6 pistes pour doper votre pouvoir d’achat sans demander une augmentation de salaire

Sylvie Laidet

POUVOIR D’ACHAT – Inflation galopante, augmentation au rabais… ces dernières semaines, votre pouvoir d’achat en a certainement pris un sacré coup. En attendant les nouvelles mesures annoncées dans la future loi sur le pouvoir d’achat, Cadremploi vous donne des pistes à activer pour « gagner » plus sans travailler plus et sans passer pour un râleur auprès de votre employeur.
6 pistes pour doper votre pouvoir d’achat sans demander une augmentation de salaire

Pensez épargne salariale

Selon les accords intéressement et/ou participation en vigueur dans votre entreprise, vous pouvez verser les sommes issues de ces dispositifs sur un PEE (Plan d’épargne entreprise) ou un Percol (plan d’épargne retraite collectif), et elles seront plus ou moins abondées financièrement par votre employeur. Une aubaine ! Pour être exonéré d’impôts sur ces sommes, vous devez les conserver 5 ans sur un PEE, et jusqu’à votre retraite pour le Percol. Mais il existe des cas de déblocage anticipé. « Imaginons qu’un salarié verse aujourd’hui de l’argent sur son PEE, que son employeur abonde et que le collaborateur se marie en juillet. Eh bien, il peut tout à fait débloquer ces fonds et il ne sera pas imposé sur la somme récupérée. Pour lui, c’est du net net », illustre Hubert Clerbois,  associé du cabinet EPS Partenaires. Checkez donc les conditions de sorties anticipées de votre PEE pour voir si l’une des possibilités vous concerne à plus ou moins court terme.

 

Profitez des chèques vacances

Tous les ans, lors de la campagne « chèques-vacances » menée par votre employeur ou le comité social et économique (CSE), vous ratez le coche car vous avez la tête dans le guidon. Dommage ! Car ces chèques-vacances sont en partie subventionnés par votre employeur. En fonction de vos revenus, vous ne payez en fait qu’une partie de la valeur faciale du chèque. De quoi alléger les notes de transport, d’activité, de restos… de vos prochaines vacances. et notez bien que si vous êtes auto-entrepreneur, profession libérale, gérant majoritaire… bref, travailleur non salarié, vous êtes également éligible aux chèques-vacances.

Récupérez vos tickets resto

Si vous êtes éligible à des tickets resto dans votre entreprise, filez les récupérer. Et ce, y compris si vous bossez un ou plusieurs jours par semaine en télétravail. Certes vous en payez entre 40 et 50% de la valeur faciale, mais le reste, financé par votre employeur, c’est du cash express. Et en plus, cet avantage est non-imposable.

Mobilisez le forfait mobilités durables

En plus de booster votre pouvoir d’achat, ce forfait est good pour la planète car il permet de financer les mobilités douces comme le vélo, le covoiturage ou des abonnements aux transports en commun. Chaque année, votre employeur peut vous verser jusqu’à 600 euros au titre de ce forfait mobilités durables. Du pouvoir d’achat green !

 

Faites financer une partie de votre vie perso

Evidemment que votre boss ne pas vous signer un chèque en blanc pour aller faire les soldes d’été. « En revanche, de plus en plus d’entreprises financent totalement ou partiellement des berceaux en crèche pour les enfants de leurs collaborateurs », observe Virgile Raingeard, co-fondateur de l’appli Figures. Autre option, profiter des chèques CESU co-financés par votre employeur pour les frais de gardes d’enfants, les frais d’employé à domicile. Votre employeur peut financer jusqu’à 1830 euros par an et par salarié en étant exonéré de charges sociales et fiscales. Il suffit peut-être juste de demander si cette offre existe dans votre boite.

Surveillez la nouvelle version de la prime Macron

Ne vous inquiétez pas Cadremploi vous tiendra informée de l’avenir de cette prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (Pepa). Dans les cartons, un potentiel triplement de sa valeur. Soit une somme comprise entre 3000 et 6000 euros selon que votre employeur mis en place un accord d’intéressement. Défiscalisée pour vous et sans charge patronales, la Pepa était pour l’heure réservée aux salaires inférieurs à 3 smic. Mais les choses pourraient évoluer pour la rendre plus équitables. Donc à suivre !

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :