Salaire : à quoi vous attendre en 2011 ?

Mathieu Bruckmüller

Côté salaire, 2011 ne sera pas à marquer d'une pierre blanche. La grande majorité des cadres devront se contenter d'augmentations inférieures à 3%. Mais pas tous. Découvrez les profils qui vont tirer leur épingle du jeu.

Jamais deux sans trois. En 2011, pour la troisième année de suite, l'augmentation du salaire moyen (fixe+variable) des cadres sera sous le seuil psychologique des 3%. Elle devrait cette année s'établir entre 2,5 et 2,7% selon les projections des experts. Bien loin des 3,5% auxquels les cols blancs étaient habitués avant la crise. « Encore une fois, les entreprises vont farouchement négocier les salaires », analyse Frédéric Béziers, directeur Hays Régions.

« En général, tous les cadres qu'ils soient dirigeants, supérieurs ou intermédiaires devront se contenter de 2,5% de hausse. Cette homogénéité peu importe le niveau de responsabilité est un élément nouveau », souligne Bruno Rocquemont, responsable de l'activité des enquêtes de rémunération chez Mercer en France.

Gel des salaires en baisse

Malgré tout, il y a du mieux par rapport à 2010. Le gel des salaires est en baisse. Seules 5% des entreprises devraient y recourir contre 10% environ l'an dernier. « La situation est moins tendue », estime Bruno Rocquemont.

N'empêche, Eric Le Touzé, Directeur de Michael Page International, s'étonne de voir que les entreprises n'aient pas plus délié les cordons de la bourse alors qu'elles se dirigent vers la sortie de crise.

Mais une individualisation des rémunérations renforcée

Dans ce contexte, la tendance à l'individualisation des rémunérations va se poursuivre. « Les entreprises vont cibler les augmentations sur les meilleurs éléments plutôt que les saupoudrer sur l'ensemble des collaborateurs », poursuit Monsieur Rocquemont. Et éviter ainsi que les talents soient tentés de céder aux sirènes de la concurrence. D'après une étude de Cegos, 87% des DRH envisagent de développer la sélectivité dans les augmentations individuelles et 83% veulent rétribuer en priorité les compétences clés.

Les cadres avec de fortes responsabilités stratégiques ou sur des postes techniques très demandés seront les grands gagnants en 2011. « Avec des hausses de salaire qui dépasseront largement les 10% pour certains comme les consolideurs ou certains experts informatiques qui maîtrisent le langage Java par exemple», indique Eric Le Touzé.

Comment rester motivé ?

Au-delà du salaire, les cadres devront donc plus que jamais être attentifs aux perspectives de travail pour rester motiver. « Les entreprises doivent rémunérer la performance mais aussi offrir une qualité de management supérieure qu'ailleurs avec des opportunités de carrière (promotion transversale, mobilité internationale, formation) et une meilleure couverture du risque sociale avec notamment des avantages pour la retraite. Elles peuvent jouer sur des leviers périphériques qui vont prendre une importance croissante dans la politique de rémunération », avance Bruno Rocquemont.

Quant aux cadres qui espèrent changer de boîte pour augmenter de façon importante leur salaire, ils risquent d'être déçus sauf pour ceux qui sont sur des niches où les compétences se font rares. Raison de plus pour être attentif aux valeurs de l'entreprises, à son environnement humain et managérial.

« Je suis toujours consterné de voir des futurs collaborateurs qui ont juste rencontré les RH mais ni leur futur N+1 ainsi que le reste de l'équipe. Ils n'ont pas essayé d'appréhender la culture et parfois ils tombent des nues car l'ambiance de travail ne correspond pas à ce à quoi ils s'attendaient », avertit Eric Le Touzé.

Mathieu Bruckmüller
Mathieu Bruckmüller

Vous aimerez aussi :