Tout ce que les jeunes diplômés doivent savoir sur le salaire

16 octobre 2019 Ingrid Falquy

Les premiers pas dans le monde de l’entreprise s’accompagnent de mille questions, et notamment sur un sujet tabou : la rémunération. Jeunes diplômés, pouvez-vous négocier votre premier salaire ? Pouvez-vous obtenir des avantages en nature ? Comment se passent les augmentations ? Êtes-vous payés lors d’un congé maladie… Toutes les réponses aux questions que vous n’oseriez pas poser au recruteur en entretien d’embauche dans cet article.
Tout ce que les jeunes diplômés doivent savoir sur le salaire
  1. Jeune diplômé : puis-je négocier mon salaire à l’embauche ?
  2. Jeune diplômé : dois-je toujours demander plus que ce que je veux ?
  3. Est-ce que mon salaire va évoluer chaque année ?
  4. Puis-je demander en entretien d’embauche à quels avantages je vais avoir le droit ?
  5. Ai-je droit aux primes d’intéressement et de participation ?
  6. Vais-je être payé pendant mes vacances, même si je pose un RTT et non un jour congé payé ?
  7. Jeune diplômé : vais-je être payé pendant mes congés maladie ?
  8. Que va-t-on me payer à la fin d’un CDD ?
  9. Vais-je être mieux payé si j’ai un statut cadre ?

Jeune diplômé : puis-je négocier mon salaire à l’embauche ?

Le salaire est un élément qui peut être débattu. On ne vous en voudra jamais d’essayer de négocier, mais il faut le faire avec tact. Et il est tout à fait possible que vous obteniez gain de cause, puisque les grilles de salaire fonctionnent souvent avec des fourchettes, et ne sont qu’indicatives.

« Pour réussir à obtenir plus, les jeunes diplômés peuvent mettre en avant une expérience extra-scolaire : une année de césure, un VIE… », commente Émilie Bonnard, responsable RH. « Ou alors ils peuvent souligner des compétences spécifiques acquises à l’école, dans un cours optionnel par exemple, et qui les font sortir du lot par rapport à ses camarades », complète Alexandra Klamecki, consultante en RH chez Umana. Nouveau dada des recruteurs, vous pouvez également mettre en avant une compétence comportementale, autrement appelée soft skills, acquise sur votre temps libre : vous entraînez l’équipe de football de votre commune (vous possédez des qualités de management) ou prenez des cours de dessin depuis 10 ans (la créativité).

Notre conseil Cadremploi : à poste égal, on vous propose un salaire plus élevé dans une autre entreprise. Pouvez-vous vous en servir comme levier de négociation ? « Les entreprises ne prennent pas toutes en compte les mêmes avantages quand elles parlent de rémunération en brut annuel. Pour certaines, il s’agit uniquement du salaire, sans retirer la participation aux tickets-restaurant par exemple, et sans ajouter le 13e mois. D’autres vont au contraire prendre en compte tous le détails », résume Alexandra Klamcki. Faites-vous bien préciser à quoi correspond la proposition qu’on vous fait. S’il y a un écart, vous pouvez faire valoir cette offre au recruteur et voir s’il peut s’aligner.

À lire aussi >> Le salaire d’un cadre débutant

Jeune diplômé : dois-je toujours demander plus que ce que je veux ?

« Oui, il vaut mieux viser un peu plus haut pour tomber sur le bon chiffre… mais il ne faut pas non plus que ce soit démentiel et paraître irréaliste », affirme Alexandra Klamecki. Que vous soyez jeune diplômé, débutant ou senior, la règle est la même pour tous : demandez plus pour l’emploi visé pour obtenir une somme qui vous convienne.

Notre conseil Cadremploi : réfléchissez en amont à votre package salarial souhaité (salaire fixe, salaire variable et éventuellement avantages en nature). Vous devez parler le même langage que le recruteur : en rémunération brute annuelle. Bien préparé sur la question de vos prétentions salariales, vous aurez plus de chance d’obtenir ce que vous souhaitez.

À lire aussi >> Comment répondre à la question sur vos prétentions salariales ?

Est-ce que mon salaire va évoluer chaque année ?

Pas forcément. « Il y a des entreprises qui ont une politique stricte d’évolution des salaires, avec par exemple une évolution annuelle, d’autres pas du tout. Cela peut faire l’objet d’une question en entretien d’embauche. On montre que l’on connaît le monde de l’entreprise et que l’on s’intéresse au fonctionnement de sa future boîte », explique Émilie Bonnard.

Jeune diplômé : l’entretien annuel est-il le bon moment pour demander une augmentation ?

« Concernant l’entretien annuel, tout dépend des entreprises. Certains managers considèrent qu’il faut parler du salaire à ce moment-là, d’autres au contraire que ce n’est pas le moment. Dans tous les cas, les revalorisations se feront sur un pourcentage de ce qu’on gagne, alors il reste important de bien négocier dès le départ », complète Alexandra Klamecki.

L’entretien annuel est l’occasion d’aborder la question de l’augmentation de salaire avec votre supérieur hiérarchique, mais pas que ! Ce peut être également fait après une promotion, l’octroi d’une charge de travail supplémentaire ou un succès professionnel.

À lire aussi >> Comment demander une augmentation hors entretien annuel ?

Quels arguments mettre en avant pour obtenir une augmentation lorsqu’on est jeune diplômé ?

Pour beaucoup un moment stressant, préparez vos arguments pour aborder la question de l’augmentation de salaire de la manière la plus sereine possible : vous avez largement atteint vos objectifs, votre salaire pour votre emploi est en dessous du marché, vous avez absorbé une charge supplémentaire de travail, vous avez développé un produit… Bien étayée, vous démontrerez votre valeur ajoutée apportée à l’entreprise et la nécessité de vous augmenter.

À lire aussi >> Quand peut-on demander une prime exceptionnelle ?

Puis-je demander en entretien d’embauche à quels avantages je vais avoir le droit ?

L’entretien d’embauche est le moment où vous pouvez demander au recruteur les différents avantages mis en place dans l’entreprise : télétravail, Ticket-Restaurant, salle de sport, mutuelle, prime de vacances…

S’il ne le fait pas de lui-même, car les avantages sont souvent des arguments vendeurs et permettent d’attirer les meilleurs profils, n’hésitez pas à interroger le recruteur. Si vous n’osez pas, vous pouvez aller consulter les avis laissés par les salariés ou ex-salariés sur Viadeo. Vous y trouverez une mine d’informations.

Notre conseil Cadremploi : attendez d’être un peu plus avancé dans le processus de recrutement avant de demander à votre interlocuteur les différents avantages négociés dans l’entreprise. Ce serait mal vu d’entrer dans ce niveau de détail dès le premier quart d’heure du premier entretien d’embauche.

À lire aussi >> Quels avantages en nature demander à l’embauche ?

Ai-je droit aux primes d’intéressement et de participation ?

Les primes d’intéressement et de participation sont des primes acquises en fonction des bénéfices de l’entreprise. On parle d’épargne salariale. La première est facultative, la seconde est obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés. Dans tous les cas, pour en connaître les modalités exactes, il faut se pencher sur l’accord conclu au sein de l’entreprise. Le montant peut être identique pour chaque salarié, ou alors proportionnel au salaire de chacun ou au nombre d’heures effectuées. Le salarié peut choisir de toucher la somme, ou de la garder sur un compte-épargne qui le suivra tout au long de sa vie professionnelle, et qui peut être augmenté par l’employeur.

À noter : l’épargne salariale est incluse dans le package de rémunération des entreprises. Prenez-la en compte dans votre rémunération globale, d’autant plus si elle est intéressante.

À lire aussi >> Augmenter son salaire avec son épargne salariale

Vais-je être payé pendant mes vacances, même si je pose un RTT et non un jour congé payé ?

Vous ne serez pas payés si vous posez un congé sans solde ou un congé sabbatique. Le congé payé est la durée de vacances à laquelle vous avez le droit tout en continuant à toucher votre salaire normalement à la fin du mois. Le RTT sert à rattraper les heures que vous avez supposément en trop, dans le cas d’une entreprise qui vous demande d’être présent 39 heures au lieu des 35 minimum légales. Donc pendant vos RTT vous êtes aussi payé normalement puisqu’on estime que les heures sont déjà faites.

À lire aussi >> Forfait jours : les 12 réponses aux questions des cadres

Jeune diplômé : vais-je être payé pendant mes congés maladie ?

L’assurance maladie prévoit un délai de carence de 3 jours pendant lesquels vous ne serez pas payé. Puis, vous recevrez une indemnité journalière à partir du 4e jour, sous réserve de bien avoir fourni un certificat médical. Cependant, des conventions collectives, des accords de branche ou d'entreprise ou le contrat de travail peuvent prévoir le maintien du salaire par l'employeur pendant l'arrêt de travail pour maladie.

À lire aussi >> Attestation de salaire : à quoi sert-elle ?

Que va-t-on me payer à la fin d’un CDD ?

À la fin d’un CDD le salarié reçoit son dernier salaire, évidemment, mais aussi le montant équivalent aux congés payés non pris et une prime de précarité équivalente à 10 % du salaire touché tout au long de la période du contrat. Si le CDD est reconduit, la prime de précarité ne tombera qu’une fois, à la fin du dernier contrat. Et si le CDD débouche sur un emploi en CDI, la prime de précarité ne sera pas due au salarié… même si celui-ci refuse le contrat, car cela sera perçu comme une démission.

À lire aussi >> Rompre un CDD

Vais-je être mieux payé si j’ai un statut cadre ?

Bien au contraire : le statut cadre a beaucoup d’avantages, mais aussi certains inconvénients. Notamment, il représente plus de charges pour l’employeur. Cela signifie que l’écart entre votre salaire brut et votre salaire net sera plus élevé.

À lire aussi >> Statut cadre : quels sont les avantages ?

Ingrid Falquy
Ingrid Falquy

Vous aimerez aussi :

  1. Accueil
  2. Salaire
  3. Tout ce que les jeunes diplômés doivent savoir sur le salaire