1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Salaire >
  4. Les 7 phrases qui tuent une augmentation

Les 7 phrases qui tuent une augmentation

les-7-phrases-qui-tuent-une-augmentation-

Sylvie Laidet

Quelle que soit l’entreprise qui vous emploie, les demandes d’augmentation sont souvent très codifiées. Veillez à respecter le bon timing, la bonne formulation et surtout à ne pas invoquer l’un des 7 arguments qui signent l’arrêt de mort de votre augmentation.


1. « Avec les licenciements économiques qui viennent d’avoir lieu, je fais plus de travail qu’avant, ça mérite une augmentation ».

Pourquoi cette phrase tue

Parce que, comme le début de la phrase l’indique, le surplus d’activité n’est pas dû à un carnet de commandes en hausse et à une santé florissante de l’entreprise, mais à des difficultés économiques. « Qu’un salarié dont l’emploi a été préservé vienne se plaindre de sa rémunération donne instantanément une image de grand égoïsme, d’intérêt personnel aux dépens de l’intérêt collectif. À la limite le manager va même se demander s’il a choisi de faire partir les bonnes personnes. En tout cas, le demandeur est sûr de créer de la rancœur, d’autant que dans ces circonstances, il est fort probable que le manager n’aura de toute façon aucune marge de manœuvre », argumente Marc Devillard, PDG de Motivation Factory.

>>Lire aussi : Augmentation : comment choisir le bon moment et bien négocier

 

2. « On relève de telle convention collective qui prévoit une augmentation annuelle de tant, donc je veux être augmenté ».

Pourquoi cette phrase tue

Parce qu’on n’est pas à la Sécu. « En soi, la demande du collaborateur n’est pas fausse mais dans le secteur privé, cela ne passe pas. J’octroie des augmentations en fonction des résultats et de l’attitude des membres de mon équipe. Se revendiquer d’un accord de branche ne sert donc à rien », illustre Karine Doukhan, directrice au sein du cabinet de recrutement Robert Half. 

 

3. « Si je n’ai pas d’augmentation, je m’en vais. De toute façon, j’ai de meilleures propositions ailleurs ».

Pourquoi cette phrase tue

Parce que c’est tout simplement du chantage, une arme à utiliser avec beaucoup de précautions. Il est possible qu’une menace directe donne de bons résultats, mais elle ne le fera qu’une seule fois, parce que selon toute probabilité, le manager sait désormais que ce chantage peut se répéter. Sa seule ligne de défense est de rendre le salarié en question remplaçable le plus rapidement possible pour sortir du chantage, et là les menaces n’auront plus d’effet. Sans compter que le message envoyé « je me plairais plus ailleurs » ne tombe en principe pas dans l’oreille d’un sourd : pourquoi investir en plus sur un employé qui vous dit explicitement que son avenir est ailleurs ? « Il y a donc une probabilité élevée que le manager prenne cette posture pour un bluff et refuse instantanément. Au final, le candidat n’aura pas eu son augmentation, mais aura considérablement dégradé son image auprès de son manager, apparaissant désormais comme "en partance" », conclut Marc Devillard.

Marre des refus d'augmentation ? C'est peut-être le moment de regarder ailleurs en créant un alerte sur les postes qui vous intéresse

 

4. « J’ai donné mon maximum cette année, je dois donc être augmenté ».

Pourquoi cette phrase tue

Parce que ce n’est pas à vous de vous auto-évaluer mais à votre manager. « Avec ce genre de phrase, le salarié se piège lui-même en montrant qu’il atteint à ses propres limites et réduit donc l’envie de lui accorder une augmentation car il semble avoir déjà tout donné », argumente-t-elle.

 

5. « J’ai autant d’expérience qu’untel qui vient d’être augmenté, je peux donc moi aussi prétendre à une hausse salariale ».

Pourquoi cette phrase tue

Parce que cette affirmation contient un double problème. D’abord, à part dans la fonction publique, les augmentations à l’ancienneté sont quand même rarissimes. Et puis, deuxième hic : se comparer aux autres. « Chez nous, il y a effectivement des nouveaux collaborateurs qui sont rapidement augmentés car leurs résultats et attitude sont remarquables. En revanche, ceux qui s’endorment et/ou ronronnent ne seront pas gratifiés. Et ce, quelle que soit leur ancienneté. La méritocratie est de mise », ajoute Karine Doukhan.

>>Regardez aussi : Notre vidéo conseil sur la rémunération pour les jeunes diplômés

 

6. « Je n’ai été augmenté depuis 5 ans, ça commence à bien faire ».

 Pourquoi cette phrase tue

Parce que cela indique l’incapacité du salarié à se remettre en question. « Quand on m’oppose ce genre de phrase, je réponds toujours mais « posez-vous la question de savoir pourquoi vous n’êtes pas augmenté. Est-ce une question de résultat, d’attitude, ou les deux », explique-t-elle. Surtout ne pas être dans la paranoïa, une non augmentation a toujours une explication.

 

 

7. « Si je ne suis pas augmenté, je vais adapter ma charge de travail en conséquence ».

Pourquoi cette phrase tue

Parce que cela revient en fait à s’auto-augmenter et les employeurs n’apprécient guère. En effet, faute d’augmentation, vous vous apprêtez à moins travailler. Donc mathématiquement à booster votre taux horaire. Ce type de phrase incite encore davantage les managers à ne pas investir sur le collaborateur. Et donc vous voilà dans un cercle vicieux dans lequel vous ne ferez pas partie des personnes clairement identifiés et donc vos chances de voir votre salaire progresser s’amenuisent. La solution ? S’auto-augmenter mais discrètement et avec modération.

 

126

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

El commandante

13/09/2018

à 20:04

taillable et corvéable à merci jeunes gens dynamiques...mais à un certain niveau ne vous faite pas d'illusion, l'état socialiste passera par là pour vous reprendre le "surplus"...alors ..ne vous affolez pas, restez en zone de confort !

> Répondre

Snake

07/07/2018

à 21:44

Assez marrante cette analyse...

J'y retrouve la façon de penser pathétique et l'hypocrisie des grandes boites qui se tue elle même avec leur politique RH d'un autre temps s'obstinant à ne pas récompenser ses talents.

Cela conduit à des situations grotesque ou il faut jouer de la trompette pour se faire remarquer et peut être avoir un bonbon à l'entretient annuel :)

J'ai passé un doctorat en info pas une thèse en psycho, je ne vais pas rédiger une thèse pour demander une augmente, surtout en ayant en face de moi quelqu'un de moins diplômé.

Résultat, avec ce genre de boite guignolesque, les meilleures éléments ne restent pas longtemps...

Pour compenser les départs on recrute des jeunes sans expérience mal payé et souvent fatigué de bon matin... La mode c'est aussi de faire comprendre au quadra insidieusement qu'ils sont vieux... et qu'il vaut mieux garder son emploi.

Les jeunes Français compétent désirant un véritable salaire et avenir doivent partir à l'Etranger.

Voilà la véritable réalité des choses.

> Répondre

En réponse à Snake

stef

29/09/2018

à 15:16

confondre compétence (diplôme) en oubliant capacité et savoir être, que vous a-t-on appris lors de votre doctorat ?
cela ne fait que confirmer qu'un bac+2 talentueux s'épanouira d'avantage qu'un soit-disant savant.

> Répondre

doudou

21/02/2018

à 03:53

Bienvenue dans les années 90!
Cet état d'esprit dans les argumentaires, les situations décrites sont celles de sociétés et de manager à fuir absolument!

> Répondre

bubard

21/02/2018

à 03:07

Si la performance conditionnait l'augmentation, cela se saurait depuis le temps. En fait c'est le rapport de force qui prime.
Pour être augmenté, il faut que votre manager vous sente mobile, sinon pourquoi gaspiller ses (rares) cartouches pour quelqu'un dont on sait que de toute façon il restera (il est coincé)

> Répondre

Enervé

21/02/2018

à 02:41

Le coup de la convention collective est quand même énorme !!!
Une convention collective s'impose à l'employeur. Il n'est pas question de sécu ou pas ! L'employeur est obligé d'appliquer au moins les augmentations prévues dans les conventions collectives. C'est la loi !
Tout refus est punissable et passible de fortes amendes !
Clairement, le message de ce genre d'articles, c'est : ne demandez pas d'augmentations et marnez en silence!
C'est juste lamentable !

> Répondre

Pierrox

02/12/2017

à 07:55

Mouais évidement ces reponses telles quelle ne passent pas, mais certaines relèvent des arguments cohérents : la convention collective protège les salariés et les employeurs les connaissent avant l'embauche, il serait donc normal qu'ils les respectent, et que ce ne soit pas aux salariés d'aller quémander qqch qu'ils ont droit. L'argument sur d'autres propositions est aussi correct, seulement il ne faut pas trop bluffer. La concurrence marche dans les 2 sens, il ne faut pas hésiter à la faire jouer, surtout si les compétences sont positionnées sur un marché en tension, le dit manager lui n'hésitera pas à prendre un poste ailleur

> Répondre

Ln agent privé privé oeuvrant ds le cadre d un service public et pas augmentée depuis bien longtemps

01/12/2017

à 20:52

La sécu : secteur privé !!!! Attention à ne pas faire d erreurs dans vos articles. Avoir une convention collective ne veut pas dire faire partie du secteur public!! Les agents de la sécurité sociale sont salariés privés travaillant pour un service public et ne sont pas fonctionnaires. Contrairement à d'autres agents ! Vigilance sur vos sources ou aux préjugés ou aux lieux communs. Merci

> Répondre

En réponse à Ln agent privé privé oeuvrant ds le cadre d un service public et pas augmentée depuis bien longtemps

Chrys 79

13/01/2018

à 09:09

Idem pour les agents de Pôle Emploi.

> Répondre

En réponse à Ln agent privé privé oeuvrant ds le cadre d un service public et pas augmentée depuis bien longtemps

Worklife

02/12/2017

à 09:06

Salariés du privé une belle blague ... des improductifs et sans réelles valeurs de notre société. Les fonctionnaires devraient être réduits au stricte minimum (armée, état civil, ...) Service public gratuit merci de regarder les lignes de cotisations des bulletins de paie et des impôts payés par la classe moyenne. Un classe appauvrie et le terme travail bafoué
A quand une système de retraite juste ?
A bon entendeur

> Répondre

En réponse à Worklife

LN salariée du privé

04/12/2017

à 17:37

Nous ne sommes pas fonctionnaires et avons les mêmes cotisations que tout le monde...le même code du travail et les mêmes retraites...Evidemment, chacun cotise...qui parle de gratuité? improductifs....nous recevons des centaines de personnes par jour et liquidons leurs dossiers AT, maladie, maternité, paternité, rentes, invalidité....pour que ces gens puissent vivre et se nourrir...Néanmoins comme tous salariés (DU PRIVE je ne blague pas du tout, informez vous!), nous ne faisons pas les règles ni les lois...A chacun de voter correctement pour que ce soit le cas...A bon entendeur...

> Répondre

Marc92

03/07/2017

à 22:49

Il y a aussi une chose à faire quand on en a la possibilité et la compétence, c'est de lever le pied comme dit dans l'article et de se dégager du temps pour travailler non déclaré à côté.

Vu la concurrence entre salariés, les faveurs qu'ont certains, la peur de l'entreprise que toute augmentation individuelle se termine par une avalanche de demandes d'autres salariés, l'égo du chef qui ne veut pas passer pour un faible, il vaut mieux ne pas trop espérer quand on ne sort pas du lot. La recherche de l'augmentation c'est peu d'élus et beaucoup de déçus. le jeu n'en vaut pas la chandelle.
Le meilleur moyen d'être augmenté c'est de partir voir mieux ailleurs quand on en a la possibilité, ou de se faire son augmentation en travaillant à coté.

Et surtout, ne pas tomber dans le piège du "travaillez plus et toujours plus maintenant" = faire des heures sup non payées, en croyant le chef ou le sous chef qui vous dit que l'entreprise vous renverra l’ascenseur plus tard.
D'ailleurs, toutes les arnaques sont basées sur le même principe.

> Répondre

En réponse à Marc92

Snake

07/07/2018

à 21:09

1 an après votre commentaire est toujours pleins de bon sens.
100% d'accord avec vous

> Répondre

En réponse à Marc92

benoit meyer

05/09/2017

à 20:31

bonsoir

je vous l'accorde depuis plus de 7ans je vis ainsi cad j'ai trouvé un job en auto entrepreneur pour compenser les indécisions, les restrictions, les manques d'opportunités et les soubressauts économiques

ben

> Répondre

UltraRouge

18/01/2017

à 22:50

Rapports de forces, quand vous nous tenez...

1. Ayez toujours (ou presque) une opportunité de démarrer un job ailleurs, même moins bien payé. On est plus serein quand on a pas le couteau sous la gorge.
2. Faites comprendre que le refus d'une augmentation est un message clair de l'employeur sur le manque de perspectives pour vous dans son entreprise.
3. Passez en mode roue-libre. Vous avez constaté lors de la dernière demande d'augmentation que faire des efforts ne paie pas.
4. Si on vous demande un effort après n'avoir pas eu d'augmentation, faites payer AVANT. Ne fonctionne que quand le couteau est sous la gorge de votre hiérarchie. Ne fonctionne qu'une fois donc réfrénez toutes vos envies de modération salariale car, sauf gros coup de chance, vous êtes déjà dans la prochaine charrette !
5. Faites vous licencier, si possible avec un motif qui vous permettra d'attaquer aux prud'hommes. C'est toujours mieux qu'une démission si vous êtes attendus ailleurs.
6. Une fois dans votre nouvelle boutique, débauchez vos collègues, vous savez qui sont les bons et combien ils sont mal payés. En plus de la basse vengeance , vous ferez des heureux parmi ceux qui vous rejoindrons et vous toucherez des primes de cooptation.

Bien sûr, ces techniques ne valent que si vous êtes vraiment mal payé.
Bien sûr, ces techniques sont plus difficile à appliquer quand il y a 10% de chômeurs.

> Répondre

loulou

30/12/2016

à 17:59

ok, soit, mais les 7 phrases qui favorisent une demande d'augmentation ? Ce serait au moins aussi utile.

> Répondre

En réponse à loulou

Lili

06/09/2017

à 23:20

Tout an fait d'accord. Ça fait beaucoup de choses à ne pas dire. Mais que peux t'on dire, alors ?

> Répondre

En réponse à loulou

Guillaume

19/01/2017

à 21:44

Aucune phrase ne favorise une augmentation , la performance de l'année complète est prise en compte ( performance eco et humaine )
.
L'évaluation est réalisée sur l'année et non lors d'une discussion de quelques minutes .

Cordialement

> Répondre

En réponse à Guillaume

Lili

06/09/2017

à 23:22

Donc on ne motive pas sa demande d'augmentation avec des arguments même si on nous le demandes ?

> Répondre

Philom74

29/12/2016

à 13:30

Confronté à une Xième réponse négative de demande d'augmentation, après des réalisations de projets remarquables sur des années, ma réponse a été de prendre une année sabbatique (11 mois comme la loi le permet). Effet garanti!
Là, il est clair que ce choix a entériné le clash qui était inévitable, mais à force de se moquer du monde: boîte prospère, bénéfices en expansion rapides, primes pharaoniques dévolues à une minorité.... A mon retour, j'ai pu mesurer l'impact de ma décision et ses conséquences; beaucoup ont mal vécu au quotidien mon absence et ont mesuré ce que j'assumais en réalité. D'entrée, comme pour me punir, on m'a confié un projet extrêmement difficile. Dommage pour cette direction exécrable, je m'en suis brillamment sorti.
Puis la stratégie a été de délocaliser, et là le désastre que j'avais annoncé s'est produit. Plan social et bénéfices sur le dos des salariés.

> Répondre

ln

28/12/2016

à 18:31

Tout ça est bien joli, mais alors il n'y jamais de bonne raison !
En ce qui me concerne je n'ai jamais obtenu d'augmentation autrement qu'en donnant ma démission...
En vérité nous sommes dans un monde de rapports de force, arrêtons de croire que l'augmentation est une juste récompense, elle n'arrive que quand il n'y a pas d'autre choix.
Désolée pour ceux qui pensent vivre dans un monde de bisounours

> Répondre

787ludovic

28/12/2016

à 11:08

Je vais faire une réponse à la hauteur de l'article, c'est "zéro".
On sent bien aussi de quel côté se sont rangés les auteurs et les sources, du côté du chéquier.

> Répondre

Eric L

28/12/2016

à 09:30

Un manager saura écouter un salarié de son équipe qui maîtrise son poste, et qui, au cours d'un entretien, lui proposera de nouvelles idées, ou un élargissement de son poste et de ses fonctions, voire même une demande évolution vers un autre poste.
C'est une des meilleures possibilités pour avoir une augmentation.

> Répondre

Tournadre Fabrice

27/12/2016

à 21:26

Ça tient la route cet argumentaire des 7 "truc-machins" ... pour une fois. Ma seule question est : quelles sont les 7 phrases qui favoriseront une augmentation ?

> Répondre

En réponse à Tournadre Fabrice

Paul MASSAN

28/12/2016

à 18:46

Question pertinente, je m'apprêtais à la poser !

> Répondre

Laila

27/12/2016

à 13:29

En gros c'est tout selon la bonne volonté de l'employeur. Je pense qu'un salarié qui estime avoir droit à une augmentation devrait aller voir ses managers et expliquer les choses clairement simplement et calmement. Autrement on passe sa vie à s'user les neurones à faire de la politique stérile et inefficace. Faut pas oublier qu'on décide pas de vendre sa force de travail et son temps pour des prunes.

> Répondre

En réponse à Laila

Emmanuel

28/12/2016

à 11:09

Tout a fait d'accord...
Partant du principe que d'après cet article, une non augmentation a toujours une bonne raison, il faudrait donc avoir le raisonnement suivant pour le salarié :
- Si je ne suis pas augmenté, pas la peine de demander, puisque mon employeur est seul juge, et m'évalue à ma juste valeur (pour lui)
- Soit je m'en contente et considère que cela vient de moi, soit je vais voir ailleurs

Pas sur que ce soit très productif non plus....

On oublie un peu vite que l'on se vend à un employeur, dans des conditions qui sont le contrat de travail. Ces conditions changent, c'est la vie de l'entreprise et c'est normal. Cependant, l'évolution de ces conditions se ressent dans le quotidien, et seulement rarement dans l'évolution de salaire... Ce qui n'est effectivement pas normal à mon sens... Mais bon, je suis salarié, alors à quoi bon...

> Répondre

En réponse à Laila

titus

28/12/2016

à 04:05

Laila,

Venez faire un tour du côté de Pôle-emploi et vous pourrez facilement obtenir satisfaction à votre demande d'augmentation...........

Vous avez un job, ne vous plaignez pas!

> Répondre

En réponse à titus

Emmanuel

29/12/2016

à 10:17

Titus, Bien sur qu'il y a toujours pire et plus compliqué comme situation, mais ce n'est pas une raison pour accepter tout et n'importe quoi parce que "on a de la chance d'avoir un job"....

Si on entre dans ce genre de raisonnement, vous avez de la chance d'avoir pole emploi, il y a des pays ou personne n'a de quoi manger...

Le nivellement par le bas n'a jamais fonctionné et n'est pas une solution

> Répondre

En réponse à Emmanuel

Chientlit

05/09/2017

à 16:52

Le nivellement par le bas en tout cas par la moyenne est ce qui est pratiqué par mon entreprise depuis 20 ans...

Ca n'aide pas à motiver c'est certain, et ca entretient une colère latente et des frais pour la Sécurité Sociale, donc pour la collectivité.

Et de plus, cela engendre une future pauvre, une fois à la retraite !!

Tout cela est un gâchis phénoménal ! Mais c'est la vie de l'entreprise, c'est la lutte des places...

> Répondre

laocm

28/10/2016

à 14:50

PAr expérience, les managers recherchent la paix dans leur équipe. Un lmelbre de l'équipe qui bosse bien + qui a de l'ancienneté + qui connait du monde daans l'entreprise a une chance de bébéficier d'augmentations.
A l'inverse, je pense que lorsqu'on cumule l'absence d'augmentation au fil des années, un employé peut demander à son manager s'il veut qu'il quitte l'équipe. C'est une facon de retourner l'érment au manager : pas d'augmentation , alors je vais quitter l'équipe (même si je m'y plais ....)

> Répondre

doudou 76

27/10/2016

à 21:52

Je crois qu'il faut les mettre en attente, les tenir par les c ... en mettant votre travail actuel en valeur, et ne pas hésiter à faire valoir aussi vos idées d'innovation qui permettront de faire progresser l'entreprise dans son développement ... Un patron c'est un dominant, le salarié est trop souvent dominé, retournez la situation à votre avantage, soyez ferme, sûr de vous, prenez le dessus pour lui montrer que cette demande est justifiée

> Répondre

François

27/10/2016

à 18:53

Si j'avais écouté ces piteux conseils, voilà quinze années que mon salaire n'aurait pas bougé :-)

Au contraire, réagissez ! plaignez-vous ! comparez ! menacez ! sinon, vous n'aurez rien car vous n'aurez rien demandé...

C'est pour éviter ce genre de choses que je suis passé à mon compte, et croyez-moi, on n'en vit que mieux de ne pas dépendre d'un p'tit chef incompétent qui a tous les droits sur votre salaire et sur une grande partie de votre vie...

> Répondre

En réponse à François

Lamadzou

03/11/2016

à 10:46

Bravo, je suis tout à fait d'accord avec vous! A écouter ces conseils pipo, on deviendrait des timorés de l'augmentation. Le travail c'est comme le commerce, il faut savoir lâcher un peu pour récupérer plus. Les entreprises intransigeant sur les augmentations, ne voient que du turn-over d'employers et finissent par sombrer.

> Répondre

PEDRO

26/10/2016

à 22:39

la paragraphe 1 réinterroge. Un licenciement économique dans une PME OK. mais en général un licenciement économique dans une grande société correspond souvent à traiter les salariés comme des esclaves pour distribuer le max de dividendes aux actionnaires.

> Répondre

cedric

25/10/2016

à 19:56

bienvenue dans la politique actuelle ... on croit entendre parler manuel valls

> Répondre

Pierre

12/10/2016

à 10:33

Je trouve stupéfiant qu'un organisme semi-institutionnel puisse expliquer qu'il est normal de bafouer les accords de branche.
La question à poser à la rédaction de l'APEC:
"Que faire face à un employeur qui ne veut pas payer ses cotisations à l'APEC pour financer aussi le salaire de ses conseillers?"
Est-ce que vous diriez aussi que ça ne marche pas comme ça dans le privé?
A ma connaissance, et dans l'état actuel du droit social, les accord de branche sont fait pour être appliqués dans toutes les entreprise de ladite branche, il y a des prudhommes pour çà.
Votre deuxième conseil est donc à revoir svp, il est malheureux de penser que l'évolution de droit et les discussions politiques actuelles pourraient lui donner raison prochainement...

> Répondre

Nico d'une pme

02/10/2016

à 12:31

Bon, en clair, si votre employeur ne veut pas reconnaître votre valeur ou vos efforts, bouclez-la ! C'est très pertinent comme conseil... Merci le taux de chômage! Pour rejoindre les commentaires précédents, on fait quoi, de nos jours, pour être augmenté lorsque notre employeur fait la sourde oreille? La grève?

> Répondre

En réponse à Nico d'une pme

Nadia

10/10/2016

à 16:15

Tout à fait d'accord avec le commentaire ci-dessus. Ces conseils ont l'air de venir d'un patron impitoyable et sans vergogne. En gros c'est, si on ne vous augmente pas, bouclez-la et courbez l'échine. Et puis quoi encore, on croit rêver...

> Répondre

En réponse à Nico d'une pme

Daniel Presvost

10/10/2016

à 14:33

Je n'aurais pas mieux dit !
Bravo pour votre esprit de synthèse :)

> Répondre

En réponse à Nico d'une pme

Laet d'un groupe international

08/10/2016

à 08:40

Pourriez-vous plutôt svp écrire des articles qui commencent par: "10 conseils pour obtenir une augmentation" ou "8 arguments à utiliser pour être augmenté" ça c'est utile... Il n'y a aucun intérêt de dire aux gens "voilà ce qu'il ne faut pas faire" C'est quoi le but? que les personnes retiennent en mémoire les informations à faire et non pas les choses a ne pas faire... ça semble tellement évident..enfin...

> Répondre

En réponse à Laet d'un groupe international

Natacha35

24/11/2016

à 23:22

Entièrement d'accord! Là, en somme, on dissuade les salariés de demander une augmentation et on encourage l'esclavage moderne.

> Répondre

En réponse à Nico d'une pme

Seb

07/10/2016

à 21:08

Cherchez un boulot ailleurs !

> Répondre

Pat

01/10/2016

à 18:20

Les règles établie pour être reconnu comme un leader ont depuis bien longtemps transformé les dirigeants en une espèce de commerciaux qui se valorise à grand coup de résultat en constante progression et considèrent la mains d’œuvre comme une marchandise à valoriser. Le bon sens et l'humanisme sont devenu, bien plus que ces quelque phrase, des mots interdit, voir des pensés malsaine dans une perspective de groupe qui veut attirer les financiers à lui concéder quelque crédit. Le court terme est autant rémunérateur que destructeur.........

> Répondre

Nonauxinegalites

01/10/2016

à 12:54

Bonjour,

Le contrat de travail est un contrat qui pose l'employeur en position de force. Il existe deux types d'entreprises : celles qui ont conscience que sans leur salariés elles ne sont rien et celles qui cherchent à faire du profit par tous les moyens y compris en économisant sur les salaires.
Dans le premier cas nul n'est besoin de réclamer les revalorisations salariales et le respect de l'humain font partie du fonctionnement et vus comme un investissement pour une meilleure rentabilité et un meilleur climat social. Dans le deuxième cas, qui est tout de même assez répandu, quel autre choix a le salarié que d'exprimer ces "phrases interdites" ? dire "s'il vous plaît ? je vous en supplie ? je ferai toutes les heures sup non payées qu'il faudra ?"
Ce genre d'article n'a aucun intérêt et place à nouveau le salarié en situation d'infériorité. Avez-vous prévu de faire un article sur tout ce que les employeurs ne devraient pas faire ? histoire de rééquilibrer un peu les choses ?

> Répondre

En réponse à Nonauxinegalites

La rédaction Cadremploi

05/10/2016

à 12:14

Bonjour,

Merci pour votre message.
Évidemment nous ne voulions pas placer les salariés en "situation d'infériorité" avec cet article. Notre but était de recenser les phrases souvent entendues lors de demandes d'augmentation, et qui peuvent paraître légitimes, mais qui sont de mauvais arguments.

Il y aurait aussi beaucoup à dire sur ce que les employeurs ne devraient pas faire, mais ce n'est pas notre sujet. La rédaction de Cadremploi travaille tous les jours pour accompagner cadres dans leur recherche d'emploi et le développement de leur carrière.

> Répondre

En réponse à La rédaction Cadremploi

Sté

28/12/2016

à 21:15

Phrase N°1 :
Il peut se comprendre, dans une entreprise qui licencie pour véritables raisons économiques, qu'une demande d'augmentation pour surcroît de travail du fait d'un effectif inférieur soit mal perçue par le manager. Pourtant, c'est bien grâce à ces salariés qui restent que la société peut continuer à fonctionner et, à défaut d'une augmentation qui, en effet, fait augmenter la masse salariale, il semble qu'il faille mitiger le propos en indiquant qu'une demande de prime peut éventuellement être légitime. Qu'est-ce qu'une société sans salariés ??!! Où est donc passé le véritable esprit "entrepreneur" qui, d'après moi, trouve son sens à la fois dans le profit et dans la création d'emploi en y associant, à chaque étape de la vie de la société, les salariés.

Les autres phrases sont en effet indéfendables prises isolément, hors contexte.

Je rejoins certains internautes sur le fait qu'il serait plus utile d'avoir des conseils pour mettre en valeur son travail et ainsi pouvoir obtenir une augmentation car, dans ma conception de l'entreprise, la "récompense" est au mérite, mais le manager n'est malheureusement pas toujours le mieux placé pour l'évaluer et, surtout, la nature humaine fait que toute personne (et donc, ici, le manager) "abuse" du salarié qui se démène, dit "oui à tout", et accepte de nouvelles missions. J'élargis la réflexion à "la nature humaine" car ce constat se remarque dans de nombreuses situations, pas forcément au sein de l'entreprise.

> Répondre

En réponse à Nonauxinegalites

Ladivine

01/10/2016

à 21:34

Merci pour votre commentaire. CQFD.

> Répondre

Comeyte

01/10/2016

à 08:06

Bonjour Rédaction de Cadremploi et Auteur de cet article :

Quelles sont les phrases à surtout employer pour avoir une chance d'obtenir l'augmentation souhaitée ? Il serait plus utile d'écrire sur ce sujet (excusez mon ironie ...), parce que si je comprends bien le sens de votre propos, on va dans le mur, et autant la boucler ? A moins que votre article manie l'humour (douteux) et soit à prendre au 2e degré ? Sinon, je dis article inutile et sans intérêt

> Répondre

En réponse à Comeyte

Paarm

05/10/2016

à 02:58

Je suis tout à fait d'accord. Ce type d'article n'apporte strictement rien et pose encore l'employeur en position de force. Se pose-t-on la question de savoir ce qui motive un salarié pour qu'il donne le meilleur de lui-même ?

> Répondre

Toto le Haricot

30/09/2016

à 19:44

ATTENTION à n p as tout confondre .. on a effectivement plus de chance d'obtenir ce qu'on demande que ce qu'on mérite !
L'article met simplement en avant les "mauvaise demandes, pour de mauvaises raisons" vs. les raisons légitimes et tournées positivement.

> Répondre

Api

30/09/2016

à 19:20

Cela aurait ete sympa de proposer des approches pour demander l augmentation et l obtenir

> Répondre

Alf.bn

30/09/2016

à 18:59

En fait, si aucun argument n'est recevable, il aurait fallu appeler l'article "Pourquoi vous ne serez jamais augmenté!".
Pour ma part, j'ai 53 ans et suis responsable dans une PME en pleine expansion. Ma charge de travail augmente proportionnellement à la taille de l'entreprise et l'bsence d'augmentation depuis des annees fait sue mon salaire net ne cese de diminuer. Je pense que vu mon age, mon patron joue le "pourrissement". Je suis actuellement en recherche d'une meilleure offre (bien avancé sur deux postes) et je partirais si rien ne bouge. Je ne pense pas qu'il s'agisse de chantage, mais de a simple application de la loi du marché...

> Répondre

En réponse à Alf.bn

Alf.bn

30/09/2016

à 19:11

Désolé pour les fautes, telephone oblige...

> Répondre

Sylvana

30/09/2016

à 16:10

bonjour
merci pour l'"alerte" ; vraie sur plusieurs points, elle invite aussi à baisser la tête, ou mieux, à ne jamais rien demander, fermer sa bouche

les RH formatés semblent ne plus se rendre compte de ce qu'ils recommandent et oublient qu'eux aussi sont parfois directement sur la case Départ plus vite qu'ils ne le pensent.
Il faudrait vraiment modérer ces recommandations, prenez un miroir ...
bonne journée.
SYL

> Répondre

En réponse à Sylvana

LNI

01/10/2016

à 09:53

D'accord avec ce commentaire. Une personne doit être évaluée sur la base d'objectifs clairs et discutés avec lui. Un retour sur ses performances doit lui être fait pour qu'il comprenne ses points forts et ses points d'amélioration.
Un accompagnement doit lui être offert pour le faire progresser.
Pour résumer un salarié qui ne comprend pas pourquoi il n'a pas eu d'augmentation est un indice de dis fonctionnement du service RH qui n'a pas fait le job!

> Répondre

En réponse à Sylvana

Alex 29800

30/09/2016

à 21:37

Je pense que la direction ne conçois pas toujours la difficulté du travail au jour le jour et du moment où le travail est fait et bien fait pour un prix modique, du haut de sa tour d'argent.Tout va bien.
Bref un jour je serais .... Riche?.... Reconnu?...en retraite? D autres ont auront déjà pris la place.Tout va bien.

> Répondre

MarinShip

30/09/2016

à 10:49

Peu importe la formulation qui peut être maladroite venant d'un employé en situation de stress et au minimum d'inconfort ; il est venu faire une demande courageuse, dont il sait qu'elle risque d'être mal interprétée.

Que le supérieur préfère examiner la rhétorique de l'employé plutôt que le fond de sa démarche n'est qu'un échappatoire pour ne pas accéder à sa demande et démontre le peu de cas qu'il fait des salariés.

Ce qui m'étonne c'est que CADREMPLOI se fasse l'écho de telles pratiques. J'aurais préféré lire des conseils positifs pour aborder de telles situations vues du côté du demandeur.

Bien cordialement,

> Répondre

ZAZA

30/09/2016

à 09:14

Effectivement nous ne sommes pas dans le monde des bisounours et même un manager de bonne foi, si on ne lui demande pas d'augmentation, il ne le fera pas spontanément... Moi personnellement j'ai obtenu des augmentations en menaçant et en mettant les dossiers dans le couloir après avoir absorbé pendant 5 ans un job en plus du mien et sans modification de contrat de travail ni augmentation, alors oui un jour j'ai dit "ça suffit" et ça a marché... (+ 25 %) Donc de toute façon il faut demander car "qui ne tente rien n'a rien"... Il faut juste bien analyser les rapports de force en jeu pour savoir comment s'y prendre. A bon entendeur...

> Répondre

kells

30/09/2016

à 01:07

Ça devient de plus en plus difficile une augmentation. Il faut réaliser d'enormes tâches avant de prétendre à une augmentation non significative.

> Répondre

Landry

29/09/2016

à 23:59

Bon conseil
Au débutant, aux personnes qui pensent être le lieu instruit
Ou intelligent

> Répondre

lilie_libre

29/09/2016

à 21:43

très ringard comme analyse. j'ai déjà utilisé la phrase n°3 et croyez moi elle fonctionne très bien, si bien sûr elle est sincère. Quant au reste, les explications données relèvent souvent du champ moral qui n'a rien à voir à l'affaire.
S'il y a une convention collective qui prévoit des grilles et des conditions d'avancements cela me parait bien aventureux et pas du tout professionnel de la part du resp RH d'en faire abstraction.

> Répondre

Thierry

29/09/2016

à 20:37

Si on oublie de cocher la case esclave, à part le chantage explicite ou implicite rien ne peut marcher
Normalement un manager conséquent n'oublie jamais d'annoncer une augmentation, sauf si elle lui semble ridicule...
Monnayer sa capacité de travail ça s'appelle et pas bisounours land

> Répondre

Geo

29/09/2016

à 20:35

Article plus tourné du point de vue employeur et pouvant même leur donner des arguments ou prétextes à ne rien faire...et soyons honnêtes : cela n'est pas si simple et la vérité est tout autre.
Bien sûr il dénonce une réalité bien triste que beaucoup ont déjà vécue et qui dépasse le simple fait d'augmenter ou pas ses collaborateurs : celle de cette recherche du "toujours plus", plus de productivité, plus de rentabilité, plus de patrimoine et plus d'argent surtout pour ceux qui en ont déjà beaucoup...
Parler de phrases qui tuent est un "non-sens", comme si la personne que l'on va trouver nous attendait avec un fusil !
Cela est malheureusement d'actualité : comment éliminer l'autre ou se débarrasser de celui qui gêne ?
On entre là dans une dualité malsaine et ces exemples d'échanges dénotent un état d'esprit étroit de la part de celui qui adopterait une telle attitude.
Il y a des employés modèles qui n'ont pas le sens de la formulation et qui font un excellent travail qui ne nécessite pas pour autant de savoir bien s'exprimer.
Avant de parler d'augmentation, il conviendrait de parler de considération et avec un peu de bonne foi, le reste suivra naturellement.
Il y a trop d'hypocrisie dans notre société et les politiques ne sont que le reflet de la conscience collective.
L'entreprise est avant tout une aventure humaine et la réussite n'a d’intérêt et se trouve gratifiante que si elle est partagée !
Cela n'empêche en rien de cultiver la performance, de récompenser le mérite car c'est le moyen d'avancer et le dépassement de soi est déjà une victoire car il nous fait grandir et se sentir bien.
Il existe des règles du "mieux vivre ensemble", "mieux progresser" mais beaucoup les transgressent ou les détournent à leur profit.
Cet article illustre des prétextes à ne pas augmenter ses collaborateurs mais on pourrait tout aussi bien parler des arguments pour inciter à faire qu'on les augmente ! :-)
En conclusion, des employés motivés et heureux de travailler sont un gage de réussite et d'avenir pour eux mêmes et l'entreprise.

> Répondre

En réponse à Geo

Ganiya

15/10/2016

à 11:17

Merci Geo pour cette bonne analyse et ce constat du bien-être en entreprise, le feel good management, qui devrait être porté par TOUS les employeurs !

> Répondre

En réponse à Geo

Leo

30/09/2016

à 09:03

Vous avez tout dit GEO merci!

> Répondre

En réponse à Geo

chris743107

30/09/2016

à 06:19

Bonjour,

Dans le monde où nous vivons aujourd'hui, tout est tournée vers l'argent, le pouvoir et l'égoïsme à grande échelle. Chacun d'entres nous vit dans son petit coin sans se soucier de son collègue. On nous fait croire à la collectivité mais rien de cela et surtout "on ne partage pas".
Je rejoins complètement les arguments de GEO et dans ce qu'il je m'y retrouve. Mon manager est comme cela, tout pour lui, a part nous faire des remarques et nous parler comme à son petit toutou, malgré que je comprends les contrainte qu'il peut avoir, faut bien qu'il se dise qu'il ne réussira pas sans nous. Il n'y a rien de plus à ajouter à vos fausses idées sur les employés d'aujourd'hui, car c'est vous mêmes qui créer et juger vos employés; après cela, vous vous plaignez de leur demandes qui soit disant est mal formulés.
En france, nous avons une capacité extraordinaire à nous critiquer les uns les autres, employeurs, salariés, politiques. Pendant ce temps d'autres pays avancent et nous on recule, car nos employés même au plus bas niveau prennent la fuite.
Les sou fifres en entreprise font du mal et il y a quasiment pas de reconnaissance auprès de ceux qui travaille tout simplement, qui font leur maximum pour que leur entreprise avance.
Que de perte temps à générer ce genre d'article, vous mêmes posez-vous les bonnes questions.

> Répondre

gerard jardin

29/09/2016

à 19:19

J' ai par expérience, une certaine vision des choses et a mon avis , l' idéal c' est d’être toujours sur la brèche et d' être en permanence a la recherche d' un emploi( nouveau) ne serait-ce que pour avoir une idée exacte du marché de l' emploi .
Le jour ou une offre vous parait être intéressante faite la démarche comme pour partir , mais être vraiment dans la démarche psychologique du départ.
J' ai progressé dans ma carrière a chaque changement d' employeur .
Le salaire se négocie a l' embauche si vous étés retenu c' est que vous étés l' élément nécessaire au bon fonctionnement du dispositif en cours.
Sachez que vous n' êtes pas retenu par hasard.
Il est important de savoir estimer le profit que vous allez générer pour votre nouvel employeur.
A plusieurs reprises je me suis aperçu m' être mal vendu.
Votre coût de revient est facile a calculer après a vous de jouer pour faire en sorte que votre nouvel employeur se rende a l' évidence que vous valez bien le prix que vous demandez .
Quand vous êtes en poste vous êtes toujours plus intéressant ( pour un employeur potentiel) que si vous êtes en recherche , même si le poste que vous occupez n' est pas très valorisant .Un dernier conseil prenez le premier poste que vous trouvez pour assurer le quotidien et surtout sortir de la spirale du chômage, et cherchez mieux ailleurs.

> Répondre

Martial

29/09/2016

à 19:00

Pouvez nous donner les 7 phrases des managers qui mettent en confiance leur subordonnés et les respectent en fonction de leur travail effectué ?
Pour ma part, je n'ai pas été augmenté depuis 6 ans ! Résultat un salaire net inférieur à celui d'il y a 6 ans (augmentation mutuelle ...etc)
tous les rendez annuels ont été parfaits (Très bon travail, au delà de celui demandé, très bon relationnel Etc...)
J'ai juste 56 ans et donc pour retrouver un autre travail....... Il suffit juste de faire la corrélation...

> Répondre

Jason Holz

29/09/2016

à 18:25

La solution : l'indexation des salaires sur l'inflation.

Certains pays la pratiquent. Notre voisin le Luxembourg par exemple.

A chaque fois que l'inflation atteint 2.5% an base annuelle, les salaires augmentent d'autant. La dernière date de 2013 : +2.5%. La prochaine est prévue début 2017 : soit +2.5%. Soit au total en 4 ans : + 5%... Les sociétés en profitent aussi pour augment les prix de leurs produits et services de +2.5% et personne ne trouve rien à redire...

Cela évite tout litige quant aux augmentations au mérite et cela n'empêche pas les primes sur objectifs, les bonus de fin d'année...

Osons en France...

> Répondre

patchmarie

29/09/2016

à 17:42

A travail égal salaire égal.je me suis aperçue que certaines de mes collègues étaient mieux rémunérées que moi sans raison précise.lorsque j ai abordé le sujet avec mon directeur il s est defile et évite ce sujet désormais.il fuit.sa seule réponse est aujourd hui il vaut mieux tenir que courir ....c est très pro...

> Répondre

titi

29/09/2016

à 16:44

Collonges

29/09/2016

à 16:30

Au final, il est question de fric et d'augmentation. Et la bourse annuelle attribuée à cela n'est pas extensible, voire même a tendance à se rétrécir. Le problème est le même qu'un gâteau d'anniversaire avec plus de convives que prévu et parmi eux certains à qui on voudrait donner une plus grosse part. Dans les deux cas, le gâteau n'est pas extensible et doit être partagé. Donc celui qui a une augmentation quelque part mange une partie de la portion d'un autre. De fait il y a toujours des déçus et des contents, des choix parfois pas faciles. Et si on veut contenter tout le monde, on donne alors 0.5% à ceux qui se sont démenés comme aux flemmards. Quoi qu'on fasse, on est jamais satisfait.

Comme quelqu'un le disait plus bas, il faut des commandes pour du boulot pour une redistribution même modeste. Car sans cela c'est peine perdue. Je précise que je fais partie des gens qui touchent 0.5% parce que mon boss n'a pas eu de son boss un gâteau assez grand à redistribuer.

> Répondre

En réponse à Collonges

Mickael

29/09/2016

à 18:52

Vous êtes bien naïf. Moi je pense que votre boss s'est servi le premier....et vous donne les miettes !
Comme partout ailleurs, et c'est la raison pour laquelle les gros salaires s'envolent littéralement depuis 5 ans, au détriment de la base.
Et je suis d'accord avec vous, les méritants et les flemmards sont malheureusement traités à peu près à la même enseigne...Et il y'a une raison parfaitement logique à cela : un flemmard qui en fait le minimum c'est quand même plus facile à gérer que le recrutement d'un nouveau collaborateur. Tant qu'il y'aura un pigeon pour croire à une récompense, et compenser le flemmard.

> Répondre

Romain

29/09/2016

à 16:03

Article à prendre avec des pincettes car cela sous-entend parfois que les employeurs sont toujours de bonne volonté

> Répondre

EB

29/09/2016

à 15:55

Pour avoir personnellement vécu la situation 6, je reste dubitatif sur la dernière phrase....Après 5 ans passé dans la même boite avec satisfaction et félicitations écrites des clients après chaque projet réalisé, j'ai quand même du mal à croire qu'il existe encore une manière de justifier une non-augmentation...à part peut-étre la mauvaise fois et la malhonnêteté .

> Répondre

yann yannick MBIKAMADI NSIMBA

29/09/2016

à 15:53

merci

> Répondre

Brindejonc Marc

29/09/2016

à 15:51

Je réagis deux fois à cette suite d’argumentations "contre-argumentées"
D'une part, cela laisse peu de champs(le nombre d’argumentations citées), à d'autres argumentations éventuelles, car il y a là un nombre important d'argumentations génériques de bonne fois ( à savoir évidentes de fait), et cela prouve une nécessité de fait d'argumenter au-delà des logiques primaires.
D'autre part la personne intervenante ne propose pas.

> Répondre

adage

29/09/2016

à 15:35

Moi cela me fait penser a une situation chez l'un de mes clients ou , suite a la mise en place d'un systeme de préparation de commande afin d'augmenter le rendement, le manager c'est aperçu que la personne qui critiquait le plus la solution en faisait le moins et que la personne dans son coin qui ne disait mots était la plus performante.... comme quoi le manager doit être a l’écoute mais doit savoir observer et se rendre compte de la réalité.
Les augmentations c'est premier qui parle premier servis en entreprise jamais au mérite pour la paix et la tranquillité du manager

> Répondre

Jeff

29/09/2016

à 15:31

La réponse 6 est à des années lumières de la réalité.
Quand une boîte vote un budget dérisoire d'augmentation à l'avance, vous aurez beau avoir été au top, vous ferez ceinture comme les autres.
Les non augmentations n'ont effectivement qu'une raison, celle d'augmenter les dividendes.

> Répondre

En réponse à Jeff

People matter, results count

29/09/2016

à 17:55

D'accord à 200 % !
Le CODIR et les actionnaires se goinfrent toujours et ceux qui font que l'entreprise marche bien se font toujours avoir, cela est ainsi depuis la nuit des temps ...

> Répondre

En réponse à People matter, results count

Toto le haricot

30/09/2016

à 19:48

Si ça c'est pas CGT / FO et révolutionnaire ... le peuple contre les patrons, les pauvres contre les riches, les exploités contre les oppresseurs ...
avec ça on n'est pas prêt d'avancer tous ensemble !

> Répondre

Christophe BOURNAC

29/09/2016

à 15:29

Comme Laurence B., je pense que certaines affirmations conduisent ici l'entreprise à être condamnée... si des accords sont signés, c'est pour les respecter.

Pour compléter cet article néanmoins fort intéressant, il eut été très intéressant de proposer aussi des propositions visant à respecter le bon timing, la bonne formulation. Pour ma part en tant que manager, je pense que le sujet ne doit pas être tabou, qu'il doit être abordé avec transparence. Encore faut il que l'entreprise accepte...

> Répondre

Feel Free

29/09/2016

à 15:27

Bonjour,
je ne peux rester sans réponse à l'explication du 2ème argument qui dit "Parce qu’on n’est pas à la Sécu". En tant que salarié d'une des branches de la Sécurité Sociale, je voulais simplement informer qu'il n'y a pas de convention collective qui indique une augmentation annuelle de tant.
Fût un temps (trèèèèèèèèèèèèèèèèèès éloigné) où, il y avait une augmentation systématique d'un certain pourcentage (2% je crois) même si l'agent n'avait pas de points de compétences, ce temps là est révolu depuis belle lurette.
Je trouve dommage ce genre de réflexion faite par un professionnel qui méconnait la réalité des organisme de Sécurité Sociale et véhicule des idées toutes faites.
Cordialement

> Répondre

cedric

29/09/2016

à 15:25

Dans la grande majorité des entreprises privées, pour être significativement augmenté je ne vois que 2 manières : changer de poste en interne ou changer d'employeur.
La raison est simple : on nous embauche à un moment M avec un certain CV (compétences, expériences..) et à M+10 ans notre CV (et donc notre "valeur") n'est plus du tout la même..
ps : le nombre de boite qui "vont mal" et dont seul le codir s'augmente n'est pas rare..(pour le point sur le cas N°1)

> Répondre

95570lola

29/09/2016

à 15:24

Alors quoi dire, il ne reste plus grandri chose... si on ne peut parler d'augmentation en fonction du marché, de votre mérite ou de votre frustration. Je pense que c'est le moment adéquate qu'il faut choisir.

> Répondre

christine PARMENTEL

29/09/2016

à 15:17

Bonjour,

Article très intéressant.

Alors, que faut-il dire pour avoir une augmentation ,

Cordialement.

> Répondre

ced

29/09/2016

à 15:16

" Si je n’ai pas d’augmentation, je m’en vais. De toute façon, j’ai de meilleures propositions ailleurs" d'après mon expérience on pars a cause d'un manque de reconnaissance.. donc si je résume :
-"chef, je pars par ce que j'ai pas été augmenté"
-"bah fallait me le dire avant"
-"et si je l'avais fait ?"
-"Ah non, c'est pas un argument à mettre en avant"
...

> Répondre

a Cazaux

29/09/2016

à 14:52

Quels arguments mettre en avant pour négocier une augmentation ?

> Répondre

NC

29/09/2016

à 14:47

Donc si on comprend bien, un large panel de justifications est a proscrire, on sait ce qu'il ne faut pas dire, mais quid d'un article sur ce qu'il faut dire ??

> Répondre

Cassandra33

29/09/2016

à 14:20

La 6 me fait bien rire. Bien sûr que je l'ai sorti et pour cause : je n'ai pas été augmenté tout simplement depuis 3 ans parce que je ne suis pas "coeur de métier". Rien à voir avec la qualité de mon travail, le fait que je sois très appréciée chez le client, mon retour d'expérience, mon ancienneté ou ma quantité de travail. Je ne suis pas coeur de métier, les augmentations sont réservées aux gens que l'on souhaite vraiment garder : moi, je n'en vaux pas la peine, quelle que soit la quantité de travail abattu chez le client.

> Répondre

LAURENCE BUISSON

28/09/2016

à 12:05

Affirmer que dans le privé, il n'est pas question d'appliquer ipso facto un accord de branche ( s'il est étendu ou bien si l'entreprise appartient au syndicat signataire, encore faut-il nuancer) peut conduire inéluctablement l'entreprise à se voir condamner devant la juridiction prud’homale ....

> Répondre

En réponse à LAURENCE BUISSON

aztèque

29/09/2016

à 16:44

accord de branche..., étendu..., syndicat signataire..., juridiction prud'homale...etc
tout cela "sent" la grande entreprise, de celles qui représentent moins de 30% des salariés mais s'expriment comme s'il s'agissait de la généralité.
Faire un "stage" en TPE et PME ferait un grand bien aux "représentants de branches"
Ils s'apercevraient ou vérifieraient que le fond de cet article et sur ce sujet précis est exact.
Cela leur permettrait de discuter et négocier en direct avec les dirigeants/ investisseurs, ceux qui prennent les risques. Bon courage... (qui leur manque pour se tremper dans la réalité)

> Répondre

En réponse à LAURENCE BUISSON

Youyou13

29/09/2016

à 15:55

En dehors de toute considération manageriale, vous avez tout à fait raison!

> Répondre

En réponse à LAURENCE BUISSON

Philippe Rajalu Conseil.

29/09/2016

à 10:59

Exact. Ne pas accorder d'augmentation en réponse à cet argument ne vaut que si les augmentations conventionnelles ont été effectuées et qu'il s'agit donc d'une augmentation au mérite que l'on pourrait refuser. Bref, dans ce cas le salarié comme le manager se trompent.

> Répondre

N B

28/09/2016

à 11:58

cela dit, je lis vos articles régulièrement, ils sont toujours intéressants.

> Répondre

N B

28/09/2016

à 11:56

Quel que soit l’entreprise qui vous emploie ...... quelle que soit,....
les fautes d'orthographe tuent aussi...

> Répondre

En réponse à N B

La rédaction cadremploi

29/09/2016

à 10:41

Bonjour NB,

aïe ça fait mal.
Nous prenons toutes les précautions pour éviter les fautes d'orthographe mais ça ne fonctionne pas toujours. C'est corrigé.
Merci

> Répondre

Franz

28/09/2016

à 09:24

C'est la phrase qui tue dans un cabinet de recrutement. Dans les boites très politique , c'est celui ou celle qui a la plus grande langue qui passe le mieux...Il est possible de ne rien faire, de ne prendre aucune décision, de faire perdre des milliers d'euros, de provoquer des burn out, des arrêts maladies, et de créer un fort turn over et d'être récompensé. Il suffit juste d'avoir une bonne communication auprès des bonnes personnes.

Le point de vu de l'article est un point de vue déshumanisant, oubliant que l'économie est au service de l'Homme et non l'inverse, que c'est l'Homme qui fait l'entreprise, et non l'inverse, et qu'on a parfois à faire à d’extrêmement mauvais managers incapable d'expliquer par exemple pourquoi ils ne vous accordent pas une augmentation.

> Répondre

En réponse à Franz

Ducon

29/09/2016

à 15:28

Absolument, il faut sortit de ces analyses vaseuses qui conduisent a un retour déguisé vers une forme de terreur et de soumission pour le salarie. C'est le retour a la dictature du capital et l'enterrement d'un siècle d'acquis sociaux en se cachant derrière l'argument de la compétitivité dans un monde global. Cela conduira de nouveau a la révolte et a une prédominance du conflit et de la violence dans les rapports humains.

> Répondre

Catherine Vermand

28/09/2016

à 08:46

Maintenant que les phrases qui tuent sont inventoriées,
et leurs créateurs identifiés,
ne peut on pas passer à l'étape positive ?
Les phrases qui ouvrent, qui connectent, qui amorcent ....
7 phrases qui engagent le dialogue, qui reposent sur des faits, des attentes et la formulation d'une demande.
Cordialement
Catherine

> Répondre

Le CDD masqué

28/09/2016

à 08:19

ok, donc les raisons fondées de réclamer une augmentation sont à censurer ? Raisonnement étrange, il aurait mieux valu présenter comment les amener intelligemment...Sinon ne pas menacer de partir ? Quitter mes différents employeurs aura eté le seul moyen de vraiment gagner plus, les entreprises semblent incapables de capitaliser et d' investir dans leur personnel...ça me fait penser a ces pseudo enquetes de qualité sociale internes ou tout va bien et tout le monde est important...jusqu' au licenciement économique !
Dirigeants , à défaut d' etre coniciliant , soyez francs et arretez d' imiter nos meilleurs politiciens .

> Répondre

Flo

27/09/2016

à 21:20

Dans ma société, çe n'est pas la qualité du travail qui est récompensé, c'est celui qui passe le mieux la brosse à reluire.

> Répondre

En réponse à Flo

Monteynard

28/09/2016

à 09:56

Mon histoire me dit que la brosse à reluire de marche pas non plus. J'ai fait toutes les erreurs (les 7 de l'article) au moins une fois au cours de ma carrière, et je n'ai jamais été augmenté ! Une fois,j'ai même été "diminué" --dans un contexte conflictuel entre les dirigeants de l'entreprise-- et je suis parti.

Pourtant j'ai toujours été un cire-bottes très assidu et reconnu !

> Répondre

DELAPLACE

27/09/2016

à 18:27

On ne peut pas généraliser et être aussi abrupte dans l'affirmation"phrase qui tue ou qui ne tue pas pour demander une augmentation", cela dépend de l'environnement, de la concurrence interne & externe, des capacités de l'employé ou cadre, du moment, de l'humeur à celui à qui on la demande, du relationnel avec son supérieur. Il m'est arrivé de donner une augmentation à des collaborateurs qui la demandaient maladroitement et sans doute de ne pas en donner à ceux qui n'en demandaient pas parce qu'il n'en méritait pas vraiment mais ils auraient peut-être dû tenter leur chance. J'ai par contre toujours essayé de le faire au mérite, jamais au copinage ou par une pression trop insistante. Mais le mieux, sauf chez les rustres et dans ce cas mieux vaut quitter la boîte, c'est de montrer qu'on a de la valeur pour une entreprise en général le patron comprend qu'il a intérêt à vous garder et il fait le nécessaire (même si on trouve tjs que c'est trop peu). A titre personnel j'ai 30 ans d'expérience professionnelle dot 27 en qualité d'encadrant auprès de 5 patrons, ils m'ont toujours tous très bien récompensé sauf un à qui j'ai rapporté beaucoup d'argent et dont je tirais le nom. Mais je l'ai quitté à la première occasion ! Les autres je les remercie car ils ont été généreux, souvent au-delà de mes attentes. (Et je ne suis pas du genre "suceur de roue" les pauvres.)

> Répondre

Lorenzo

27/09/2016

à 18:03

Tout cela pour dire : "bosse et ferme ta gueule".

> Répondre

Guy LUGNIER

27/09/2016

à 17:43

en complément de mon premier commentaire et en réponse à Cybéric qui ne comprend pas que l'on ne soit pas augmenté lorsque l'"on a tout bien fait", il faut être réaliste, les profits, les gains de productivités sont confisqués par le capital, par la finance pour leur rémunération. Oh biensûre, ce n'est pas le petit patron sous-traitant à Trifouilli lesoies qui se le mets dans les poches, c'est plus fin que cela. La guerre des prix, le chômage de masse, la délocalisation sont autant de moyens pour faire remonter la marge vers la porte de sortie. Par ici la bonne soupe! N'est-ce pas Warren Buffett himself qui a dit:"Il y a une lutte des classes, bien sûr, mais c'est ma classe, celle des riches, qui fait la guerre. Et nous gagnons."

> Répondre

benjamin

27/09/2016

à 17:10

les entreprises ne méritent pas les employés qu'ils ont ! ( en règle générale)

> Répondre

En réponse à benjamin

patchmarie

29/09/2016

à 18:15

Je suis d accord.je le constate chaque jour dans ma propre entreprise.pourtant je croyais que l esclavage avait été aboli......

> Répondre

Charles ALAVOINE

27/09/2016

à 16:14

Analyse bobo parisien adossée aux grands groupes avec "manager" sans pertinence chez le plus important employeur de l'hexagone (TPE et PME de province) au sein duquel un bon salarié a de la valeur et qui est en contact direct avec son patron.
Un VRAI petit patron qui à mis son "pognon" sur la table pour créer son entreprise et qui est confronté chaque jour aux difficultés de trouver et fidéliser son personnel.
Récompense salariale possible si les finances sont au rendez-vous bien entendu...

> Répondre

réaliste

27/09/2016

à 14:36

Rien ne sert de parler.

Il faut agir.

Démissionner.

Déprimer.

Passer le boulot à son supérieur qui est nettement plus intelligent que vous, surtout s'il a fait un MBA à HEC, HARVARD...

Mais surtout S'ADAPTER.

> Répondre

Matthieu

27/09/2016

à 13:31

Cet article en amène un autre : les 7 phrases qui font gagner une augmentation... A bon entendeur !

> Répondre

Anne

27/09/2016

à 13:26

Donnez nous les 7 arguments et formulations pour obtenir une augmentation ;)

> Répondre

Nilocde

27/09/2016

à 13:13

alors que faut-il faire puisque tout, bon, argumentaire peut être interprété différemment?

> Répondre

Guy LUGNIER

27/09/2016

à 12:37

On se croirait à l'église au XIXe, le curé en chair (Cadremploi) relayant la bonne parole de Dieu (l'"esprit d'entreprise", ultralibéral). Et si on prenait un peu de hauteur, les enjeux importants du devenir de sa carrière se situent-ils à ce niveau?

> Répondre

cyberic

27/09/2016

à 12:22

Moi j'aimerai comprendre, nous avons des objectifs de performance. Nous sommes évalués dessus, ceux qui les atteignent ne sont pas augmentés.
Pourtant lorsque l'on demande si notre travail n'est pas satisfaisant, on nous répond que le travail est de qualité, que le client est satisfait.
Tous les indicateurs sont au vert pour avoir une augmentation, mais rien. Ceux qui bossent pas qui font du boulot de me$!e ne sont pas augmenté.
La personne qui ne bosse pas est sanctionné par une non augmentation. Moi je bosse le client est content, je fais du boulot de qualité, mais je ne suis pas augmenté, pourquoi suis-je sanctionné. Quand je pose la question, on me dit que le 0 n'est pas une sanction que je suis paranoïaque. Enfin j'aimerai comprendre que l'on me dise franchement si l'on ne veut plus de moi, ou si je du boulot de m$r*de. Mais non tout le monde est "content de moi", comment voulez-vous rester motivé et ne pas être aigri, quand ceux qui brassent du vent et s’approprient le boulot des autres ont des 6 ou 8% + des primes.
Alors que vous vous restez factuel et objectif sur votre travail, certes j'ai fait mon travail, celui pour lequel je suis payé, mais le gars qui traverse tout l'étage en comme si la France avait gagné la coupe du monde, pour avoir changé une virgule dans un programme, alors qu'un enfant de 12 ans l'aurait trouvé sans problème "c'est formidable", tandis que celui est à fond dans son job résout des problèmes complexe a longueur de journée, "c'est juste normal". Le 0 je veux bien quand il y a des arguments derrière, je suis pas débile, je peux comprendre même si sur le coup ça fait mal.

> Répondre

kriss2567

27/09/2016

à 12:11

... tout à fait d'accord avec les arguments de "non-augmentation".
Quelque sont alors les 7 phrases qui permettent une augmentation ?

> Répondre

Anliz

27/09/2016

à 12:07

" S’auto-augmenter mais discrètement et avec modération." Curieux conseil...

> Répondre

nubya

27/09/2016

à 12:06

Tres bon article

> Répondre

Fanfan

27/09/2016

à 11:32

beaucoup de bon sens, au final.

Un bon paratonnerre est de se demander si, dans l'entretien, étant à la place de l'employeur, j'aimerais entendre ce qui vient d'être dit. Non ? Alors pourquoi le dire !!!

> Répondre

Philippe

27/09/2016

à 11:17

Bien vu ! Reste à trouver les sept manières de l'obtenir !!!
Ne rien demander n'est peut être pas non plus le plus incitatif.

> Répondre

Fortin didier

27/09/2016

à 11:17

C'est exactement comme ça que cela se passe. Et les 7 exemples sont très bien expliqués. Le patron a des devoirs et obligations mais l'employé aussi.

> Répondre

En réponse à Fortin didier

lilie_libre

29/09/2016

à 21:46

que voulez vous dire? le devoir de se la fermer?

> Répondre

Henry

27/09/2016

à 11:11

... et quels sont les 7 bons arguments pour - bien - demander une augmentation ?

> Répondre

Didier Braud

27/09/2016

à 11:09

Il y a normalement des entretiens annuels durant lesquels peuvent se négocier des augmentations de salaire. Ce qui est souvent dommageable c'est que le responsable hiérarchique n'a pas de démarche proactive lors de ces entretiens et va "attendre" le salarié sur ce sujet et très souvent en ayant conçu les arguments qui tuent.
Bref, cela peut ressembler à une sorte de joute où, si le responsable ne prend pas les devants en argumentant, la discussion risque de prendre des proportions difficilement maitrisables. Si le responsable peut être choqué par des "phrases qui tuent", la salarié à son tour peut se trouver décontenancé par une position où toute discussion est fermée sans raison apparente.
Pour certains postes, il est simple de pouvoir trancher et argumenter. Pour des postes plus transversaux, où le rôle du salarié se reflète sur plusieurs responsables, cela devient un casse-tête où le responsable RH va devoir, en son âme et conscience bien entendu, tranché sans pour autant posséder toutes les données.
Comme toute entretien, cela se prépare d'un coté comme de l'autre.Il faut être conscient qu'un bras de fer ne débouche plus que souvent que sur une situation bloquante.

> Répondre

Charlotte Valbrune

27/09/2016

à 10:57

Bonjour,

Attention aux grossières fautes d'orthographe, véritable repoussoir qui met en doute la véracité du propos.

Cordialement.

Charlotte Valbrune

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte