Salariés aidants : les 10 réponses aux questions que vous n'osez pas poser

Sylvie Laidet

SALARIES AIDANTS - Il y aurait cinq millions de salariés aidants en France. Il s’agit d’une estimation car rien ne les oblige à se déclarer comme tel. Et rien n’oblige les entreprises à les recenser. Ses salariés aidants restent d’ailleurs souvent dans l’ombre à se partager difficilement entre leur boulot et leurs charges de proches aidants. Si vous êtes dans ce cas, on vous aide à y voir plus clair à travers ces 10 questions-réponses ultra pragmatiques.

En France, on estime à 5 millions le nom de de salariés qui aident un parent âgé, handicapé ou malade, en plus de leur temps de travail.

Salariés aidants : les 10 réponses aux questions que vous n'osez pas poser
En France, on estime à 5 millions le nom de de salariés qui aident un parent âgé, handicapé ou malade, en plus de leur temps de travail.

Existe-t-il un statut légal du salarié aidant ?

Le salarié aidant n’a pas d’existence juridique dans le code du travail. Ce texte fait en revanche référence à un « congé de proche aidant ». Un congé qui permet à un salarié de s’absenter pour s’occuper d’une personne handicapée ou âgée de son entourage proche.

Cela pourrait vous intéresser :

 

Suis-je obligé de me déclarer salarié aidant ?

Non, rien ne vous y oblige. D’ailleurs, seul un salarié sur quatre informe sa hiérarchie de son rôle d’aidant (étude Orcip x Viavoice 2022 « Salariés aidants, RH, RSE et dialogue social »). Et c’est bien le problème. Car à vouloir tout mener de front sans aménagement ni aide, vous risquez la rupture de charge.

Mon employeur peut-il m’interdire de prendre un congé proche aidant (CPA) ?

Non, votre employeur ne peut pas vous refuser un CPA si vous remplissez toutes les conditions requises. A défaut, vous pouvez saisir le conseil de prud’hommes.

 

Serai-je payé pendant mes absences ?

Non, à mon moins que votre employeur ne relève d’une convention collective ou d’un accord de branche stipulant le contraire. Ou que votre entreprise ait mis en place des dispositions particulières. Si ce n’est pas le cas, votre CAF vous verse (si vous en formulez la demande bien sûr), l’allocation journalière du proche aidant (AJPA) . A savoir 58,59 euros par jour, ou 29,30 euros pour une demi-journée. Et ce, dans la limite de 66 jours. Notez que certaines mutuelles ou de groupe de protection sociale peuvent venir compléter cette aide.

 

A mon retour de congé proche aidant, vais-je retrouver mon précédent poste ?

A la fin du congé, votre employeur est tenu de vous réintégrer dans votre emploi ou à un poste similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente. Et vous pouvez bénéficier d’un entretien professionnel.

J’ai 36 ans, je travaille à temps plein et je m’occupe au quotidien de mes parents dépendants. Mais je n’ose pas en parler au boulot, car je crains que cela nuise à ma progression de carrière. Est-ce un réel risque ?

Le risque est bien réel car dans l’inconscient collectif, les salariés aidants sont réputés moins disponibles, plus fragiles, peu fiables (car susceptibles de s’absenter au pied levé…), etc. Or dans les faits, il n’en est évidemment rien. Au contraire. A jongler entre votre activité professionnelle et celle d’aidant, vous êtes presque à la tête d’une TPE. Vous cherchez et trouvez en permanence des solutions. Vous êtes donc un pro de l’auto-organisation, du travail en équipe et de la gestion des situations complexes. Faites-en des atouts. Pour cela, jouez carte sur table avec votre manager mais aussi auprès de la DRH. Si malgré votre opération transparence, vous constatez un blocage de votre évolution de carrière ou un mise à l’écart évidente, vous pouvez saisir le Défenseur des droits pour discrimination.

 

Quel est l’impact de mon congé de proche aidant sur ma future retraite ?

Votre absence au titre du congé de proche aidant est assimilée à une période de travail effectif. Donc que vous soyez salarié du privé ou indépendants, vous êtes affiliés gratuite à l’assurance retraite de base durant votre congé. En revanche, les régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco n’attribuent pas de point durant votre CPA.

Je suis demandeur d’emploi, puis-je bénéficier d’un congé de proche aidant ?

Oui, le CPA s’adresse aussi aux demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi. Idem, si vous êtes stagiaire d’une formation professionnelle rémunérée ou travailleur indépendant.

Certains de mes collègues au courant de ma démarche de proche aidance, souhaitent me donner certains de leur jours de congés. Est-ce possible?

Oui depuis 2018, le système de dons de jours de repos entre collègues a été étendu aux salariés aidants. Concrètement, cela signifie que vos collègues, peuvent vous céder des jours issus de leur 5eme semaine de congés payés, des JRTT ou encore des jours de récupération. Le tout sans contrepartie pour eux. Lorsque vous aurez besoin de vous absenter pour vous occuper de vos proches dépendants, vous pourrez alors poser les jours donnés par vos collègues. Vous serez donc rémunéré normalement. Autrement dit, vous toucherez votre salaire et pas celui de votre collègue donateur.

Cela pourrait vous intéresser :

Quelles sont les associations de salariés aidants ?

  • L’association Française des Aidants propose différents dispositifs pour vous épauler dans votre démarche d’aidance. Notamment des « cafés des aidants ».
  • JADE vise plus particulièrement les jeunes aidants.
Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :