Top 10 des raisons pour lesquelles une reconversion échoue

Publié le 05 octobre 2018 Morgan Robert

Il y a beaucoup d’envies de reconversion professionnelle qui se terminent en fiasco. Mais rassurez-vous, la plupart du temps, il n’y a pas de projet impossible, simplement de mauvaises mises en œuvre…
Top 10 des raisons pour lesquelles une reconversion échoue

1. Vous n’aviez pas vraiment envie de changer de vie

Parfois, un simple ras-le-bol professionnel peut donner envie de renverser la table… « La reconversion doit commencer par un questionnement. Veut-on se reconvertir totalement ? A-t-on plutôt besoin d’un ajustement professionnel ? » Selon Stéphane Dieutre, coach et directeur de l’Institut Aristote, il n’est pas obligatoire de changer de vie dès que l’on ne supporte plus son n+1… La décision de se reconvertir aboutit rarement lorsqu’elle est prise sur un coup de tête.

 

2. Vous vous êtes reconverti dans la mauvaise direction

Votre passion pour l’aéromodélisme n’aboutira pas forcément sur votre futur métier. Au contraire, il est essentiel de cerner sa motivation profonde. Pour Danielle Deruy, directrice générale du Groupe AEF, à l’origine du salon Nouvelle Vie Professionnelle, l’essentiel est de cerner sa motivation profonde. « Auparavant journaliste, j’ai pensé un jour ouvrir un magasin d’antiquités avant de me rendre compte que ce n’était pas ce domaine qui m’intéressait, mais bien la création d’entreprise. D’où l’importance de faire un point sur soi avant de se lancer, par exemple en s’appuyant sur un bilan de compétences »

 

3. Votre reconversion a été trop brutale

Entre changer de poste, changer d’entreprise, changer de secteur professionnel et changer de vie, l’effort est très variable… Il est souvent préférable d‘affronter les nouveaux challenges progressivement et de faire évoluer une dimension à la fois. À l’image du comptable passant du secteur industriel à l’économie solidaire, mais en conservant – dans un premier temps – le même métier.

 

4. Vous n’avez pas défini de plan d’action

Récapitulatif de sa situation financière, réflexion sur son plan de carrière, construction d’un plan B et respect d’un rétro-planning sont autant d’étapes à ne pas négliger. « La plupart des transitions professionnelles s’envisagent lors d’une période d’inactivité, et souvent au moment où l’on bénéficie des allocations chômage. Dès lors, la fenêtre est courte, entre 18 à 24 mois, et vous n’aurez pas plusieurs essais. Mieux vaut, dès lors, mettre en place un programme », souligne Stéphane Dieutre.

5. Vous avez confondu rêve et réalité

Certaines reconversions échouent par manque de connaissances sur le nouveau métier envisagé. « Il est important de vérifier que l’image que l’on se fait d’un métier correspond bien à la réalité », confirme Yves Deloison, auteur de l’ouvrage Changer de Job, la méthode pour réussir. « Seuls les professionnels évoluant dans votre future activité pourront vous éclairer. N’hésitez pas à aller les rencontrer. » Voire même à les démarcher via les réseaux sociaux professionnels, comme Viadeo ou LinkedIn.

 

6. Vous n’avez pas suffisamment vérifié la viabilité du projet

Un projet professionnel, surtout s’il implique une création d’entreprise, doit être solide économiquement parlant. Soignez votre business plan ! Y-a-t-il un marché ? Quels seront les concurrents ? Aucune question ne doit être laissée au hasard. « Heureusement, les associations et les structures comme le réseau BGE, l’Adie et Initiative France ne manquent pas pour se renseigner », confirme Danielle Deruy.  

 

7. Vous n’avez pas choisi la bonne formation

Si certains secteurs comme le social ou la santé exigent une formation spécifique – éducateur spécialisé, aide soignant ou encore auxiliaire de vie sociale – d’autres sont accessibles par de multiples biais. Une chance mais aussi une difficulté ! Renseignez-vous auprès de votre future branche d’activité ou auprès d’experts en formation. Selon Yves Deloison, « se former permet aussi d’intégrer un groupe d’apprenants qui seront, par la suite, votre premier réseau professionnel… »

Lire aussi : Quels dispositifs de formation pour faciliter sa reconversion ?

 

8. Vous n’avez pas été soutenu par votre entourage

Se reconvertir suppose parfois de renoncer à une situation financière très confortable, de se former en suivant des cours le soir, voire le week-end et lors des vacances scolaires… Les MBA et Executive MBA exigent notamment des centaines d’heures de travail personnel. Dans ce cas là, le soutien du conjoint et de la famille sont essentiels.

 

9.Vous avez voulu vous débrouiller seul

S’il est toujours possible de se reconvertir en solo, un accompagnement s’avère souvent utile. « De quelle formation avez-vous besoin ? Pourrez-vous bénéficier de financements ? Quelle est la différence entre le Congé individuel de formation et le Compte personnel de formation ?... Autant de questions qui demandent souvent de l’aide. De nombreux relais existent via l’Apec et les réseaux professionnels », précise Danielle Deruy.

 

10. Vous avez négligé votre marketing

À un moment ou à un autre, il va falloir défendre votre projet de reconversion, soit devant des financeurs s’il s’agit d’une création d’entreprise, soit devant des recruteurs, lors des entretiens d’embauche. Autant, donc, préparer votre argumentaire. « Le plus souvent, plus vous aurez éprouvé de difficulté à monter votre projet, plus votre travail aura mûri et plus, au final, vous aurez de l’aisance pour le défendre », rassure toutefois Yves Deloison. 

Morgan Robert
Morgan Robert

Vous aimerez aussi :