Que faire en cas de perte de son certificat de travail ?

Publié le 08 octobre 2020 Mathilde Palfroy

On vous demande de justifier d’un emploi et vous ne retrouvez pas votre certificat de travail ? Ce document peut en effet vous être réclamé dans le cadre de la poursuite de votre carrière, ainsi que pour faire valoir vos droits au chômage et à la retraite. Si votre certificat de travail est perdu, vous pouvez demander une copie à votre ancien employeur ou bien utiliser d’autres documents pour prouver votre emploi. Pour vous aider dans vos démarches, nous vous expliquons quoi faire en cas de perte de son certificat de travail.
Que faire en cas de perte de son certificat de travail ?

Demander une copie du certificat de travail perdu à son ancien employeur

La remise du certificat de travail est une obligation légale. L’employeur doit le remettre au salarié « à l’expiration du contrat de travail » (C. trav. L. 1234-19), et cela que le préavis soit effectué ou non. 

En cas de perte de votre certificat de travail, demandez immédiatement une copie à votre ancien employeur. Adressez-vous au service des ressources humaines ou au secrétariat de direction, s’il s’agit d’une petite entreprise, par lettre simple ou LRAR. Si vous êtes en bons termes avec votre ancien employeur, vous pouvez aussi lui demander directement.

Bon à savoir : légalement, rien n’oblige votre ancien employeur à vous délivrer un nouveau certificat de travail en cas de perte de l’original. S’il refuse, vous n’avez donc aucun moyen de le contraindre à le faire. Pour autant, dans la majorité des cas votre entreprise aura conservé une copie et pourra vous la remettre facilement.

Vérifier la conformité du nouveau certificat de travail

Si vous pouvez récupérer un second exemplaire du certificat, vérifiez que la copie comporte bien toutes les mentions obligatoires du certificat de travail original. Elle doit mentionner :

  • le nom et les coordonnées de l’entreprise ;
  • votre identité, avec vos coordonnées ;
  • le nom du poste (ou des postes) auquel(s) que vous avez occupé dans l’entreprise ;
  • la date à laquelle vous avez démarré votre contrat de travail ;
  • la date de fin de votre contrat de travail ;
  • le maintien de votre couverture santé et d’une éventuelle prévoyance en cas de chômage ;
  • date et lieu de remise du certificat original, ainsi que de la copie, et signature de l’employeur.

Quels documents peuvent remplacer un certificat de travail perdu ? 

Le certificat de travail sert à prouver que vous avez travaillé dans l’entreprise, à quel poste et la durée de votre contrat de travail. Vous pouvez en avoir besoin pour compléter un dossier de candidature, mais également pour faire valoir vos droits à la retraite ou auprès de Pôle emploi.

Si vous avez perdu votre exemplaire et si vous ne disposez pas d’une copie ou si vous n’avez pas la possibilité de l’obtenir (les cas typiques sont celui d’entreprises qui n’existent plus, ou qui refusent d’en délivrer des copies), d’autres documents peuvent remplacer le certificat de travail pour prouver que vous avez bien exercé dans l’entreprise :

  • votre contrat de travail ;
  • vos bulletins de salaire ;
  • l’attestation Pôle emploi ;
  • une ancienne attestation de travail ou de salaire que vous auriez conservée ;
  • votre relevé de carrière (enregistré auprès de votre caisse de retraite).

Réunissez tous les documents dont vous disposez, et voyez avec l’entreprise ou l’organisme qui vous réclame un certificat de travail quel(s) document(s) vous pourriez fournir pour remplacer le certificat de travail perdu.

Bon à savoir : si vous ne possédez aucun document, vous pouvez aussi essayer de contacter l’Urssaf, et leur demander s’il serait possible d’obtenir une copie des déclarations sociales de votre ancien employeur liées à votre emploi.

Mathilde Palfroy
Mathilde Palfroy

Éditrice et rédactrice juridique, Mathilde Palfroy s’intéresse à tous les sujets pratiques du quotidien. Elle rédige pour Cadremploi des articles sur des thématiques liées à l’emploi et à la carrière. En plus de ses collaborations avec différents éditeurs spécialisés, elle assure également le suivi d’ouvrages de littérature générale aux éditions de la Rémanence dont elle est la fondatrice.

Vous aimerez aussi :