Formation continue : les réponses aux questions que vous vous posez

Marion Senant

Se former quand on est salarié, c’est affronter un ensemble de processus administratifs souvent rébarbatifs. Voici une série de réponses aux questions que vous vous posez sur la formation continue et les moyens pour en bénéficier.

Quelle est la différence entre le DIF et le CIF?

Le DIF (Droit individuel de formation) donne droit à tout salarié en CDI à un crédit de 20 heures de formation par an, cumulable pendant six ans, dans la limite de 120 heures. C’est le salarié qui prend l’initiative d’utiliser ses droits, mais il doit obtenir l’accord de son employeur. Les salariés en CDD ont droit au DIF à condition d’avoir travaillé au moins quatre mois sur les douze derniers mois. Les apprentis et les salariés en contrat de professionnalisation, qui bénéficient déjà d’une action de formation, ne peuvent pas prétendre au DIF.

Tout savoir sur le DIF avec notre guide

Le CIF (congé individuel de formation), lui, permet aux salariés qui ont travaillé plus de 24 mois dont douze dans leur entreprise de suivre une formation plus longue, qui requiert une absence plus prolongée de leur travail. Pendant ce congé, le bénéficiaire du CIF reste un salarié de son entreprise.

Tout savoir sur le CIF avec notre guide

 

Comment mobiliser son droit au CIF pour une formation non prioritaire de branche ?

Le Fongecif Île-de-France explique qu’il n’y a pas de « priorité de branche » puisque par définition le Fongecif est un OPACIF interprofessionnel, qui gère les fonds du CIF pour 90% des salariés du secteur privé (commerce, industrie, banque, SSII, hôtellerie-restauration…). La notion de priorité de branche se retrouve pour le DIF qui est géré par les Opca et les OPACIF très spécifiques, comme l’Afdas, qui gère les fonds du CIF pour la branche spectacle.

Peut-on bénéficier d’un CIF quand on est un salarié jeune et diplômé ?

Tout dépend du diplôme du salarié. « Il est vrai qu’un salarié d’une grande entreprise âgé de 25 ans et diplômé d’une grande école d’ingénieur ne sera pas prioritaire au Fongecif », précise l’antenne Ile-de-France de l’organisme. « Nous étudions néanmoins la situation particulière de chaque salarié ainsi que la viabilité de son projet professionnel. Ce sont l’ensemble de ces éléments qui sont pris en considération dans le financement des CIF. Si le salarié détient un diplôme peu professionnalisant ou dans un domaine qui n’offre pas de perspectives d’emplois, cette donnée sera ainsi prise en considération dans l’étude et l’éventuelle acceptation de son projet de reconversion.

- Tout savoir sur le CIF avec notre guide

 

Comment concrétiser son droit au DIF après deux refus de l’employeur ?

Deux refus consécutifs d’un employeur pour le DIF permettent d’avoir une priorité d’instruction – et non une priorité d’acceptation - pour une demande de CIF. Le Fongecif Ile-de-France recommande aux salariés dans ce cas de figure de prendre rendez-vous à l’Espace Projet du Fongecif de leur région. Ils pourront bénéficier d’une aide à la construction de leur projet professionnel. La motivation et la viabilité de leur projet sont des éléments déterminants pour bénéficier d’une prise en charge financière du CIF.

 

Quelle est la véritable portabilité d’un DIF quand on change souvent de travail ou que l’on se retrouve au chômage ?

Le DIF est un processus portable, cela veut dire que si vous quittez votre entreprise, vous pouvez « emporter » avec vous les heures que vous n’avez pas utilisé et les conserver pendant deux ans. La portabilité fonctionne en cas de licenciement (sauf pour faute lourde), de démission légitime ou de fin de contrat, et en cas d'accord de votre nouvel employeur.

Tout savoir sur la portabilité du DIF

 

Que vaut réellement une VAE ?

Une validation des acquis de l’expérience n’est pas une formation, elle valide des compétences déjà acquises. Donc il n’y a pas de bonne ou de mauvaise VAE, comme il pourrait y avoir de bonnes ou mauvaises écoles.

En théorie, il n’y a aucune différence entre un titre obtenu par la VAE et le même titre obtenu après une formation. Dans la pratique, les choses sont un peu plus compliquées. Après une VAE, vous pouvez vous prévaloir d’un titre ou d’un diplôme auprès d’un employeur, mais vous ne pouvez pas revendiquer le diplôme d’une école ou université en particulier. Or, en France, la réputation des différentes institutions est très importante.

En revanche, au fur et à mesure qu’une carrière avance, les recruteurs ont plutôt tendance à se focaliser sur l’expérience et non sur la façon dont les diplômes ont été obtenus. Sans compter qu’être capable de passer toutes les étapes (notamment administratives) d’une VAE, c’est montrer une grande force de caractère et beaucoup de sang froid… ce que les employeurs apprécient en général.

- Dossier spécial « La VAE, mode d’emploi »

 

Quelles est la reconnaissance des formations de l’AFPA ?

L’AFPA est un organisme de formation qui dépend du ministère du travail. Il propose des milliers de formations chaque année dans des dizaines de domaines. L’AFPA a la particularité de travailler en étroite collaboration avec le Pôle Emploi, mais il ne s’agit pas pour autant d’un centre de formation réservé aux chômeurs. Des salariés de grandes entreprises, de PME et des artisans viennent se former à l’AFPA.

Les formations proposées sont sanctionnées par un Titre Professionnel, délivré par le ministère de l'Emploi, et qui est reconnu par les employeurs. Ces titres professionnels sont également accessibles par la validation des acquis de l'expérience (VAE).

 

Comment financer sa formation ?

Il existe plusieurs moyens de financer sa formation, selon que l’on est étudiant, apprenti, salarié ou en recherche d’emploi.

Pour les étudiants, les bourses restent le meilleur moyen de financer sa formation.

- Dossier bourses étudiantes, mode d’emploi.

Effectuer sa formation en apprentissage est également une solution, car l’entreprise prend en charge le coût de la formation et verse un salaire (pourcentage du SMIC) à son apprenti.

- Tout savoir sur le contrat d’apprentissage

- Tout savoir sur le contrat de professionnalisation

Les salariés ont à leur disposition de nombreux modes de financement de leur formation.

- Le DIF (voir le dossier Guide du DIF et plus précisément l’article « Qui finance le DIF »).

- Le CIF (voir le dossier « Qu’est-ce que le CIF ? » et plus précisément l’article « Comment financer son CIF »)

Les demandeurs d’emploi bénéficient de plusieurs dispositifs de formation. Ils peuvent également utiliser leur DIF portable ou demander un congé CIF, comme les salariés.

- Se former quand on est au chômage

- Chômage : comment être payé pendant une formation

 

Comment financer un MBA ou un Master Spécialisé ?

Avec des frais de scolarité qui se situent entre 16 000 et 20 000 euros pour un Master Spécialisé et jusqu’à 80 000 pour un MBA, ces deux formations pour manager représentent un véritable investissement financier. La solution la plus recherchée par les candidats à ces formations est donc, logiquement, de la faire financer (entièrement ou en partie) par leur entreprise. Vous trouverez ici un article qui vous explique comment convaincre votre employeur de financer votre MBA (cela fonctionne aussi avec les Masters Spécialisés).

 

Peut-on se former pendant un congé parental ?

Selon la Caisse d’allocation familiale d’Île-de-France, on peut suivre une formation pendant un congé parental, à condition que celle-ci ne soit pas rémunérée. Dans le cas d’une formation rémunéré, à temps partiel, le stagiaire peut bénéficier du CLCA à un taux partiel.

 

Pourquoi les entreprises privilégient-elles le contrat d’apprentissage plutôt que le contrat de professionnalisation ?

Tout simplement parce qu’un contrat d’apprentissage revient beaucoup moins cher à une entreprise qu’un contrat de qualification.

Le salaire versé à un apprenti est inférieur à celui d’un employé en contrat de professionnalisation et, en plus, les entreprises bénéficient de plus de subvention si elles embauchent des étudiants en apprentissage plutôt qu’en contrat de qualification.

Retrouvez ici notre dossier l’alternance mode d’emploi.

- Les différences entre contrat d’apprentissage et de professionnalisation

- Tout savoir sur le contrat d’apprentissage

- Tout savoir sur le contrat de professionnalisation

Marion Senant © Cadremploi.fr [avec Kelformation]

Marion Senant
Marion Senant

Vous aimerez aussi :