1. Accueil >
  2. Formation >
  3. CPF / CIF / VAE >
  4. Avez-vous besoin d’un bilan de compétences ?

Avez-vous besoin d’un bilan de compétences ?

avez-vous-besoin-dun-bilan-de-competences-

Régis Delanoë

21/03/2017

Si la démarche d’entreprendre un bilan de compétences ne doit pas se faire sur un simple coup de tête, il est profitable dans de nombreux cas et ne sert pas uniquement à entamer une totale reconversion professionnelle. C’est en substance ce que disent trois consultantes interrogées sur le sujet.

Un projet pas anodin et mûrement réfléchi

« Ce serait une erreur de considérer le bilan de compétences comme la solution miracle à tous les moments de crise rencontrés dans une carrière », prévient Elsa Miszczak, consultante et psychologue du travail chez EMCI Conseil. En clair, un simple ras-le-bol dans sa vie professionnelle ne peut pas à lui seul justifier d’entreprendre un bilan de compétences. « Si on veut vraiment l’optimiser, il faut y mettre du sien, aller chercher en soi les tensions qu’on a envie de résoudre, ne pas rester à la surface du problème, juge Carole Dubois, responsable bilan et orientation du cabinet Kronos. Trop de gens peuvent considérer à tort qu’un conseiller va leur dire où s’orienter en n’ayant qu’à se laisser guider, or ce n’est pas comme cela que ça se passe. » Une démarche proactive s’impose donc pour toute personne s’engageant à faire un bilan. « Attention à ne pas le prendre comme une thérapie : si vous avez des problèmes psychologiques à régler, un bilan de compétences peut permettre de les identifier mais pas forcément de les résoudre », estime encore Carole Dubois. « Parfois aussi, ce n’est pas adapté : j’ai par exemple conseillé à une étudiante souhaitant faire un bilan de compétences de faire plutôt un bilan d’orientation », ajoute Elsa Miszczak.

 

Pas d’âge requis et toutes les raisons sont bonnes

Si le bilan de compétences est réservé aux seules personnes en activité (ni étudiant ni retraité), un minimum d’expérience est-il requis ? « En soi, non. On peut ressentir le besoin d’en faire un à tout âge, décider d’en faire plusieurs – un tous les dix ans par exemple – ou ne pas en faire du tout, il n’y a pas de règle pour cela », répond Carole Dubois, qui nuance tout de même : « Je constate qu’il y a des âges charnières avec les caps de dizaine : souvent le passage à la quarantaine, mais aussi de plus en plus le cap de la trentaine et celui de la cinquantaine. Psychologiquement ils peuvent s’accompagner d’une crise identitaire et donc d’une volonté de faire un point sur sa carrière. » Et pour Elsa Miszczak, « il ne signifie pas forcément un besoin de réorientation mais parfois simplement d’une évolution ou d’un ajustement. » Autrement dit, faire un bilan de compétences ne veut pas forcément dire qu’à l’arrivée vous aller changer d’employeur et de métier. Au bout du compte, cela peut seulement entraîner une réorganisation de votre travail actuel.

 

Un résultat pas toujours quantifiable

À ceux qui s’engagent à faire un bilan de compétences, Carole Dubois prévient que son efficacité n’est pas garantie à 100 % : « En tout cas ce n’est pas toujours quantifiable. Ce qu’il faut, c’est amener un changement puisque le bilan est généralement venu d’un inconfort de travail. Le changement peut être radical – reconversion – mais il peut aussi être à la marge, en décidant par exemple la personne à saisir une opportunité en interne ou en redéfinissant ses priorités : reprendre une activité sportive en dehors du temps de travail par exemple. »

 

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Damien HAMON

24/03/2017

à 10:03

DG pendant 10 ans, DRH pendant 12 ans puis conseil en management pratiquant les bilans de compétences, je souhaite compléter votre propos et votre promotion du bilan de compétences par trois points majeurs :
- pour des "cadres", il y a deux moments majeurs à privilégier pour réaliser une démarche de bilan de compétences : à 23 ans en fin d'études de façon à tenter de donner du sens à sa première expérience professionnelle, à 43 ans quand "tout va bien" de façon à prévenir le passage au statut de "vieux" et se définir les orientations pour les 20 ans qui restent à parcourir ...
- on ne dira jamais suffisamment combien il est important de réaliser son bilan de compétences avec un professionnel en qui on a confiance, qui respire le bon sens, la recherche, le positivisme, la simplicité
- un bilan de compétences doit pouvoir se résumer en une seule page A4, indiquant en synthèse de la démarche : les 9 compétences actuelles, les 6 compétences potentielles, les 6 carburants, trois projets professionnels validés par leurs raisons et le plan d'actions qui les accompagne.

Réaliser une démarche de bilan de compétences, c'est tenter d’accroître le sens que l'on souhaite donner à son parcours professionnel !

> Répondre

En réponse à Damien HAMON

Méquinion gilles

29/03/2017

à 09:42

Merci Damien pour cette réaction qui nous éclaire

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte