite de 182 jours (6 mois) en cas de formation.
  • Pour les assurés de 55 ans et plus, la durée maximale de versement est de 1095 jours (3 ans).
  • Pour les assurés de 62 ans et plus en cours d’indemnisation depuis au moins un an, le versement de l’allocation chômage peut être poursuivi jusqu’à l’âge de la retraite à taux plein. 

Quels sont les délais de versement de l’allocation chômage ?

Les allocations chômage sont versées mensuellement. Le montant versé correspond au montant de l’allocation journalière multiplié par le nombre de jours du mois (28, 29, 30 ou 31).

Mais trois délais peuvent se cumuler avant le versement des allocations chômage : le délais d'attente avant de percevoir les allocations et les différés d'indemnisation.

Délai d’attente avant de percevoir les allocations chômage

L'ARE n’est versée qu’après un délai d'attente fixé à 7 jours.

Ce délai ne s’applique qu’une fois par période de 12 mois.

Différés d’indemnisation

Un premier différé d’indemnisation est calculé en fonction de l’indemnité compensatrice de congés payés que l’assuré a pu percevoir.

nombre de jours de différé = indemnité compensatrice de congé payé/ SJR

Un deuxième différé d’indemnisation est appliqué si l’assuré a perçu des indemnités de rupture supra légales (supérieures au minimum légal ou conventionnel)

nombre de jours de différé = indemnité supra légale/ 94,4

Le différé total (congés payés et indemnités de rupture) ne peut excéder 75 jours pour les licenciements économique et 150 jours dans les autres cas.

Bon à savoir : le salarié ayant souscrit un contrat de sécurisation professionnelle touche l’ASP, qui est versée sans délai d’attente et sans différé d’indemnisation.

Le point sur le calendrier de la réforme de l’allocation chômage

Une réforme de l’assurance chômage a été définie par le décret n° 2019-797 du 26 juillet 2019.

En raison du contexte économique lié au Covid-19, son entrée en vigueur a été suspendue. Un point sur le calendrier d’application des nouvelles règles : 

Quelle est le nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence ?

Après la réforme, les allocations chômage seront calculées sur le revenu mensuel moyen de travail (en prenant en compte les jours d’inactivité), et ce sur une période de 24 mois.

Ces nouvelles règles devaient être effectives au 1er juillet 2021 mais le Conseil d’État a prononcé le 22 juin 2021, dans une ordonnance en référé, leur suspension en raison d’une situation économique trop incertaine.

Le décret n° 2021-843 du 29 juin 2021 maintient, jusqu'au 30 septembre 2021, l'application des dispositions de la convention d'assurance chômage du 14 avril 2017 concernant le calcul du salaire journalier de référence.

Quelle dégressivité de l’allocation chômage pour les hauts salaires ?

Cette mesure détaillée plus haut a été instaurée le 1er novembre 2019, puis suspendue du 1er mars 2020 au 30 juin 2021.

Elle entre à nouveau en application le 1er juillet 2021, pour une application effective neuf mois plus tard, en mars 2022.

A noter qu’il est prévu que le délai de 8 mois passe à 6 mois dès que la situation du marché du travail s’améliorera (clause de retour à meilleure fortune du marché du travail-voir ci-après).

Existe-t-il un durcissement des conditions d’ouverture des droits au chômage ?

La réforme prévoit un durcissement des conditions d’ouverture ou de rechargement des droits au chômage ; en effet, la durée d’affiliation nécessaire pour percevoir les allocations chômage sera de 6 mois sur une période de 24 mois, contre 4 mois aujourd’hui.

Mais l’entrée en vigueur de cette disposition est soumise à une clause de retour à meilleure fortune, appréciée sur une durée de 6 mois à compter du 1er juillet 2021.

Les deux conditions suivantes devront être réunies :

  • le nombre total de déclarations préalables à l’embauche pour des contrats de plus d’un mois est supérieur à un seuil (fixé à 2 700 000) sur une période de 4 mois consécutifs ;
  • le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A a baissé d’au moins 130 000 au cours des 6 derniers mois.

Quel bonus malus sur les contrats courts ?

La première modulation des cotisations d’assurance chômage ou bonus-malus s'appliquera en septembre 2022.

Pour rappel, les entreprises concernées verront leur cotisation chômage varier entre 3 et 5,05 % de leur masse salariale, contre un taux de 4,05 % aujourd’hui, et ce en fonction de leur taux de recours aux contrats courts.

Conseil Cadremploi : Pôle Emploi propose un simulateur qui vous permet de calculer les allocations auxquelles vous avez droit.

Josée Pluchet
Josée Pluchet

Diplômée notaire, Josée Pluchet est passionnée de droit privé, du droit civil au droit du travail en passant par le droit de la construction ! Chargée de veille juridique pour plusieurs sociétés, elle suit avec intérêt et attention les évolutions législatives et jurisprudentielles. Rédactrice juridique, elle a à cœur de rendre le droit accessible aux non-juristes. Elle rédige pour Cadremploi des articles relatifs au droit du travail.

Vous aimerez aussi :