1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Salaire >
  4. Comment répondre à la question sur vos prétentions salariales ?

Comment répondre à la question sur vos prétentions salariales ?

comment-repondre-a-la-question-sur-vos-pretentions-salariales-

Elodie Buzaud

Il existe plusieurs réponses possibles à la question du salaire généralement abordée en fin d’entretien d’embauche. Reste à savoir laquelle est la meilleure…

Réponse n°1 : « le plus possible »

C’est une réponse plutôt osée mais elle peut passer, « à condition d’être jouée », estime  Thierry Krief, président du cabinet NegoAndCo dans une vidéo (ci-dessous). Autrement dit : formulée sur le ton de l’humour. Et d’ajouter : « Ce n’est pas une mauvaise réponse si vous êtes commercial. » Mais si ce n’est pas votre cas, évitez.

Réponse n°2 : « combien me proposez-vous ? »

« La réponse miroir est la pire réponse que l’on puisse poser », estime Mariame Soumaoro, du cabinet Hays. Les recruteurs veulent que les candidats aient une idée de combien ils valent. Pour le savoir, vous pouvez consulter les barèmes des études de rémunération disponibles en ligne, ou « réclamer environ 10 % de plus que votre salaire actuel si vous avez de l’expérience, estime la consultante. C’est l’augmentation acceptable pour un profil expérimenté. » Mais il faut être prêt à fournir la preuve au recruteur : votre dernier bulletin de salaire. Pour les profils les plus recherchés, il est possible de demander davantage en s’appuyant sur ses réalisations.

Réponse n°3 : une fourchette de salaire

C’est une option valable. Mais attention : « si vous donnez une fourchette, il faut que le salaire bas soit celui que vous voulez et que vous puissiez justifier pourquoi vous demandez plus, sinon, vous perdez en crédibilité », prévient Thierry Krief. Ne vous avisez pas de mettre en fourchette basse un salaire sous-évalué. « Vous pouvez perdre le poste si vous n’êtes pas assez cher. On ne se vend pas mieux en baissant ses tarifs », indique Thierry Krief. Pour les jeunes diplômés, ou si le recruteur n’a pas le budget pour vous proposer un salaire en accord avec votre expérience et de vos réalisations, mais que le poste vous plaît vraiment, cela peut valoir le coup de faire un effort et de négocier à la baisse. « À condition de négocier une réévaluation de salaire en fin de période d’essai ou au bout de 6 mois », propose Mariame Soumaoro.

Réponse n°4 : un chiffre précis, suivi d'une question

C’est la réponse que les recruteurs attendent, en salaire brut annuel. Mais ne vous contentez pas de répondre 35 000 euros. « Le but de toute négociation salariale, c’est d’obtenir le maximum que l’employeur peut vous donner, estime Thierry Krief. Si vous donnez un prix fixe, a priori, il n’y a pas d’ouverture à la négociation », analyse-t-il. Pour éviter la coupure du dialogue (ce qui est l’inverse de la négociation), « évitez le "je veux" ou "je demande". Il vaut mieux répondre une phrase du type : "un salaire de 45 000 euros annuels brut me semble légitime, qu’en pensez-vous ?". Répondre par une autre question ouvre le dialogue. »

Et après ?

Une fois que vous avez ouvert la discussion salaire avec le recruteur, plusieurs options s’offrent à vous :

- si la rémunération proposée par le recruteur vous convient, vous pouvez l’accepter immédiatement. Mais vous pouvez aussi essayer de négocier davantage en ne vous prononçant pas tout de suite. Vous pourrez y revenir par la suite, lors d’un futur entretien. « L’une des erreurs les plus fréquentes est de croire qu’il vous faut accepter le premier chiffre qui est offert lors d’une négociation… de crainte de voir s’envoler la possibilité d’obtenir l’emploi recherché. Ce chiffre est un point de départ », écrit selon le spécialiste de la négociation salariale, Daniel Porot, auteur du livre "Comment négocier votre salaire ou une augmentation" (Les Editions d’Organisation).

- si le montant proposé ne vous convient pas, ou que vous comprenez que le recruteur n’a pas l’intention de vous proposer plus, ne vous acharnez pas non plus. La meilleure attitude, selon ce spécialiste, c’est de continuer la discussion sur autre chose. « En poursuivant par exemple avec : "Est-ce qu’on peut revenir sur le poste ?". Ce faisant, vous générez le besoin chez votre interlocuteur », dit-il. Vous multipliez vos chances d’être retenu. Vous pourrez ainsi revenir à la charge après pour le salaire.

 

25

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Mario

20/11/2018

à 15:49

Bonjour
J'ai fais mes études de gestionnaire Financier et Comptable au Cameroun (niveau Bac +5). j'y travaille depuis plusieurs années et ai acquis des compétences opérationnelles dans tous les postes de gestionnaire (de comptable à contrôleur de gestion en passant par chef comptable) en dehors de Directeur; ceci dans les entreprises de réputation internationales.
Au regard du niveau de rémunération très bas, je désire offrir mes services à l'étranger (Afrique, Europe, Asie, etc.) pour relever de nouveaux challenges.
je postule régulièrement sur votre site (Cadre emploi) sans suite favorable. comment faire? que me conseillerez vous pour parvenir à mes objectifs? merci d'avance pour vos réponses et conseilles.

> Répondre

Sophie

30/10/2018

à 12:34

Bonjour, je travaille dans une structure de 200 salariés. A la fin de mes études (bac+5 en commerce international et une expérience de 3 ans en banque et assurance), j'ai été recrutée pour un poste de niveau bac à bac+2 dans une mutuelle où je suis sous-payée (un peu plus que le smic ...). Avec une expérience de 4 ans dans ce poste, comment puis-je valoriser mes atouts ( diplôme, nombre d'années d'expériences, compétences, acquis, ...) afin de réclamer un salaire correct selon mon profil et ne pas paraître trop gourmand auprès du nouvel employeur?
Cordialement

> Répondre

En réponse à Sophie

Mario

20/11/2018

à 15:35

Bjr Sophie, je pense qu'il faut simplement continuer a postuler et développer les bonnes attitudes pendant les entretiens d'embauche.

> Répondre

jamal mohamed

08/09/2017

à 02:29

que je dois faire pour gagner un salaire

> Répondre

En réponse à jamal mohamed

Silue, Tchima, Minier

15/10/2018

à 23:17

tracer toujours ce dont l'on veux avoir avant de se fait prononcer sur la chose en question. En outre il est souvent souhaitable d'aviser quelqu'un pour ne pas dis ''si'' apres

> Répondre

En réponse à jamal mohamed

Aurore

11/10/2018

à 20:16

Travailler peut être ?

> Répondre

En réponse à jamal mohamed

Gruger Emile

26/09/2018

à 08:38

Apprendre à parler le français et à formuler clairement son propos. Bonne chance à vous

> Répondre

En réponse à jamal mohamed

Hervé

19/12/2017

à 13:06

Travailler...

> Répondre

Kelly Sophie Smith

06/04/2017

à 21:59

Comment je dois négocier mon salaire max. Merci

> Répondre

En réponse à Kelly Sophie Smith

Kouakou Affi nath

21/06/2017

à 17:00

En négociant avec le recruteur

> Répondre

ardois

13/03/2017

à 01:38

Je viens de passer un entretien et j'ai fait l'erreur de donner comme salaire bas de la fourchette exactement le montant que je gagne dans mon entreprise actuelle. Or, je ne voudrais pas changer de poste sans augmenter de salaire ! Est-ce que c'est possible de modifier la fourchette lors des entretiens suivants ? C'était bien-sûr une grosse erreur de ma part, dû en partie à la surprise car je ne m'attendais pas avoir la question sur le salaire aussitôt dans l'entretien. Mais comment y remédier ?

> Répondre

En réponse à ardois

Damien

19/12/2017

à 18:30

Si les entretiens se passent bien et qu'une offre et faite, il suffit de demander plus et que vous n'accepterai pas leur offre si la différence de salaire avec le poste actuel est trop faible

> Répondre

Linda

26/06/2016

à 15:58

Merci grandement Monsieur Krief, grâce à votre vidéo je pourrai répondre en toute simplicité concernant mes prétentions salariales.

Bien à vous.

> Répondre

sclement

02/04/2016

à 11:26

A la direction des RH pendant 10 ans dans une entreprise de 2500 salariés, et 180 recrutements par an (CDD, CDI). Nous avons pris la décision de ne plus demander les prétentions des personnes en cours de recrutement pour une seule raison qui est l'égalité homme-femme. Nous n'avons jamais vu une femme demander plus qu'un homme à poste, diplôme, expérience équivalents. Une femme a des prétentions inférieures de 10 % pour les plus ambitieuses à 30 % de moins qu'un homme. Les entreprises ayant l'obligation légale de travail égal-salaire égal, comment tenir cette obligation quand les prétentions des femmes sont systématiquement minorées par rapport aux hommes, et pour que la crédibilité des deux parties ne soient pas mise à mal. En conséquence, c'est nous, entreprise qui proposons le salaire, et il peut y a voir discussion à ce moment là. Seulement 2 % des candidatures de femmes discutent ce salaire proposé. Et quand nous avons un candidat qui discuter aprement son salaire, nous jouons sur la part variable, ce qui nous permet de rester à peu près dans la loi.

> Répondre

En réponse à sclement

Renlef

23/06/2016

à 14:35

Vous nivelez donc les salaires vers le bas parce les femmes sont moins exigeantes? N'est pas un risque de passer à côté de bons éléments qui demandent un salaire en cohérence avec leurs performances?

> Répondre

Larosec

16/12/2015

à 19:04

Et lorsque l'entreprise nous propose une fourchette (exemple entre 20 000 et 25 000), quelle réponse est attendue ?

> Répondre

Codenrun

09/12/2015

à 09:13

et tout dépend du secteur.
A poste, équivalent (manager de maintenance)
dans l'agroalimentaire, impossible de demander plus que 50k (+- epsilon suivant l'entreprise).
Dans la chimie : la base de négo est à 70k.

et je ne parle même pas des conventions collectives (Forfait cadre a 210 ou 220).

J'ai passé 45 ans (a l'aube des 50), et je viens de changer avec un Gap de + 25% de salaire, (hors PV)

> Répondre

Antoine

10/10/2015

à 18:50

Je suis tout à fait de cet avis.
Pour me réorienter, j'ai accepté une baisse de salaire (un salaire en dessous du prix du marché).
Maintenant, j'ai fait mes preuve mais mon employeur ne réévalue pas mon salaire.
Je cherche à changer d'entreprise mais explique, quand on me demande mon salaire actuel, que je ne souhaite pas le communiquer car je ne souhaite pas qu'il serve de base de négociation pour ce nouveau poste. (j'explique clairement que pour me réorienter j'ai accepté un salaire en dessous du marché mais qu'aujourd'hui je souhaite repartir sur la base d'un prix marché dans la négociation).
Bilan : c'est généralement très mal perçu. Les employeurs font assez bien mine de ne pas comprendre bien qu'à mon sens mes arguments sont tout à fait légitime....
Cela leur enlève l'opportunité de proposer 5% de plus que le salaire actuelle en se disant que cela m'ira bien...
Ma positon est tout de même très dur à tenir en entretien ; la pression est assez forte de la part des recruteurs....

> Répondre

En réponse à Antoine

Christian

17/08/2018

à 10:22

le post date un peu mais je suis exactement dans le meme cas que toi actuellement. Peux tu me dire comment tu as fait pour sortir de cette situation?

> Répondre

eloichezede

14/07/2015

à 16:08

La technique la plus efficace est celle qui consiste à faire la démonstration de ce que l'on est capable de rapporter à l'Entreprise et de prétendre à une quote-part de 20% pour commencer.

> Répondre

Spa18

12/07/2015

à 17:20

Vos conseils sont-ils les mêmes dans le cas des CDD ? Et, qu'en est-il lorsque le salaire proposé est mentionné dans l'annonce ?

> Répondre

Tante Pim

07/07/2015

à 18:47

Fonctions de toutes les inepties et mensonges véhiculés par tous, entreprises et salariés, moi je répondrais de la façon suivante : En retraçant les différentes missions proposées, les différentes responsabilités, les différents moyens, de mes expériences citées, je situerais la fourchette du salaire souhaité entre "x" et "y" (10 à 15%). Attention de ne parler que de salaire, et non de rémunération !!!! Ca a plusieurs avantages. Celui de valider la compréhension réciproque des propos tenus. Ensuite de pouvoir insister sur ses réalisations (vous m'avez convoqué pour ça), et ensuite de mieux cibler la fourchette min/max. Voir même de donner à partir de "x", et ne pas donner de limite supérieure.

> Répondre

mickael_a

07/07/2015

à 14:45

"Mais il faut être prêt à fournir la preuve au recruteur : votre dernier bulletin de salaire. Pour les profils les plus recherchés, il est possible de demander davantage en s’appuyant sur ses réalisations."

Au passage, il n'est pas obligatoire de donner une fiche de paye de son ancien employeur. C'est la meilleure manière pour rester à un salaire trop bas toute sa vie si on fait ça. Je refuse catégoriquement cette pratique maintenant (et ça marche, car légalement ils ne peuvent pas me l'imposer. Ils ont besoin de données pour le dossier administratif mais certainement pas du salaire ! Je ne fournis aucun document qui n'est pas obligatoire ou à mon avantage).

Pour moi la meilleure approche c'est 1. de bien connaître le salaire pour le poste à un profil équivalent, 2. reconnaître ses atouts et faiblesses pour le poste en question. Mais surtout bien travailler ses atouts :)

Ensuite, ça dépend beaucoup du secteur... Si vous savez (avec des faits ! et des retours d'expérience autour) que beaucoup cherchent ce genre de poste, et que votre profil est concurrencé, il faut être moins dur dans la négociation que si on est en position de force. Mais dans tous les cas, il faut partir plus haut que le poste et ses espérances personnelles, car la négociation ira toujours vers le bas, même si le salaire initial est le bon. C'est presque mécanique !

> Répondre

Bruno

07/07/2015

à 14:06

" Mais il faut être prêt à fournir la preuve au recruteur : votre dernier bulletin de salaire"
C'est quoi cette farce ?!!? Je ne négocie jamais un salaire par rapport à celui payé par mon ancienne entreprise, mais en fonction du poste envisagé et sa valeur moyenne sur le marché.
Que dire aux recruteurs qui proposent des rémunérations au ras du bitume, en prétextant que "c'est la crise, mon bon Monsieur", tout en exigeant pléthore de compétences, connaissances et capacités d'intégration ? Est-il possible de leur demander la fiche de paie de notre prédécesseur ? Non, hein ? Bref, tout pareil...

> Répondre

Nathalie

02/07/2015

à 12:26

Les conseils changent au fil du temps. Il n'y a pas si longtemps, on préconisait sur le web de répondre par la question : combien avez-vous prévu pour ce poste ?

Quand on fait de l’intérim, on constate que les salaires pour un poste similaire varient en fonction du secteur d'activité, de l'entreprise (différence pouvant aller jusqu'à 30 /35%). Certains sont généreux et d'autres radins. On ne peut pas répondre combien on vaut.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte