Que sont les retraites de base et complémentaire ?

Josée Pluchet

Chaque mois, les salariés du secteur privé cotisent pour leur assurance vieillesse. Arrivés à l’âge de la retraite, ils touchent une pension dont le montant dépend des salaires perçus, de la durée de cotisation, du taux de pension. Mais que recouvre en réalité le terme de « retraite » ? Il existe en France deux régimes de retraite obligatoires : la retraite de base et la retraite complémentaire. La retraite complémentaire s’ajoute à la retraite de base versée par le régime général de la Sécurité Sociale. En quoi ces deux retraites sont-elles différentes ? Par quels organismes sont-elles gérées ? Qu’est-ce que la retraite supplémentaire ? Cadremploi vous dit tout.
Que sont les retraites de base et complémentaire ?

Les points communs des retraites de base et complémentaire

La retraite de base et la retraite complémentaire sont toutes les deux obligatoires.

Elles fonctionnent toutes deux selon un système de retraite par répartition : les pensions de vieillesse versées aux anciens salariés sont financées par les cotisations acquittées par les salariés actifs et leurs employeurs. Ainsi :

  • Chaque mois, des cotisations retraite sont prélevées obligatoirement sur les salaires par l’employeur. C’est le salaire qui constitue l’assiette des cotisations. Ces cotisations se composent d’une part salariale et d’une part patronale. C’est l’employeur qui verse directement les cotisations aux organismes de retraite.
  • Les droits cumulés au cours de la carrière professionnelle sont reversés sous forme de pension au moment du départ à la retraite.

Notez que le système de retraite est solidaire : les personnes qui se trouvent dans l’incapacité de cotiser (chômeurs, salariés en arrêt maladie ou encore parents en congé parental, par exemple) acquièrent néanmoins, sous conditions, des droits à la retraite.

Un salarié perçoit donc deux pensions : la pension de retraite de base et la pension de retraite complémentaire. Elles sont toutes deux versées mensuellement, mais pas exactement à la même date.

Bon à savoir : un individu ayant exercé différentes professions relevant de caisses de retraite particulières (agriculture, SNCF, RATP, retraite des mines, ...) pourra percevoir plusieurs pensions de retraites de base, et plusieurs pensions de retraite complémentaires.

Qu’est-ce que la retraite de base ?

La retraite de base constitue un régime socle, qui concerne tous les travailleurs.

Acteurs des régimes de base

La retraite de base est versée par l’assurance vieillesse du régime général de la sécurité sociale.

On distingue différents acteurs selon la catégorie professionnelle :

  • pour les salariés de l’agriculture : la MSA (Mutualité sociale agricole)
  • pour les salariés de l’industrie, des commerces et des services, les agents non titulaires de l’Etat et des collectivités publiques et le personnel navigant de l’aviation civile : la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) en Ile de France ou CARSAT (Caisses Régionales d’assurance retraite et de Santé au travail) dans les autres régions.

Bon à savoir : les salariés appartenant à une catégorie particulière (SNCF, RATP, EDF-GDF, Opéra de Paris, Comédie Française…) bénéficient de régimes spéciaux gérant à la fois la retraite de base et la retraite complémentaire.

Fonctionnement de la retraite de base

Dès le premier emploi d’un actif, la CNAV ou la MSA ouvrent un compte individuel retraite. Ce compte recense le parcours professionnel de l’individu, ses rémunérations, et ses cotisations.

Les cotisations versées pour la retraite de base sont converties en trimestres d’assurance retraite (attention, ils ne correspondent pas à la durée d’activité réelle).

La demande de retraite de base se fait au moins six mois avant le départ en retraite.

Au moment du départ en retraite, le calcul de la retraite prendra en compte la rémunération sur laquelle l’actif a cotisé, mais également le nombre de trimestres cumulés.

Qu’est-ce que la retraite complémentaire ?

La retraite de base ne permet pas à un salarié retraité, bénéficiant d’une retraite à taux plein, de toucher plus de la moitié des meilleurs salaires de sa carrière. Cette retraite de base doit donc être complétée par une retraite complémentaire. Pour un cadre, la retraite complémentaire pourra représenter jusqu’à 2/3 de la retraite globale.

Quels sont les acteurs du régime de retraite complémentaire ?

Ce sont des caisses de retraite dites « complémentaires », propres à chaque régime, qui gèrent les pensions de retraite complémentaire.

Pour les salariés du privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture, cadres compris, et les salariés de l’agriculture, c’est le régime AGIRC (association générale des institutions de retraite des cadres) ARCCO (association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) qui fédère les caisses de retraite du régime complémentaire.

Bon à savoir : les caisses AGIRC (qui gérait la retraite des cadres) et ARCCO (qui gérait les retraites de non-cadres) ont fusionné le 1er  janvier 2019

Les caisses de retraite gèrent l’affiliation et les droits acquis des salariés, le recouvrement des cotisations, et versent les pensions de retraite complémentaire aux retraités.

Comment fonctionne la retraite complémentaire ?

Chaque mois, l’employeur prélève une cotisation salariale sur la rémunération de ses employés. Il verse ensuite cette cotisation salariale et sa cotisation patronale à une caisse de retraite complémentaire.

Les cotisations versées sont converties en points de retraite, qui sont cumulés tout au long de la carrière sur un compte individuel.

Une personne ayant cotisé pour la retraite complémentaire et ayant atteint l'âge légal de la retraite a droit à la retraite complémentaire. La demande de retraite complémentaire se fait en même temps que la demande de retraite de base (au moins 6 mois avant le départ effectif en retraite).

Au moment de la retraite, le nombre de points est reconverti en pension de retraite, en fonction de la « valeur du point » fixée chaque année au 1er novembre (en 2021, la valeur du point Agirc-Arrco est de 1,2714 €).

Bon à savoir : les cotisations ainsi que la valeur des points retraite varient d'un régime à l'autre.

Qu’est-ce qu’une retraite supplémentaire ?

Il est possible de cotiser volontairement auprès d’un régime de retraite supplémentaire.

La retraite supplémentaire fonctionne sur un système de capitalisation, et non de répartition.

Elle est mise en place par l’entreprise pour ses salariés, ou de manière individuelle grâce à des produits d’épargne (assurance vie, PERP, ...)

A la différence de la retraite de base et de la retraite complémentaire, la retraite supplémentaire est facultative.

Cela pourrait vous intéresser :
Josée Pluchet
Josée Pluchet

Diplômée notaire, Josée Pluchet est passionnée de droit privé, du droit civil au droit du travail en passant par le droit de la construction ! Chargée de veille juridique pour plusieurs sociétés, elle suit avec intérêt et attention les évolutions législatives et jurisprudentielles. Rédactrice juridique, elle a à cœur de rendre le droit accessible aux non-juristes. Elle rédige pour Cadremploi des articles relatifs au droit du travail.

Vous aimerez aussi :