1. Accueil >
  2. Formation >
  3. Management / Développement personnel >
  4. Comment améliorer votre leadership en vacances ?

Comment améliorer votre leadership en vacances ?

comment-ameliorer-votre-leadership-en-vacances-

Marion Senant

11/07/2013

Loin des tracasseries quotidiennes du boulot, les vacances sont le moment idéal pour travailler sur ses « soft skills » si recherchés par les entreprises. Communication, écoute, sens du compromis... Voici quelques pistes pour vous entraîner à être un meilleur manager pendant vos vacances.

 

La communication non-violente pour la visite culturelle des ados

Tous les ans c’est la même chose, vous rêvez de visiter le château médiéval du coin en famille, mais vos enfants, eux, ne jurent que par la plage, matin, midi et soir. Cette année, vous êtes bien décidé à les emmener se cultiver un peu, mais vous aimeriez éviter la soupe à la grimace ? Il va falloir motiver vos troupes.

Pour cela, Sylvaine Pascual, directrice d’Ithaque Coaching, préconise d’utiliser la communication non-violente. Une méthode qui fait des merveilles aussi bien en entreprise que dans sa vie privée, mais qui demande un peu de pratique. Les vacances sont le moment rêvé pour s’entraîner !

La communication non-violente se déroule en quatre étapes

1. On présente les faits précisément : dans ce cadre précis, on évite de proposer « de faire un truc culturel pour une fois ». Au contraire, on explique précisément à quoi s’attendre : c’est un château médiéval, il est entouré de douve/ il surplombe toute la vallée, on peut voir à des kilomètres à la ronde…

2. On exprime ses sentiments : « Il n’est pas toujours facile de parler de soi, admet Sylvaine Pascual, mais c’est la clé pour réussir à faire passer son message ». Dans le cadre d’une visite culturelle, on peut parler de sa passion des châteaux forts par exemple.

3. On exprime son besoin : après-tout, pourquoi tenez-vous tellement à emmener vos ados avec vous pour cette visite ? C’est peut-être que vous avez envie de la partager avec eux ? alors il suffit de le dire.

4. On formule sa demande : pas la peine d’exiger de vos enfants qu’ils s’intéressent à la visite, « on ne peut forcer personne à s’intéresser à quelque chose », affirme la coach, par contre, on peut demander aux gens de garder l’esprit ouvert et de se montrer curieux.

Découvrir toutes les formations en leadership

 

La PNL pour faire bouger les glandeurs

Vous louez une maison avec vos amis pour les vacances. Par contre, ce que vous aimez moins, c’est de gérer le supermarché, le barbecue et le ménage, pendant que certains (Gérard pour ne pas le citer) se la coulent douce. Comment faire pour faire bouger Gérard de son hamac et le mettre au boulot ? Il va falloir trouver le bon canal de communication.

D’après le concept de la PNL (programmation neuro-linguistique), chaque personne possède une « base » qui influe sur sa façon de communiquer. Pour Marleine Mazouz, coach et consultante en entreprise, les personnes comme Gérard, qui ne participent pas à l’effort commun sont en général des « rebelles », c’est-à-dire qu’elles supportent mal de recevoir des ordres.

Inutile de vous transformer en petit colonel et d’essayer d’imposer votre façon de faire, cela ne servira qu’à tendre l’ambiance estivale. « Quand on vit ou qu’on travaille avec ce genre de personnalité, il faut leur laisser un maximum de champs libre et la possibilité de prendre l’initiative », explique la directrice de Formation Médiation Conseil.

Plutôt que d’imposer une liste de course longue comme le bras à Gérard dès le petit déjeuner, on préférera donc un diplomatique « que prends-tu en charge aujourd’hui ? ». Et on n’oublie surtout pas de le féliciter pour sa participation à la fin !

 

Poser les termes du contrat pour éviter les comptes d’apothicaires

Muriel ne boit pas une goutte d’alcool et refus de participer aux cubis de rosé. Les ados de Jean-Michel mangent comme quatre alors que nos bambins ont des appétits d’oiseaux. Jean-Mi et Muriel n’achètent que des produits premiers prix, nous on est plutôt langoustine à tous les repas… difficile d’échapper aux questions d’argent pendant les vacances. Et souvent, cela peut plomber le séjour, voire gâcher des amitiés. Tout cela parce que les termes du contrat n’ont pas été posés…

« En vacances, c’est comme au travail. Avant de lancer un projet, il faut en définir précisément les contours pour éviter les mauvaises surprises », affirme Marleine Mazouz. Que ce soit pour les tâches ménagères, l’organisation des journées et encore plus pour les questions d’argent, « il faut poser le contrat avant le départ et ne pas hésiter à tout mettre sur la table », conseille la coach. En cas de friction pendant le séjour, il devient du coup beaucoup plus facile de dénouer la situation. Il suffit de rappeler les termes du contrat à tout le monde.

 

La communication de groupe pour cadrer les relous

Dans chaque voyage organisé, on en trouve au moins un spécimen : il traîne au marché quand tout le monde trépigne devant le bus. Il arrive en retard le matin et se perd entre les pyramides. Résultat, vous avez manqué la visite du souk, faute de temps. Vous bouillez de l’intérieur, mais pas si simple de mettre les pieds dans le plat au milieu d’un groupe d’inconnu. Comment prendre la parole sans passer pour le rabat-joie de service ?

« La première chose à faire, c’est d’éviter les messes-basses et de réunir tout le groupe pour discuter du problème », affirme Sylvaine Pascual. Dans le cadre d’un groupe, il faut bien se rappeler qu’on ne va pas pouvoir imposer quoi que ce soit. « Il faut essayer de trouver une solution qui va satisfaire tout le monde, si on impose son rythme ou son point de vue, on va générer de la frustration ».

Quand on prend la parole, on reste donc attentif à ne s’exprimer qu’en son nom. Il ne faut pas se faire le porte-parole de tout le groupe. De cette façon, on laisse à tout le monde la possibilité de s’exprimer. « Dans le cadre d’un groupe, il faut aussi accepter la possibilité que le groupe refuse sa suggestion », précise la directrice d’Ithaque Coaching. Le cas échéant, le mieux est peut-être d’envisager de partir en solo l’été prochain…

Marion Senant © Cadremploi.fr

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte