Salaire : un site pour vous "benchmarker"

Sébastien Tranchant

Tout nouveau sur la Toile, JobFact.com est un site gratuit qui vous permet de comparer votre rémunération à celle de vos collègues et alter ego. Mais pour voir, il faut aussi déclarer la sienne.

Vous êtes chef de produit marketing chez Parce que je le vaux bien incorporated, payé 45 000 euros par an, et vous voulez comparer votre salaire à celui vos alter ego? Un site tout neuf et entièrement gratuit vous permet de le faire : JobFact.com, qui se définit comme « la première communauté anonyme où les employés parlent aux employés ». Son principe, simplissime, peut se définir ainsi : « Gift to get », je donne pour recevoir.

En clair, pour avoir accès aux informations concernant un job ou une entreprise, vous vous engagez à dévoiler anonymement votre propre salaire ainsi que la boîte pour laquelle vous travaillez. Résultat : en un peu plus d'un mois, JobFact.com revendique 6000 membres salariés dans plus de 1300 entreprises. Et quand on sait que plus d'une soixantaine officient par exemple chez France Télécom et Ernst & Young ou encore une trentaine chez IBM et Sogeti, la base de comparaison commence à devenir intéressante. Les inscrits sont essentiellement des cadres comptant entre 0 et 25 ans d'expérience et 30 % d'entre eux gagnent plus de 50 000 euros par an.

Les informations notamment en termes de salaire ne pouvant être vérifiées, comment s'assurer de la qualité des données postées sur le site? « Il n'est pas dans l'intérêt de l'internaute de mentir car nous avons le projet de permettre prochainement une mise en relation directe avec des chasseurs de têtes » avertit Julien Recoing, fondateur de JobFact. Autrement dit : si l'internaute ment, il se désert lui-même. En attendant ce nouveau service, le site s'avère surtout utile pour « se benchmarker » et « négocier (dans son entreprise ou une autre) en étant mieux informer ». Et c'est toujours ça de gagné.

Sur JobFact, les inscrits ne communiquent pas uniquement leur salaire. Il leur est également demandé de juger leur propre entreprise de manière contradictoire. En clair, « les commentaires postés doivent être équilibrés, à savoir positifs et négatifs, par souci de vérité. Bien évidemment, tout propos diffamant ou injurieux est systématiquement détruit » explique Julien Recoing qui pense ainsi éviter la comparaison avec les petits diables de la Toile que son Notetonentreprise.com et Cotetaboite.com. « Nous ne sommes pas un crachoir public » lance-t-il. Les concurrents apprécieront.

Sébastien Tranchant
Sébastien Tranchant

Vous aimerez aussi :