Ma femme gagne plus que moi, c'est grave ?

Céline Chaudeau

On finirait presque par s'y habituer : selon les derniers chiffres publiés de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques), une femme gagne encore, à travail équivalent, en moyenne 17 % de moins qu'un homme. Malgré tout, près de 25 % des femmes affichent un salaire supérieur à celui de leur conjoint. C'est grave docteur ?

Oui, parfois. « En vingt ans de métier, j'ai noté une forte augmentation des consultations liées au travail et à l'argent », témoigne le sexologue Alain Heril. Concrètement, ce thérapeute a déjà observé des hommes « bloqués » par la supériorité financière de leur partenaire. « Cette situation peut même être ressentie comme douloureuse et infantilisante par l'homme, et susciter de graves incidences sur la vie sexuelle d'un couple. »

Risques de troubles sexuels

Marie-Claude François-Laugier, psychologue clinicienne et auteure de L'argent dans le couple et la famille, confirme. « Les troubles sexuels en sont le symptôme, dit-elle, comme du reste les relations vénales et adultérines que le conjoint entretient alors pour redevenir ce qu'il pense être un homme. »

Faut-il y voir les - derniers - signes d'un machisme latent ? Sans doute. On revient de loin : en 1804, le Code Civil de Napoléon désignait l'homme comme le « pater familias » tout puissant. Or depuis 1965, - seulement - l'homme ne peut plus s'opposer au travail de son épouse ni l'empêcher d'ouvrir seule un compte en banque !

Mais les temps changent, quand même. 53 % des hommes acceptent que leur femme gagne plus qu'eux, selon une récente étude TNS-Sofres pour LCL réalisée pour la journée de la femme.

 

Une question de génération

Adeline Roux, jeune chef d'entreprise, est rassurante sur ce point. Cette ancienne costumière a lancé avec succès sa société d'organisation de mariages en Midi-Pyrénées. « Pour l'instant, mon mari accepte que je gagne plus que lui. Mieux encore, il m'aide à me lancer en assurant, temporairement, la gestion de la maison et des enfants. » « Je suis très fier de ma femme et de son succès », abonde Cédric, son mari qui voit dans la réussite de sa femme « celle d'un couple, d'une équipe ». Cette jeune femme de 29 ans concède que c'est aussi une question de génération. « Dans la famille, chez nos aînés, je vois bien que certains ne considèrent pas vraiment cette situation comme normale », sourit-elle.

 

Des femmes qui deviennent un peu homme ?

Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche et auteure de Guerre des sexes : stop !, reconnaît un net changement : elle constate que les femmes ont endossé certains des habits traditionnels de la masculinité, alors que certains hommes ont commencé à investir les prérogatives attribuées, jusqu'ici, jusqu'ici, au sexe dit faible.

« Nous constatons aujourd'hui, que les hommes et les femmes avec leurs fonctions, leurs activités, leurs études, se comportent de manière de plus en plus similaire dans la vie, analyse-t-elle. Beaucoup d'hommes, de trentenaires notamment, se sentent beaucoup mieux face à des femmes plus actives dans tous les sens du terme, y compris dans la sexualité. »

Ma femme gagne plus que moi, c'est grave, docteur ? De moins en moins, réjouissez-vous...

Céline Chaudeau© Cadremploi.fr

Tags : Parité
Céline Chaudeau
Céline Chaudeau

Vous aimerez aussi :