Cadremploi.fr  > Formation > Management / Développement personnel > L’improvisation théâtrale : même les réfractaires se prennent au jeu!

L’improvisation théâtrale : même les réfractaires se prennent au jeu!

limprovisation-theatrale--meme-les-refractaires-se-prennent-au-jeu

Répondre à une question imprévue, gérer un conflit dans son équipe, faire face à un client difficile... la journée d’un manager est pleine d’événements inattendus. Et c’est sa capacité à les gérer qui fait la différence. Scène Expériences apprend aux cadres à utiliser les techniques d’improvisation théâtrale, appliquées au monde de l’entreprise. Pour vous, Cadremploi a testé l’impro.

Le théâtre et moi cela fait deux. Et la perspective de parler sur scène ne me séduit absolument pas. C’est donc avec un certain scepticisme que je me suis rendue à un cours d’improvisation théâtrale appliquée à l’entreprise. Le concept a été développé par Laurent Pewzner, comédien professionnel et fondateur de Scène Expériences.

L’improvisation… ne s’improvise pas justement. Pour être en mesure de réagir au quart de tour, les comédiens qui pratiquent cette forme de théâtre ont intégré un certain nombre de mécanismes, qui leur permettent de jouer une pièce qui n’a jamais été écrite.

Ce que propose Scène Expériences, ce sont des ateliers particulièrement ludiques, qui permettent de découvrir ces mécanismes. Au fil de l’expérience, on se rend compte que l’improvisation fait écho à de très nombreuses situations professionnelles.

Trois choses que j’ai apprises au cours de cet après-midi :

-  Pour vraiment « performer », il faut être détendu(e)

-  L’écoute est la qualité la plus importante

-  On travaille beaucoup mieux en équipe en étant dans l’acceptation de l’autre

Pour vraiment « performer », il faut être détendu

Le premier exercice consiste à énoncer un discours en face des autres stagiaires. Mon sujet est des plus simples : je dois raconter la recette de la mousse au chocolat. Evident en apparence, sauf qu’au fil de mon explication, le formateur me lance des mots incongrus : seringue, tarama, halogène…Charge à moi de ne pas me laisser déstabiliser et de les intégrer dans mon récit. A l’issue de l’exercice, je sens ma gorge se dénouer. Je ne redoute plus les interruptions. Au contraire, je m’appuis sur elles pour construire mon discours.

Je repense alors à ces présentations Powerpoint, à mon plan bien ficelé qui prend l’eau lorsque des collègues me posent des questions sur des sujets que je n'ai pas encore traités. Dans ces cas-là, il n’est pas rare que je perde le fil.

« Pour arriver à la ‘‘performance’’, il faut arrêter de se juger, se détendre et arriver à prendre du plaisir dans ce que l’on fait, explique alors Laurent Pewzner. C’est vrai pour un comédien, mais également en entreprise. Quand une personne est détendue, elle va plus facilement s’adapter au rythme de ses collègues, tout en gardant sa cohérence. L’improvisation permet de prendre conscience de ce mécanisme ».

L’écoute est la qualité la plus importante

Deuxième exercice. Cette fois, nous travaillons en binôme. Mon partenaire se lance dans un discours en « gromlo » (une langue qu’il invente entièrement), pendant que je dois traduire ses propos au public. Ici, l’écoute et l’observation de l’autre sont indispensables. Ton, rythme, posture, position des mains… ce sont ces signaux qu’il faut détecter pour décrypter l’intention de l’autre.

« Etre à l’écoute et savoir décrypter ce que veut dire son interlocuteur, c’est primordial pour un commercial par exemple », illustre Laurent Pewzner, qui propose régulièrement ce type d’exercices dans le cadre de formations à la négociation. 

On travaille beaucoup mieux en équipe en étant dans l’acceptation de l’autre

Troisième exercice, encore en binôme. Cette fois, le formateur me demande d’incarner un personnage de mon choix. Mon partenaire fait de même. Nous ignorons tous les deux le personnage de l’autre. Et pourtant, au « top », nous devons jouer ensemble. Inventer une histoire dans l’instant.

« Dans ce type d’exercice, il faut accepter immédiatement le personnage de l’autre et commencer à construire ensemble une histoire », explique Laurent Pewzner. Dans le monde de l’entreprise, cela se traduit par le fait d’avoir une posture bienveillante vis-à-vis de ses collègues ou de ses clients, afin d’être dans la construction plutôt que dans la confrontation.

L’après-midi se termine par une mise en situation beaucoup plus proche de la réalité d’une entreprise. J’interprète un manager qui doit recadrer un membre de son équipe. Avant de commencer, le formateur nous donne une trame précise qu’il faut respecter et quelques conseils. Sur le papier, tout semble simple, mais dans les faits, même si je sais que je suis en train de « jouer », pas évident de ne pas se laisser gagner par ses émotions. « Savoir utiliser ses émotions, c’est une vraie qualité chez un manager, mais il faut savoir les contrôler, pour les doser et l’improvisation est une discipline qui permet de travailler ce sujet », précise Laurent Pewzner. 

Bilan de l'expérience

L’improvisation, c’est du concret. On ressort d’une formation avec une série d’astuces, de « clés » comme dit Laurent Pewzner, qui peuvent nous aider au quotidien : en entreprise comme dans sa vie privée. L’improvisation a aussi le mérite d’être ludique. On prend véritablement du plaisir à « jouer »… même quand on pense qu’on n’est pas fait pour le théâtre.

Reportage qui explique ce qu’est l’improvisation théâtrale

Marion Senant © Cadremploi.fr

6

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

nouchka

26/01/2014

à 15:32

C'est a l'Élysée qu'il faut aller.

> Répondre

Dom55

26/01/2014

à 09:08

Et notre belle société n'en peux plus d'inventer des méthodes toutes plus loufoques les unes que les autres pour "adapter" les rapports humains.

Si seulement on apprenait aux gens à vivre ensemble, mais ça c'est trop compliqué.

Mieux vaut mettre en place des hiérarchies sophistiquées (chef, sous chef, sous chef adjont...etc...) ou chacun doit sa place à un autre et ou tout ceux en bas n'ont qu'à la fermer et subir.
Pas ça qui améliore les performances de la boite, mais finalement c'est pas l'objectif.

> Répondre

Eug

25/01/2014

à 18:59

Panier

25/01/2014

à 14:42

Sauf que l'on oublie que le "management" ce n'est ni de l'imprévu, ni de l'improvisation mais peut-être de l'anticipation...

Mais comme de toute façon il n'y a pas de cours de "management" humain dans les écoles dites de "management"...

> Répondre

Ricloune

25/01/2014

à 11:15

Manager c'est d'abord écouter, puis avoir le courage de ses décisions autant auprès de ses collaborateurs que de sa hiérarchie.
Le reste c'est du pipeau.

> Répondre

lulu008

24/01/2014

à 10:02

Quand on connait le nombre de comédiens à oscariser chez les cadres, nul doute que certains y on prit du plaisir.....

> Répondre

+