1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Salaire >
  4. 6 bons arguments pour décrocher une augmentation

6 bons arguments pour décrocher une augmentation

6-bons-arguments-pour-decrocher-une-augmentation

Michel Holtz

31/12/2014

Les évaluations annuelles approchent et avec elles, les envies d’augmentation. Quels arguments avancer quand on est manager ? Comment aborder la question ? Regards croisés d’un expert et d’un recruteur.

C’est un moment délicat qui nous tracasse, que l’on ressasse, qui passe où qui casse. Demander une augmentation individuelle à son N+1, à son boss ou à la DRH est toujours délicat. De quels atouts faut-il disposer pour espérer une hausse de son salaire arguments faut-il mettre en valeur ? Daniel Porot, spécialiste de la gestion de carrière et fondateur du site porot.com livre ses secrets. Face à lui, Cécile Gubler, manager chez Total, et habituée à recevoir les doléances de ses cadres, démonte ou valide les arguments avancés. Confrontation des points de vue sur 6 arguments-massues.

1 - Vous avez dépassé vos objectifs

Le meilleur argument pour percevoir plus de sous, c’est d’en avoir fait gagner à son entreprise. « Mais attention, insiste Daniel Porot, il ne suffit pas d’avoir rempli ses objectifs. Dans ce cas, on a juste exécuté son contrat et l’entreprise en a fait de même avec le sien en vous payant comme elle le fait normalement chaque mois. » Il faut avoir dépassé les objectifs fixés pour prétendre à une hausse de salaire. « Surtout, il faut quantifier précisément ces gains », estime l’expert en gestion de carrière. Une stratégie qu’approuve la manager de Total, à condition de ne pas oublier d’avertir sa hiérarchie « avant le rendez-vous au cours duquel on demande une augmentation » précise-t-elle.

2 - Vous avez pris des initiatives utiles à l’entreprise

Parfois, il est possible de mettre en avant des actions qui n’ont pas fait gagner d’argent à sa boite, « mais qui lui ont évité d’en perdre », note Daniel Porot. Comme lorsque vous avez alerté vos collègues sur un problème, ou empêché qu’un projet dérape financièrement. « Ce sont des anticipations, de bonnes évaluations de risques encourus, et des actions réalisées pour les empêcher, détaille le spécialiste. Encore faut-il, dans ce cas, que cette alerte et ces précautions soient bien été identifiées comme provenant du demandeur. » Et que « ces actions fassent partie intégrante des tâches du cadre », précise Cécile Gubler. Sans quoi « elles ne sauraient être prises en compte », ajoute-t-elle.

3 - Votre équipe a atteint ses objectifs

Nombre d’entreprises inscrivent les bonnes pratiques du management dans leur grille d’évaluation. Mais certaines d’entre elles fixent également des objectifs annuels. Évidemment, quand les démissions s’enchaînent dans un service, elles peuvent être au détriment d’une augmentation pour le chef. « À l’inverse, quand les collaborateurs ce sentent bien, que l’équipe carbure et que les objectifs de chacun sont atteints, c’est un bon point » commente Daniel Porot. Les objectifs de chacun servent également à atteindre ceux du chef, voir à les dépasser.

4 - Vous valez plus sur le marché 

Surveiller son propre marché de l’emploi est indispensable. Connaître les salaires de ses confrères de même niveau hiérarchique et de même expérience permet de négocier une augmentation de rattrapage lorsque l’on n’est pas rémunéré au même niveau. Surtout si l’on a la chance de posséder une compétence rare et plutôt recherchée.

5 - Vous avez accepté des responsabilités supplémentaires en cours d’année

Vous avez pris le travail d’un collègue absent une partie de l’année ? De nouvelles missions sortant de votre champ de compétences habituelles vous ont été confiées ? Si votre salaire n’a pour autant pas évolué et que vous avez fait vos preuves, il est temps de demander une revalorisation de votre rémunération.

6 - Des arguments auxquels vous n'avez sûrement pas songé

Parfois, d’autres motifs peuvent peser dans une augmentation. Nos spécialistes les appellent des « arguments collatéraux ». Elles peuvent prendre des formes très diverses, mais qui, toujours témoignent de l’implication du cadre auprès de son entreprise. Organiser un événement extra-professionnel (festif, humanitaire ou sportif) peut être mis en avant, s’il a particulièrement soudé un groupe qui ne l’était pas toujours. De même que la sensibilisation de son équipe à des problèmes de sécurité peuvent avoir un impact. Chez Total, ce type d’action est même formalisé « Les cadres sont évalués sur des critères HSEQ (Health, Safety, Environmental and Quality, NDLR) précise Cécile Gubler. Et si, par exemple, le candidat à l’augmentation a bien sensibilisé ses troupes à la sécurité routière et qu’il n’a eu à déplorer aucun accident, c’est une bonne façon d’obtenir une augmentation. »

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Alex

14/03/2017

à 13:44

Ouais plutôt d'accord

> Répondre

Sarra

10/08/2016

à 20:53

vins

19/07/2016

à 16:57

Choupinours

10/03/2015

à 16:35

Intéressant ;-)

> Répondre

+