1. Accueil >
  2. Formation >
  3. CPF / CIF / VAE >
  4. Top 10 des raisons pour lesquelles une reconversion échoue

Top 10 des raisons pour lesquelles une reconversion échoue

top-10-des-raisons-pour-lesquelles-une-reconversion-echoue

Morgan Robert

05/10/2018

Il y a beaucoup d’envies de reconversion professionnelle qui se terminent en fiasco. Mais rassurez-vous, la plupart du temps, il n’y a pas de projet impossible, simplement de mauvaises mises en œuvre…

1. Vous n’aviez pas vraiment envie de changer de vie

Parfois, un simple ras-le-bol professionnel peut donner envie de renverser la table… « La reconversion doit commencer par un questionnement. Veut-on se reconvertir totalement ? A-t-on plutôt besoin d’un ajustement professionnel ? » Selon Stéphane Dieutre, coach et directeur de l’Institut Aristote, il n’est pas obligatoire de changer de vie dès que l’on ne supporte plus son n+1… La décision de se reconvertir aboutit rarement lorsqu’elle est prise sur un coup de tête.

 

2. Vous vous êtes reconverti dans la mauvaise direction

Votre passion pour l’aéromodélisme n’aboutira pas forcément sur votre futur métier. Au contraire, il est essentiel de cerner sa motivation profonde. Pour Danielle Deruy, directrice générale du Groupe AEF, à l’origine du salon Nouvelle Vie Professionnelle, l’essentiel est de cerner sa motivation profonde. « Auparavant journaliste, j’ai pensé un jour ouvrir un magasin d’antiquités avant de me rendre compte que ce n’était pas ce domaine qui m’intéressait, mais bien la création d’entreprise. D’où l’importance de faire un point sur soi avant de se lancer, par exemple en s’appuyant sur un bilan de compétences »

 

3. Votre reconversion a été trop brutale

Entre changer de poste, changer d’entreprise, changer de secteur professionnel et changer de vie, l’effort est très variable… Il est souvent préférable d‘affronter les nouveaux challenges progressivement et de faire évoluer une dimension à la fois. À l’image du comptable passant du secteur industriel à l’économie solidaire, mais en conservant – dans un premier temps – le même métier.

 

4. Vous n’avez pas défini de plan d’action

Récapitulatif de sa situation financière, réflexion sur son plan de carrière, construction d’un plan B et respect d’un rétro-planning sont autant d’étapes à ne pas négliger. « La plupart des transitions professionnelles s’envisagent lors d’une période d’inactivité, et souvent au moment où l’on bénéficie des allocations chômage. Dès lors, la fenêtre est courte, entre 18 à 24 mois, et vous n’aurez pas plusieurs essais. Mieux vaut, dès lors, mettre en place un programme », souligne Stéphane Dieutre.

5. Vous avez confondu rêve et réalité

Certaines reconversions échouent par manque de connaissances sur le nouveau métier envisagé. « Il est important de vérifier que l’image que l’on se fait d’un métier correspond bien à la réalité », confirme Yves Deloison, auteur de l’ouvrage Changer de Job, la méthode pour réussir. « Seuls les professionnels évoluant dans votre future activité pourront vous éclairer. N’hésitez pas à aller les rencontrer. » Voire même à les démarcher via les réseaux sociaux professionnels, comme Viadeo ou LinkedIn.

 

6. Vous n’avez pas suffisamment vérifié la viabilité du projet

Un projet professionnel, surtout s’il implique une création d’entreprise, doit être solide économiquement parlant. Soignez votre business plan ! Y-a-t-il un marché ? Quels seront les concurrents ? Aucune question ne doit être laissée au hasard. « Heureusement, les associations et les structures comme le réseau BGE, l’Adie et Initiative France ne manquent pas pour se renseigner », confirme Danielle Deruy.  

 

7. Vous n’avez pas choisi la bonne formation

Si certains secteurs comme le social ou la santé exigent une formation spécifique – éducateur spécialisé, aide soignant ou encore auxiliaire de vie sociale – d’autres sont accessibles par de multiples biais. Une chance mais aussi une difficulté ! Renseignez-vous auprès de votre future branche d’activité ou auprès d’experts en formation. Selon Yves Deloison, « se former permet aussi d’intégrer un groupe d’apprenants qui seront, par la suite, votre premier réseau professionnel… »

Lire aussi : Quels dispositifs de formation pour faciliter sa reconversion ?

 

8. Vous n’avez pas été soutenu par votre entourage

Se reconvertir suppose parfois de renoncer à une situation financière très confortable, de se former en suivant des cours le soir, voire le week-end et lors des vacances scolaires… Les MBA et Executive MBA exigent notamment des centaines d’heures de travail personnel. Dans ce cas là, le soutien du conjoint et de la famille sont essentiels.

 

9.Vous avez voulu vous débrouiller seul

S’il est toujours possible de se reconvertir en solo, un accompagnement s’avère souvent utile. « De quelle formation avez-vous besoin ? Pourrez-vous bénéficier de financements ? Quelle est la différence entre le Congé individuel de formation et le Compte personnel de formation ?... Autant de questions qui demandent souvent de l’aide. De nombreux relais existent via l’Apec et les réseaux professionnels », précise Danielle Deruy.

 

10. Vous avez négligé votre marketing

À un moment ou à un autre, il va falloir défendre votre projet de reconversion, soit devant des financeurs s’il s’agit d’une création d’entreprise, soit devant des recruteurs, lors des entretiens d’embauche. Autant, donc, préparer votre argumentaire. « Le plus souvent, plus vous aurez éprouvé de difficulté à monter votre projet, plus votre travail aura mûri et plus, au final, vous aurez de l’aisance pour le défendre », rassure toutefois Yves Deloison. 

10

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Marie Paul

13/04/2018

à 18:26

Je viens de commencer ma recherche d'emploi après une reconversion à 35 ans dans un secteur très compétitif. Pour l'instant, aucun appel de recruteurs...et je me demande aussi comment je vais réussir à m'insérer dans le monde du travail. Je n'ai pas d'expérience dans ma nouvelle orientation mais vu mon âge, je ne pense pas être recrutée à un poste junior (j'envoie évidemment quand même des candidatures).
Tout le monde parle de reconversion mais c'est toujours au détriment du salarié.Le recruteur est prêt à payer des compétences réelles et confirmées, pas tellement un diplôme. Évidement tous ces aspects sont éludés par l'institut de formation. J'en viens à penser à retourner à mon précédent job, mais ce sera la mort dans l'âme, et me résigner à 35 ans, je trouve que c'est quand même dur.

> Répondre

En réponse à Marie Paul

Laura

31/10/2018

à 10:00

Bonjour Marie,
Je suis dans la même situation que vous.
J’ai pris la décision de me reconvertir à 31 ans. J’en suis à une cinquantaine de candidatures en quelques mois et cela ne donne absolument rien (2 refus et aucun retour pour le reste).
J’en viens aussi à penser que je dois me résigner et basculer sur mon ancien job, ce qui est triste car une reconversion demande beaucoup d’énergie, une grande implication. Je trouve cela dommage d’avoir parcouru ce chemin et de se trouver dans une telle situation!

> Répondre

Didier

11/10/2017

à 22:01

Vous avez oublié le "Mais Monsieur, jeune diplômé à 35 ans vous n'avez pas d'expérience comment voulez vous faire, on peut pas rester derrière vous ?"
C'est du vécu et plus d'une fois, et malgré la forte demande dans le cadre de mon nouveau diplôme et ma motivation. Ils ont eu raisons de moi, et je suis reparti sur mon ancien métier, et je peux dire qu'aujourd'hui 10 après je fais de la survie, j'ai tout perdu, je n'ai jamais retrouvé le statue que j'avais avant ni le salaire !

> Répondre

En réponse à Didier

Florence

14/11/2017

à 13:27

Bonjour Didier,

Rien n'est perdu. Continuez à vous intéresser à votre Passion et vous aurez certainement l'opportunité d'y travailler dans quelques années quand le marché de l'emploii vous dira que vous avez l'âge. Náttendez pas trop non plus : 3-4 ans. Persévérez. Cela en vaut la peine, j'ai vécu la même Situation. Maintenant j'ai 43 ans et je fais ce qu'au fond de moi m'avait toujours attirée. Courage!

> Répondre

En réponse à Didier

Nathalie Contet

14/11/2017

à 12:01

C'est exactement ce que je suis actuellement entrain de vivre, je décroche des entretiens, on me fait croire et final on a pris quelqu'un avec ➕ d'expériences comment peut on avoir de l'expérience si personne nous donne notre chance à 44 ans j'ai l'impression d'être une jeune qui n'a jamais bosser j'en veut beaucoup aux recruteurs, j'ai fait une reconversion pas par coup de tête mais par obligation de santé ils ne comprennent pas qu'à nos âge on a encore plus envie de se battre le monde est mal fait

> Répondre

VFL

11/10/2017

à 15:29

et bien, j'ai tout bon !

> Répondre

En réponse à VFL

Myriam

18/10/2017

à 20:50

Très compliqué également pour moi de trouver un poste QHSE suite à ma reconversion et nouvelle formation à 42 ans... les retours des recruteurs sont généralement: vous êtes sur-diplômée, vous allez vous ennuyer... ou encore vous avez 42 ans mais peu d'expérience!

> Répondre

En réponse à Myriam

hsssse

02/11/2017

à 15:43

Tiens c'est amusant, je je suis donc pas le seul à chercher à me reconvertir dans le hse après 40 ans. Lors des quelques entretiens d'embauches que j'ai pu décrocher, on m'a expliqué par le menu que ma candidature ne faisait pas le poids face à des diplômés plus jeunes (donc amenés à rester plus lingtemps dans le poste), ou des 40enaires avec 7 ans d'expérience ou plus.
Il serait bon de rajouter dans la liste des difficultés à considérer quand on pense à se reconvertir : "votre profil est-il vendable dans le marché de l'emploi actuel ? " Une question importante quand on se trouve dans la reconversion "pure", c'est à dire sans expérience directement valirisable en face d'une concurrence difficile, dans un marché de l'emploi tendu.
Ça m'aurait fait gagner beaucoup de temps...

> Répondre

Alain

09/10/2017

à 18:08

Voilà un article qui donne tout son sens à mes activités de conseiller en évolution professionnelle

> Répondre

En réponse à Alain

ARLA Michèle, Lasegue

10/10/2017

à 20:00

évolution professionnelle, c'est une chose, changement radical de profession c'en est une autre !
Je pense qu'il faut avoir une forte motivation pour se reconvertir à un certain âge et bravo à ceux qui ont ce courage car ce n'est pas chose facile de redémarrer tout à zéro. Réapprendre demande du courage de la persévérance et surtout avoir foi en soi pour la réussite du projet. Un bon accompagnement est nécessaire ainsi qu'un bon entourage.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte