Niveau d’anglais : les Français derniers du classement européen

Publié le 17 novembre 2014 Marion Senant

« Elèves moyens, peuvent mieux faire » : les années se suivent et se ressemblent pour les Français et leur niveau d’anglais. C’est ce que confirme l’étude EPI menée par Education First. La faute revient à une formation initiale inadaptée… certes, mais aussi à un manque d’implication des élèves (de tout âge).

Comme d’habitude quand on parle de niveau d’anglais, les Français sont à la traîne. Cette année, ils arrivent même derniers du classement européen (et 29ᵉ au niveau mondial) de l’enquête EPI d’Education First*, qui mesure le niveau d’anglais des pays du monde entier. Avec un score de 52,69 points, la France affiche une « maîtrise moyenne » de la langue de Shakespeare, loin, très loin derrière le trio de tête : Danemark (69,30 points), Pays-Bas (68,99 points) et Suède (67,80 points).

>> Découvrir le classement complet

Plus inquiétant encore, depuis 2007, date à laquelle EF a commencé à récolter des données pour l’EPI, le niveau d’anglais des Français est en très légère baisse (-0,47 point). À l’inverse, l’Espagne, pourtant peu réputée pour l’excellent niveau d’anglais de sa population, a progressé de 8,17 points sur la même période ! La Pologne, elle, a gagné 9,64 points !

Salariés du secteur du tourisme : niveau très moyen

On pourrait se rassurer en se disant que ce test prend en compte l’ensemble de la population adulte d’un pays, et que le niveau d’anglais des Français actifs, lui, est certainement plus élevé… Mais EF a également mené une enquête auprès de ses étudiants adultes, l’EPI-C**. Et celle-ci ne montre pas un écart significatif entre le niveau d’anglais de la population active de l’Hexagone et l’ensemble des Français, contrairement à ce qui se passe dans des pays comme le Brésil, la Chine ou encore la Corée.

L’enquête se penche également sur le niveau d’anglais des actifs français en fonction de leur secteur d’activité. Et là encore, elle réserve des surprises. Elle révèle que les professionnels du tourisme, secteur où l’anglais est tout de même déterminant, n’ont pas un niveau plus élevé que la moyenne des Français ! Les domaines d’activité où les professionnels ont le meilleur niveau d’anglais sont le conseil, le secteur juridique et celui des sciences et des biotechnologies.

Les Français ont-ils vraiment conscience de l’importance de l’anglais ?

Ces scores supérieurs à la moyenne s’expliquent notamment par le fait que ces secteurs recrutent des salariés qui, pendant leurs études, ont été confrontés de façon importante à la langue anglaise : année à l’étranger obligatoire dans les écoles de commerce, publications scientifiques en anglais, etc. Car tout ne se joue pas à l’école. « Dans le monde, ce sont les jeunes professionnels qui ont le meilleur niveau d’anglais, affirme Kate Bell, responsable de l’étude EPI chez EF, c’est bien la preuve que l’on progresse encore après le lycée ! ».

Encore faut-il en avoir envie. Et les Français ne se montrent pas spécialement motivés quand il s’agit de se mettre à l’anglais… quel que soit leur âge. « Certains de nos clients sont des multinationales qui proposent nos programmes d’anglais en e-learning à leurs salariés du monde entier. Et bien les salariés russes et chinois passent, en moyenne, quatre fois plus de temps à se former que les Français », constate Florent Dumas, Key Account Manager chez EF Corporate Solutions.

L’anglais n’est peut-être pas encore considéré comme un investissement suffisamment rentable en France, alors que, les chiffres de l’enquête EPI le montrent : le niveau d’anglais des habitants d’un pays influe positivement sur le niveau de croissance d’un pays, son développement et sa compétitivité.

 >> Découvrir toute les offres de formation en anglais

*enquête réalisée sur internet auprès de 750 000 internautes âgés de 18 ans et plus dans 63 pays différents.

**enquête réalisée auprès de105 093 salariés d’entreprises clientes d’EF dans une trentaine de pays différents.

Marion Senant
Marion Senant

Vous aimerez aussi :