1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Droit du travail >
  4. e-réputation : comment effacer vos casseroles numériques

e-réputation : comment effacer vos casseroles numériques

e-reputation--comment-effacer-vos-casseroles-numeriques

Emilie Vidaud

Des informations qui apparaissent sur vous, via Internet, posent problème ? Ce peut-être un numéro de téléphone personnel, un commentaire désobligeant vous concernant, ou des informations obsolètes sur votre vie professionnelle (gênant, après une reconversion par exemple). Quelle que soit votre « casserole numérique », nous vous donnons la marche à suivre pour effacer ces traces litigieuses de votre e-réputation.

e-réputation : comment effacer vos casseroles numériques

e-réputation : les 6 plaintes les plus courantes reçues par la CNIL

Que faire quand on vous refuse la suppression d’une information personnelle qui se retrouve sur Internet ? Contacter la Commission nationale informati...

Les cadres les plus concernés sont évidemment ceux qui exercent des professions dans un secteur exposé comme les médias, la création, le marketing et la communication. De nombreuses références à leur statut et activité professionnelle se retrouvent sur Internet. Mais les moins prudents des internautes peuvent aussi laisser traîner sur la toile des commentaires ou informations qui ne seront assumés qu’un temps. D’autres sont concernés par des données déposées par des tiers. Pourtant, sur le Web, les écrits restent… indéfiniment. À moins que vous n’en demandiez la suppression, et que cette demande soit légitime. De la manière douce (la demande de suppression au site source) à la manière forte (une action en justice), voici les modus operandi envisageables pour aboutir à la suppression d’infos vous concernant. 

1 – Identifier le site source sur lequel apparaît l’information

Première étape, mesurez tout simplement votre e-réputation en vous « googlisant », puis en cliquant sur les premières pages de liens qui vous concernent. Identifiez ceux qui conduisent vers les contenus que vous avez créés (Facebook, Viadeo…) et ceux éventuellement publiés sans votre autorisation. Vous devez ensuite identifier le site source sur lequel apparaît (à l’origine) l’information que vous souhaitez supprimer. C’est à ce site source que vous devrez d’abord demander la suppression. Lorsque cela sera fait, vous pourrez vous adresser aux autres sites éventuels qui relaient cette information, pour demander la suppression de la mention incriminée, puisque l’information source n’existera plus. Pour ces sites, il s'agira alors que d'une simple mise à jour.

2 – Invoquer la loi pour faire supprimer une donnée personnelle

Attention, seules les données personnelles sont protégées par la loi. « Pour supprimer une information vous concernant, il faut utiliser le droit d’opposition que la loi informatique et libertés met à votre disposition (article 38 de la loi 78-17) et qui concerne les données personnelles », confirme David Mac-Lier, avocat associé chez DBMS Avocats et responsable du département nouvelles technologies. Comment mettre en œuvre ce droit ? Tous les sites relayant l’information sont tenus de le respecter. Vous devez néanmoins identifier le « responsable du traitement » de chaque site concerné (loi 78-17, article 3). L’identité et les coordonnées de ce dernier se trouvent en général dans l’onglet « mentions légales » ou « informations légales ». Ensuite, envoyez un mail ou une lettre recommandée avec accusé de réception au responsable du traitement, demandant la suppression des informations qui vous gênent. Reste que la définition d’une « donnée à caractère personnel » est, dans la loi, assez floue : selon la loi informatique et liberté (Loi n°78-17, article 2, al. 2), il s’agit de « toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres ». Concernant leurs données, les internautes disposent donc de droits d’information, d’accès, d’opposition, et même de rectification (articles 38 et suivants de la loi). Ainsi, par exemple, si votre numéro de téléphone personnel se retrouve en ligne sur Internet, les sites le relayant ont l’obligation de le supprimer.

3 – Solliciter la suppression d’une donnée publique ou professionnelle

Attention, vos données considérées comme publiques ou professionnelles ne sont pas protégées par les textes cités ci-dessus. C'est le cas, par exemple, d'une interview réalisée avec un journaliste. Si vous souhaitez supprimer ce type de données, il vous faudra là encore adresser votre demande au site source qui n’est cependant pas obligé d'y accéder. Vous devrez alors argumenter en expliquant en quoi cela vous porte préjudice.

4 – Supprimer une information gênante sur les réseaux sociaux

De même, en vous inscrivant sur certains sites comme les réseaux sociaux, vous autorisez par contrat Facebook et autres Twitter à utiliser vos données. Là encore, il vous faudra arguer d’un motif légitime (comme un préjudice qui vous est causé) pour obtenir la suppression de la donnée. Ce motif sera apprécié discrétionnairement par le responsable précité ! En cas de désaccord, vous avez toujours la possibilité de saisir la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ou les juridictions pénales compétentes. Ainsi, pour sensibiliser les internautes à l'impact que peut avoir Facebook sur votre e-réputation, la Mairie de Paris propose un site dédié Soyez net sur le net, comprenant un test mesurant la sécurité de votre utilisation de Facebook. Même esprit pour le site Simple wash qui opère un nettoyage express, total ou partiel, sur Facebook et Twitter.

5 – Supprimer une page profil d’un moteur de recherche de personne

Connaissez-vous 123people ou Yatedo ? Ou encore youseemii, pipl, namesof, webmii ? Ils font partie de la longue liste des moteurs de recherche de personne qui collectent les données liées à vos nom et prénom. Résultat, sur le web, il existe des « pages profil » à votre nom créées sans votre aval. L'argument de ces sites : ils ne font que rassembler les infos disséminées sur le web. Sauf que, du même coup, "votre" page profil remontent plus haut dans les résultats des moteurs de recherche généralistes (type Google) lorsque l’on fait une recherche vous concernant. Autre écueil : des informations concernant des homonymes peuvent remonter sur votre fiche, sans parler des informations obsolètes. Rageant ? « Concernant ces métamoteurs, il n’y a généralement pas d’accord contractuel entre le site et vous », confirme l’avocat. En France, ces pratiques sont dans la ligne de mire de la CNIL. Ces moteurs se mettent plus ou moins rapidement en conformité avec les normes en vigueur. Et leurs procédures de désindexation – récentes - ne sont pas toujours claires. Voici la procédure à suivre pour se désinscrire de 123people et pour se désinscrire de Yatedo, les deux plus connus.

6 – Supprimer les comptes internet dont vous ne voulez plus

Lancé il y a deux mois par le blogueur britannique Robb Lewis, Just delete me vous donne les différents modes d’emploi pour supprimer vos comptes sur la toile. Cet annuaire répertorie déjà 250 sites de services en ligne classés selon des codes couleurs établis en fonction de la difficulté à supprimer vos profils (facile, moyen, difficile, impossible). Les sites classés comme « moyen » et « difficile » sont accompagnés d’informations complémentaires. C’est le cas d’Amazon, Adobe, Itunes, Spotify qui impliquent par exemple de contacter le service client par mail ou par téléphone. Et comme un internaute averti en vaut deux, sachez que Just delete me a créé une catégorie « impossible », véritable liste noire des sites où vous ne pouvez pas désactiver votre compte.

7 - Saisir la CNIL en cas de litige

Vous avez contacté le gestionnaire du site par mail puis envoyé un recommandé resté sans réponse ? Si ce dernier ne vous a pas répondu dans un délai de deux mois, la CNIL s’impose comme une solution de dernier recours. Une permanence téléphonique existe tous les lundis, mardis et jeudis après-midi. Il est aussi possible de déposer plainte directement en ligne. La CNIL intervient pour rappeler au responsable du site ses obligations. Si le responsable du site juge que le motif n’est pas légitime, la commission renvoie vers les tribunaux. « Nous ne sommes pas en mesure d’apprécier cette légitimité. Il y a des limites à notre action sur la suppression des données. C’est alors au législateur qu’il revient de trancher », explique la chef du service des plaintes. Si vous ne souhaitez pas passer par la CNIL, des sociétés privées proposent de nettoyer votre e-réputation sur la toile et vous pouvez aussi faire appel à un juriste, si malgré toutes vos démarches amiables la suppression n'est pas réalisée.

8 – Contrôler régulièrement votre e-réputation

Pour surveiller votre e-réputation comme le lait sur le feu : créez une « google alert » à votre nom. Cela vous permettra de contrôler de nouvelles références qui pourraient apparaître sur la toile. « C’est un bon moyen de garder un œil sur ce qui se dit de vous », confie Grégory Maman, cadre supérieur dans le secteur des médias, qui utilise cette technique. Plus simplement, prenez l’habitude de vous googliser régulièrement, en vérifiant quels sont les liens qui apparaissent sur vous dans les premières pages de références Google ou tout autre moteur de recherche généraliste.

Emilie Vidaud © Cadremploi.fr

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

alainamar

08/12/2013

à 19:15

un article intéressant

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte