Tout savoir sur l’entretien professionnel

Publié le 2 avril 2020 Mathilde Palfroy

Vous avez envie d’évoluer ou de tout simplement faire le point sur votre projet professionnel ? Vous ressentez le besoin de suivre une formation ? Profitez de votre entretien professionnel pour en parler avec votre manager. Ce rendez-vous est obligatoire : votre employeur doit vous recevoir au moins tous les 2 ans pour s’informer de vos projets d’évolution de carrière et de vos désirs de formation individuelle. Découvrez tout ce que vous devez savoir concernant l’entretien professionnel dans cet article.
Tout savoir sur l’entretien professionnel
  1. Entretien professionnel et Coronavirus
  2. Qu’est-ce qu’un entretien professionnel ?
  3. Quand faire l’entretien professionnel ?
  4. Qui réalise l’entretien professionnel ?
  5. Pourquoi faire un entretien professionnel ?

Entretien professionnel et Coronavirus

L'ordonnance n° 2020-387 du 1er avril 2020 détermine des dispositions spécifiques en matière de formation professionnelle pour les employeurs, organismes de formation et opérateurs, afin de leur permettre de satisfaire à leurs obligations légales en la matière dans le contexte de crise sanitaire liée à la propagation du covid-19. En conséquence, elle diffère jusqu’au 31 décembre 2020 au plus tard la réalisation des entretiens d’état des lieux du parcours professionnel, en suspendant jusqu'à la même date les sanctions associées en cas de manquement.

« l'entretien professionnel faisant un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié intervenant au cours de l'année 2020 en application de ces dispositions peut être reporté à l'initiative de l'employeur jusqu'au 31 décembre de la même année ;

A compter du 12 mars 2020 et jusqu'au 31 décembre 2020, le sixième alinéa du II du même article L. 6315-1 et le premier alinéa de l'article L. 6323-13 du même code ne sont pas applicables. A compter du 1er janvier 2021, pour l'application s'il y a lieu de ces dispositions, il est tenu compte de la date à laquelle l'employeur a procédé à l'entretien mentionné au II de l'article L. 6315-1 du même code compte tenu du report de délai reconnu au titre des dispositions du 1° du présent II » (art. 1er, II de l’ordonnance précitée).

Qu’est-ce qu’un entretien professionnel ?

 On nomme entretien professionnel, le rendez-vous auquel un employeur convoque un salarié pour s’entretenir avec lui de son projet professionnel. C’est l’occasion pour le salarié de parler de l’évolution de sa carrière et de ses perspectives d’évolution au sein de l’entreprise, et d’identifier avec son employeur les formations pouvant lui être utiles. 

L’entretien professionnel est règlementé par  l’article L. 6315-1 du Code du travail qui prévoit que l’employeur doit recevoir son salarié :

  • pour évaluer « ses perspectives d’évolution professionnelles, notamment en terme de qualification et d’emploi » ;
  • pour lui fournir des informations « relatives à la validation des acquis de l'expérience, à l'activation par le salarié de son compte personnel de formation, aux abondements de ce compte que l'employeur est susceptible de financer et au conseil en évolution professionnelle ». 

L’entretien professionnel est obligatoire : tous les employeurs sont tenus de l’accorder à tous leurs salariés. 

Important : attention à ne pas confondre entretien professionnel et entretien annuel d’évaluation. L’entretien professionnel consiste en une discussion concernant la situation et la carrière professionnelle du salarié, il n’a pas vocation à évaluer ses résultats ni à lui fixer des objectifs de travail.  

Quand faire l’entretien professionnel ?

 Le salarié a le droit de bénéficier d’un entretien professionnel tous les 2 ans, et l’employeur doit d’ailleurs le lui notifier lors de son embauche (C. trav., L. 6315-1)

L’employeur doit également recevoir systématiquement en entretien professionnel les salariés :

  • de retour de congé maternité, paternité ou d’adoption ;  
  • de retour de congé parental d’un congé de proche aidant ;
  • de retour d’un congé sabbatique ou d’une période de mobilité volontaire ;
  • qui reprennent un travail à temps plein après une activité à temps partiel ;
  • à l’issue d’un mandat syndical 
  • ayant été absents du fait d’un long congé maladie (congé maladie de plus de 6 mois). 

Enfin, le Code du travail prévoit que tous les 6 ans l’entretien professionnel  donne lieu à « un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié » afin d’apprécier si le salarié a suivi une formation, a acquis une certification, et a bénéficié d’une progression dans sa carrière.  

Chaque entretien professionnel (y compris les entretiens récapitulatifs) doit donner lieu à un compte-rendu écrit que l’employeur remet au salarié. 

Bon à savoir : dans certaines entreprises, un accord collectif ou de branche peut prévoir un cadre et des périodes différentes pour la tenue et l’organisation des entretiens professionnels des salariés. 

Qui réalise l’entretien professionnel ?

 Le Code du travail ne comportant aucune précision à ce sujet, chaque entreprise peut organiser à sa convenance le déroulement des entretiens professionnels. 

Ceux-ci peuvent ainsi être réalisés :

  • par l’employeur lui-même, au sien d’une petite entreprise ;
  • par le manager du salarié ;
  • par le chef d’une équipe ;
  • par le directeur des ressources humaines ou un autre salarié de ce service. 

À noter : l’entretien professionnel doit avoir lieu au sein de l’entreprise, sur convocation du salarié, durant ses heures de travail (il est à ce titre considéré comme du temps de travail effectif). 

Bon à savoir : certaines entreprises choisissent d’externaliser l’entretien professionnel en faisant appel à des prestataires spécialisés. 

Pourquoi faire un entretien professionnel ?

 L’entretien professionnel est destiné aux salariés, mais il bénéficie aussi à l’entreprise. 

L’entretien professionnel du point de vue du salarié

 L’entretien professionnel bénéficie au salarié dans le cadre de son emploi actuel, mais également à plus long terme pour son plan de carrière, qu’il s’agisse de renforcer ou de compléter ses compétences par la formation, ou de les reconnaître par la validation des acquis par expérience.  

Le salarié peut profiter de l’entretien pour faire part à son employeur :

  • des difficultés qu’il rencontre et d’un besoin de formation relatif à ces difficultés (exemples : informatique, management, langues) ;
  • de son désir d’évolution professionnelle et d’une envie de formation lui permettant de changer de poste ou de prétendre à un poste plus élevé ou nécessitant plus de responsabilités ;
  • d’une envie de reconversion professionnelle pouvant être opérée en interne ;
  • de son souhait de voir reconnues et matérialisées par un diplôme ou une formation continue les compétences acquises sur le terrain. 

Notre conseil Cadremploi : si vous avez du mal à juger de votre parcours et à penser votre projet professionnel, vous pouvez demander à votre employeur de faire un bilan de compétences.  

L’entretien professionnel du point de vue de l’employeur

 L’employeur peut, lors de l’entretien professionnel, confronter les perspectives de carrière de ses salariés à ses propres besoins et aux projets de développement de l’entreprise. 

Un employeur peut ainsi tirer parti des entretiens professionnels pour :

  • accompagner un salarié en difficulté et combler ses carences par une formation ou organiser son transfert vers un autre poste ;
  • identifier les compétences de chacun de salariés acquises et pouvant être développées ;
  • expliquer aux salariés les axes de développement envisagés et présenter les postes à pourvoir dans le cadre de ces évolutions ;
  • tenir compte des aspirations de ses salariés dans ses perspectives et favoriser la motivation et le bien-être au travail. 

Important : le salarié que l’employeur n’a pas reçu en entretien et qui n’a pas pu bénéficier dans les 6 années précédentes d’une action de formation a le droit d’obtenir de son employeur un abondement de 3 000 euros sur son compte personnel de formation (CPF) s’il exerce dans une entreprise de plus de 50 salariés. En dehors de cette disposition du Code du travail, il n’est pas prévu de sanction si l’employeur ne reçoit pas ses salariés en entretien professionnel.

Mathilde Palfroy
Mathilde Palfroy

Éditrice et rédactrice juridique, Mathilde Palfroy s’intéresse à tous les sujets pratiques du quotidien. Elle rédige pour Cadremploi des articles sur des thématiques liées à l’emploi et à la carrière. En plus de ses collaborations avec différents éditeurs spécialisés, elle assure également le suivi d’ouvrages de littérature générale aux éditions de la Rémanence dont elle est la fondatrice.

Vous aimerez aussi :