1. Accueil >
  2. Formation >
  3. CPF / CIF / VAE >
  4. Les formations certifiantes : mode d’emploi

Les formations certifiantes : mode d’emploi

les-formations-certifiantes--mode-demploi

Agnès Wojciechowicz © Cadremploi

15/12/2014

Contrairement aux formations qualifiantes, les cursus certifiants sont reconnus par l’État. La réforme de la formation professionnelle, qui sera mise en place le 1er janvier 2015 prévoit de mettre largement l’accent sur ces programmes. Décryptage.

Une formation reconnue

« Les formations certifiantes débouchent toutes sur un diplôme qui bénéficie d’une reconnaissance officielle, à l’inverse des formations qualifiantes qui préparent à un métier sans pour autant disposer de cette même reconnaissance », explique Driss Aït Youssef, président de l’Institut Léonard de Vinci. En effet, les formations certifiantes sont toutes inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Mathilde Bourdat, responsable des formations chez Cegos, ajoute : « elles sont délivrées par un organisme privé ou un établissement public et donnent lieu à une évaluation en fin de cursus, ce qui conduit à la remise d’un certificat attestant que les objectifs fixés dans le programme ont bien été atteints. »

Tous domaines, tous niveaux

« Ces formations touchent des domaines très variés. Elles peuvent concerner l’apprentissage du travail en équipe, du management, des règles d’hygiène et de sécurité, ou bien des compétences beaucoup plus pointues comme la restauration d’un meuble d’art en marqueterie », illustre Isabelle Dubose, directrice de la relation stagiaires à l’AFPA. Elles sont présentes dans quasiment tous les secteurs d’activité : achat, jardinage, sécurité, artisanat, hôtellerie-restauration, services, consulting… Elles peuvent aller du niveau CAP ou BEP jusqu’au bac +5. « De notre côté, nous proposons des MBA spécialisés à temps partiel en marketing, management, audit, contrôle de gestion », spécifie Driss Aït Youssef. Par ailleurs, « les personnes peuvent suivre une formation certifiante pour acquérir des compétences de base en informatique comme rédiger un mail, savoir enregistrer un fichier ou de manière plus générale, apprendre à compter, à lire, à écrire ou même à conduire. » Très diversifiées, leur durée l’est tout autant puisqu’elle varie en fonction des objectifs du cursus : elle peut être de quinze jours, six mois, douze mois, deux ans…

Une employabilité recherchée

« Comme elles sont répertoriées et visées par l’Etat, les formations certifiantes ont une valeur universelle équivalant à un diplôme », ponctue Isabelle Dubose. Elles sont d’autant plus plébiscitées par les employeurs qu’elles répondent en général aux besoins réels du marché de l’emploi, que ce soit du point de vue des compétences ou des métiers. « Les recruteurs recherchent des personnes en situation d’employabilité. Les formations certifiantes répondent à ce besoin en permettant à leurs titulaires de s’intégrer rapidement sur le plan professionnel », confirme Driss Aït Youssef.

Formation certifiante et Compte Personnel de Formation

Le Compte Personnel de Formation (CPF), qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain, prendra en charge les cursus à hauteur de 150 heures au total. Néanmoins, il n’y aura pas de plafonnement imposé aux entreprises et aux Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA). De ce fait, si une formation certifiante va au-delà des 150 heures, « les entreprises et les OPCA pourront financer les heures manquantes pour que le cursus soit pris en charge dans sa totalité », indique Driss Aït Youssef, président de l’Institut Léonard de Vinci. En outre, toutes les formations certifiantes ne pourront pas être financées dans le cadre du CPF, comme le résume Isabelle Dubose, directrice de la relation stagiaires à l’Afpa : « pour qu’une formation soit financée, elle devra figurer sur les listes régionales ou nationales élaborées par les branches professionnelles et les régions : y sont consignés les besoins de main d’œuvre et de compétences rencontrés sur leur territoire. » Aussi, pour que le cursus soit éligible dans le cadre du CPF, il devra nécessairement être porteur en termes d’emploi.

A lire aussi

>>Réforme de la formation professionnelle: ce qui va changer en 2015

>>Compte Personnel de Formation: qui finance quoi?

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

acheteur formée en 2012

15/12/2014

à 18:25

En cas de reconversion, de chômage, d'évolution professionnelle les formations -bien choisies- peuvent ou pourraient en théorie apporter un nouvel élan. Il est à déplorer que, les mentalités actuelles, restent souvent encrées sur l'embauches de personnes issues d'un parcours scolaire ou professionnel - à leurs yeux "rectiligne". D'un point de vue de mon expérience personnelle et bien que les recruteurs rencontrés aient appréciés la capacité de remise en question, le travail fournie pour l'obtention du diplôme, rares se sont aventurés à m'embaucher dans la fonction validée par la formation, préférant maintes fois mes expériences passées. De plus le facteur de l'age est bien trop ancré dans les esprits, recommencer dans un nouveau métier à partir d'un certain age n'est pas accepté. A ce demander si seul les jeunes ont le droit d'être débutants dans une fonction. Pour autant, le parcours de chacun a permis de faire face à tant de situation qui se vivent et se gèrent sur l'instant.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte