1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Salaire >
  4. Quelle est la rémunération légale d’un stage ?

Quelle est la rémunération légale d’un stage ?

quelle-est-la-remuneration-legale-dun-stage-

Farah Sadallah

Ne parlez pas de salaire pour un stagiaire, car il n’est pas considéré comme un salarié. Il perçoit une gratification. Retrouvez le barème des rémunérations minimales pour les stagiaires.

Qui peut faire un stage ?

Toute personne suivant une formation publique ou privée peut travailler en stage dans une entreprise, ou une association. « Même en suivant une formation Pôle emploi, on peut être embauché en stage », précise l’avocat en droit du travail Johan Zenou.

Lire aussi : Premier jour de stage : comment faire une bonne première impression

Combien est-il payé ?

En dessous de deux mois de stage, l’employeur n’est légalement pas tenu de rémunérer un stagiaire. Mais rien ne l’empêche de payer ce dernier, même s’ils travaillent moins. Depuis le 1er janvier 2018, il existe une gratification minimale. Cette rémunération des stagiaires est de 3,65 euros de l’heure. Sachant qu’ils sont censés travailler 7 heures par jour.

Dans la loi, le stagiaire est payé au nombre de jours travaillés par mois, son salaire varie donc d’un mois à l’autre. Ce qui donne par exemple pour 2018 : 577,50 euros en janvier, mars, juillet et août ; 525 euros en février, avril, septembre et décembre ; 498,75 euros en mai ; 551, 25 euros en juin et novembre et 603,75 euros en octobre.   

Mais l’entreprise peut aussi procéder à un lissage de la rémunération soit une moyenne des rémunérations sur toute la durée du stage, et verser le même montant tous les mois. « La plupart du temps, les entreprises rémunèrent de la sorte », affirme l’avocat Johan Zenou.

>>En recherche d’un job après votre stage ? Déposez votre CV dans notre CVthèque utilisée par plus de 15 000 recruteurs

Est-il exonéré des cotisations sociales ?

Pendant cette période, la rémunération minimale du stagiaire est exonérée des cotisations sociales : CSG (la contribution sociale généralisée), CRDS (la contribution à la réduction à la dette sociale) et de l’impôt sur le revenu. En d’autres termes, le stagiaire ne cotise ni pour le chômage ni pour la retraite. En revanche, il est assuré en cas d’accident du travail, et d’arrêt maladie.

Les entreprises peuvent évidemment rémunérer leur stagiaire au-delà du minimum légal. Dans ce cas-là, les cotisations et contributions de sécurité sociale sont dues. De même pour l’impôt sur le revenu, la gratification est imposable si elle dépasse un smic annuel. Certaines rémunérations dépassent même les 2 000 euros par mois. Le cas des bac +5 dans les secteurs de la finance, la banque, l’industrie pharmaceutique ou encore les cabinets d’avocats, selon l’avocat en droit du travail.

Existe-il un bulletin de paie ?

Tous les mois le stagiaire peut recevoir un bulletin paie, mais ce n’est pas obligatoire, selon Johan Zenou. En revanche une attestation doit impérativement lui être remis à la fin de son stage. Il récapitule toutes les gratifications perçues pendant la période.

Le stagiaire a-t-il droit à des avantages ?

Le stagiaire bénéficie, en plus de sa rémunération, des mêmes avantages que le salarié en termes de frais de transport, d’accès au restaurant d’entreprise ou de tickets restaurants. « C’est devenu une obligation légale, selon le principe de non-discrimination », affirme l’avocat en droit du travail. 

Lire aussi : 5 astuces pour développer son réseau pendant un stage

Combien de temps peut-il rester en stage ?

Au maximum, votre stage peut durer jusqu’à 6 mois dans un même organisme d’accueil par année universitaire. « Mais il existe des dérives, commente l’avocat Johan Zenou. Des candidats s’inscrivent dans plusieurs formations pour avoir plusieurs conventions. Ils peuvent ainsi enchaîner les stages et dépasser le quota de 6 mois par an. » Pourtant cette procédure est de plus en plus encadrée. Les employeurs doivent attendre l’équivalent d’un tiers de la durée du stage précédent avant d’embaucher un nouveau stagiaire. Sachant que leur nombre en entreprise ne doit pas dépasser 15 % de la masse salariale.  

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte