La rémunération des jours fériés

6 mai 2019 Mathilde Hardy

Le mois de mai, ses commémorations, ses jours fériés et ses ponts… bonheur des salariés et hantise des employeurs ! Outre le repos supplémentaire accordé aux cadres, le mois de mai a-t-il un impact sur la fiche de paie lorsque les jours fériés sont des jours chômés, c’est-à-dire non travaillés ? Qu’en est-il de la rémunération des jours fériés et chômés du mois de mai ? Les règles sont-elles les mêmes pour tous les jours fériés ? Cadremploi fait le point sur ce sujet et vous informe.
La rémunération des jours fériés
  1. Jour férié : chômé ou travaillé ?
  2. Rémunération des jours fériés : que dit la loi ?
  3. Le point sur la journée de solidarité : jour férié ou travaillé ?

Jour férié : chômé ou travaillé ?

Les jours fériés ne sont pas obligatoirement non travaillés

11 jours fériés sont listés par l’article L3133-1 du Code du travail (à ces jours fériés légaux, peuvent s’ajouter des jours fériés propres à certains départements, comme l’Alsace-Moselle, ou à certaines professions, la Saint-Éloi pour les salariés de la métallurgie) :

  • 1er janvier ;
  • lundi de Pâques ;
  • 1er mai ;
  • 8 mai ;
  • l'Ascension ;
  • lundi de Pentecôte ;
  • 14 juillet ;
  • l'Assomption ;
  • la Toussaint ;
  • 11 novembre ;
  • jour de Noël.

Excepté pour le 1er mai, les jours fériés prévus par le Code du travail ne sont chômés que s’ils sont prévus par un accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche. En l’absence de règles définies, l'employeur fixe les jours fériés chômés. Cette règle ne vaut pas pour le 1er mai puisque ce dernier est légalement férié et chômé pour tous les salariés (C. trav., art. L3133-4).

À noter : le travail le 1er mai n'est autorisé que dans les entreprises ou secteur dont l’activité nécessite un fonctionnement continu (hôpitaux, transports publics, établissements industriels...).

Le principe de non-récupération des heures de travail perdues

« Les heures de travail perdues par suite de chômage des jours fériés ne donnent pas lieu à récupération » (C. trav., art. L3133-2). Le principe est fixé dans la loi. À l’inverse, le salarié ne peut pas demander un jour supplémentaire non travaillé si ce dernier tombe le week-end.

À lire aussi >> Les cadres ont-ils des horaires de travail ?

Rémunération des jours fériés : que dit la loi ?

Le cas du jour férié chômé

Deux cas sont à distinguer :

  • Les jours fériés chômés, excepté le 1er mai : le principe est simple et est fixé à l’article L3133-3 du Code du travail, « Le chômage des jours fériés ne peut entraîner aucune perte de salaire pour les salariés totalisant au moins trois mois d'ancienneté dans l'entreprise ou l'établissement ». La rémunération est conservée dans son intégralité si le salarié justifie d’au moins 3 mois d’ancienneté.
  • Le 1er mai : la rémunération est conservée dans son intégralité.

Bon à savoir : le jour férié qui tombe un jour habituellement non travaillé (le week-end par exemple) n’a aucune incidence sur le salaire.

Conseil Cadremploi : dans la pratique, de nombreuses conventions collectives n’exigent pas cette condition d’ancienneté de 3 mois. Consultez votre convention collective pour savoir ce qu’il en est.

Le cas du jour férié travaillé

Sur le même principe, distinguons :

  • Les jours fériés travaillés, excepté le 1er mai : sauf dispositions conventionnelles plus favorables, lorsque le jour férié est travaillé, le salarié perçoit sa rémunération habituelle.
  • Le 1er mai : ceux qui travaillent le 1er mai bénéficient du doublement de sa rémunération.

Le cas du jour férié pendant les congés du salarié

Le jour férié chômé dans l’entreprise qui tombe pendant une période de congés payés n’est pas décompté du nombre de congés payés pris. À l’inverse, si le jour est travaillé dans l’entreprise, il compte pour un jour de congé.

À lire aussi >> Comment doubler ses congés en 2019 (pour s'occuper de sa vie pro)

Le point sur la journée de solidarité : jour férié ou travaillé ?

Qu’est-ce qu’une journée de solidarité ?

Mise en place depuis 2004 pour financer des actions en faveur de l'autonomie des personnes âgées ou handicapées, la journée de solidarité concerne tous les actifs et est prévue aux articles L3133-7 et suivants du Code du travail. Elle prend la forme d’une journée de travail de 7 heures supplémentaires dans l’année, non rémunérée.

Bon à savoir : la durée de travail est proportionnelle à la durée contractuelle pour les salariés à temps partiel. Pour les cadres dont la rémunération est calculée par référence à un nombre annuel de jours de travail (forfait jours), la durée est calculée dans la limite de la valeur d'une journée de travail.

Plusieurs options s’offrent aux salariés pour l’accomplir :

  • Travailler pendant un jour férié précédemment chômé, excepté le 1er mai (le lundi de Pentecôte par exemple).
  • Travailler lors d'une journée de RTT.

Par qui est-elle fixée ?

Un accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche fixe les modalités d'accomplissement de la journée de solidarité. Cet accord peut prévoir :

  • Soit le travail d'un jour férié précédemment chômé autre que le 1er mai ;
  • Soit le travail d'un jour de repos accordé au titre de l'accord collectif conclu en application de l'article L. 3121-44 ;
  • Soit toute autre modalité permettant le travail de sept heures précédemment non travaillées en application de stipulations conventionnelles ou des modalités d'organisation des entreprises.

En l’absence de règles définies, l'employeur fixe les modalités d’accomplissement de cette journée, après consultation du CSE.

La journée de solidarité est-elle rémunérée ?

La journée de solidarité ne donne pas lieu à rémunération, dans la limite :

  • de 7 heures pour les salariés mensualisés, réduites proportionnellement à la durée contractuelle en cas de travail à temps partiel ;
  • d'une journée de travail pour le salarié qui travaille au forfait jours.
Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Vous aimerez aussi :

  1. Accueil
  2. Salaire
  3. La rémunération des jours fériés
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte