Démarches de futurs retraités

Sylvia Di Pasquale

Même si elle est encore loin, il est bon d'y penser régulièrement. Et pourquoi pas dès quarante ans. Car la retraite, plus on s'en préoccupe tôt, moins on a besoin de s'en occuper plus tard. Ainsi il est important de vérifier ses relevés et de bien préparer son dossier. Une démarche mais qui exige de la patience.

L'objectif est d'obtenir ce qu'on appelle un « récapitulatif de carrière », un relevé qui liste tous les employeurs pour lesquels vous avez travaillé et via lesquels vous avez cotisé chaque mois au régime général de la retraite.

Vérifier ses relevés

La démarche est simple : il suffit de faire un tour sur le site Internet géré par la Sécurité Sociale (1) et de suivre le guide. Même réflexe pour obtenir un relevé de la part de la caisse de retraite complémentaire réservée aux cadres (2). On remplit les formulaires de demande de récapitulatifs, on guette le facteur et on patiente. Lorsque le relevé général et le complémentaire sont arrivés, il faut les pointer. Mais pour le faire efficacement, il vaut mieux avoir conservé toutes ses fiches de paie. Elles permettent de vérifier que les différents employeurs pour lesquels on a travaillé y figurent et que les salaires versés sont les mêmes que sur le récapitulatif. Si les sommes imputées sont erronées, ou si les organismes de retraite ont tout simplement omis d'enregistrer certains pans de votre carrière, il faut bien entendu les alerter, pièces à l'appui. Ils se chargeront des recherches pour rétablir votre bon droit. Pour l'heure, cette enquête ne peut démarrer qu'à partir de votre 55ᵉ anniversaire. Avant cette date, l'organisme a peu de chance de bouger car ses services sont débordés et traitent les dossiers des plus âgés en priorité. Pour autant, il est utile de demander des relevés régulièrement et bien avant la date butoir. Ce contrôle régulier a ainsi permis à des cadres de débusquer une arnaque de la part de leur employeur. Embauchés au statut cadre, ils recevaient chaque mois une fiche de paie où apparaissaient les cotisations au régime de retraite complémentaire des cadres. Sauf que, l'entreprise ne reversant pas ses sommes aux caisses, ces cadres n'en étaient pas pour cette administration !

Préparer son dossier pour le jour JMis à part ces cas exceptionnels, ce contrôle vous permettra surtout de constituer votre dossier au fur et à mesure et de verser les pièces manquantes pour que, le jour J, l'enquête en soit facilitée. Car sans votre bonne volonté et les papiers que vous aurez collectés tout au long de votre carrière, il sera difficile aux fins limiers des caisses de retraite d'agir rapidement et, surtout efficacement. Il est parfois très difficile de retrouver une entreprise disparue depuis 25 ans, sur la bonne foi d'un de ces ex-salariés qui assure y avoir travaillé mais qui, malheureusement, se souvient de l'appellation commerciale mais plus de la raison sociale et n'a conservé aucune trace écrite. Une simple fiche de paie recèle suffisamment d'éléments (N° Siren, Siret, etc.) pour permettre d'en retrouver la trace. Il est donc vivement conseillé de les conserver toutes. De la même manière, il ne faut pas jeter les attestations de chômage ou de service militaire, autres épisodes d'une vie qui, à certaines conditions, peuvent ouvrir des droits à la retraite.

Bon à savoir : à la retraite ? Nous vous disons tout sur les règles de cumul emploi retraite.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :