Maîtrise d'ouvrage : quel salaire pouvez-vous espérer ?

Hays

Les métiers techniques ont vu leur niveau de salaires légèrement progresser. De plus, les avantages compensatoires divers (RTT, temps de travail aménagé...) attirent toujours de nombreux candidats.

Evolution du marché

Le secteur Public & Parapublic n'a pas été épargné par la crise économique et ses retombées. Nous avons ainsi remarqué une rationalisation des pratiques des établissements publics qui n'ont eu d'autre choix que d'accroître leur efficacité économique et améliorer leur fonctionnement pour lutter contre ce phénomène.

Ce secteur a par ailleurs été très sollicité par le gouvernement pour venir en aide au secteur privé et notamment soutenir la construction. Les bailleurs sociaux ont ainsi été impliqués dans un programme exceptionnel de Ventes en Etat Futur d'Achèvement (VEFA) et ont acquis près de 30 000 logements. Cette situation a eu pour effet de renforcer le dialogue entre bailleurs sociaux et promoteurs et a développé une dynamique de coopération.

L'image plus sécurisante du secteur Public & Parapublic a attiré des candidats issus du secteur privé, et ce aussi bien pour des profils techniques que généralistes. Des passerelles ont ainsi vu le jour entre ces deux secteurs historiquement assez imperméables. Les acteurs publics et parapublics, voyant en cela l'opportunité de constituer des équipes aux compétences et parcours mixtes, ont ouvert leurs recrutements à ces candidatures « conjoncturelles » mais à la pérennité incertaine.

Les changements sur les pratiques de recrutement

Les difficultés économiques liées à la crise ont globalement favorisé la mobilité interne. Les établissements publics n'ont pas été épargnés par cette tendance et ont fait preuve de beaucoup de précautions à l'embauche.

Les créations de postes ont été reportées voire suspendues et les remplacements ont fait l'objet de processus de recrutement plus longs et plus sécurisés. Ces processus prenaient en compte la formation du candidat et les clients effectuaient également des prises de références ainsi que des tests de personnalité. Les acteurs publics et parapublics ont également augmenté leur niveau d'exigence vis-à-vis des candidats en termes de technicité et d'expertise métier.

Les établissements publics sont de plus en plus actifs concernant leurs solutions de recrutement, utilisant notamment une communication institutionnelle beaucoup plus présente que par le passé. Ils offrent ainsi des formations internes riches et variées qui s'inscrivent dans la gestion des carrières de leurs collaborateurs.

Evolution des politiques de rémunération

Nous notons un tassement des niveaux de rémunération, avec une stagnation des salaires en ce qui concerne les métiers de la construction, de l'aménagement et de la gestion locative. Ceci étant, les métiers techniques ont vu leur niveau de salaires légèrement progresser. De plus, les avantages compensatoires divers (RTT, temps de travail aménagé...) attirent toujours de nombreux candidats.

Quelle vision pour l'avenir ?

L'optimisme est mesuré en ce qui concerne les métiers de la construction et de l'aménagement. En revanche, l'activité de gestion technique et locative devrait rester porteuse. Compte tenu des réformes à venir et de la volonté de l'Etat de rationaliser ses établissements et leurs effectifs, il est fort probable que ce secteur subisse une année sous le signe de la réorganisation et de la restructuration. Ce phénomène ne concernera pas les fonctions dites techniques qui, par essence, demeurent pénuriques et nécessiteront toujours des embauches.

Profils les plus recherchés

En Maîtrise d'ouvrage publique, les établissements privilégient toujours les formations Ingénieurs et offrent ainsi aux candidats des rémunérations toujours plus élevées qu'à ceux issus de formations universitaires. De plus, les enjeux liés au développement durable et la course aux certifications remettent les formations techniques au premier plan.

La maîtrise des coûts devenant un sujet de plus en plus sensible dans les établissements publics, ces derniers renforcent leurs effectifs sur les métiers du contrôle de gestion ou des marchés publics. Ils s'inscrivent aujourd'hui dans une démarche de plus en plus qualitative et compétitive. C'est ainsi que les établissements publics mettent l'accent sur la qualité de service apportée à leurs clients, ce qui se vérifie notamment sur les métiers propres à la gestion technique et à la gestion locative qui restent dynamiques.

Formations, compétences et critères

Les clients favorisent le recrutement de profils techniques (Ingénieurs). Toutefois, des profils avec un niveau minimum élevé de connaissances (Bac +5) peuvent être pris en considération, comme pour les domaines juridique et financier précédemment cités.

 

 

Télécharger l'étude complète sur les rémunérations

Hays
Hays

Vous aimerez aussi :