1. Accueil >
  2. Formation >
  3. Management / Développement personnel >
  4. Managers : apprenez à gérer vos émotions

Managers : apprenez à gérer vos émotions

managers--apprenez-a-gerer-vos-emotions

Régis Delanoë

09/01/2017- réactualisé le 05/09/2017

Le manager n’est pas une machine dénuée de sentiments : c’est à partir de ce constat qu’une foule de formations professionnelles sont proposées autour du thème de la gestion des émotions. Quel est leur contenu ? Quels problèmes peuvent-elles résoudre ? En quoi la gestion des émotions est une problématique majeure pour les managers ? Les réponses des experts.

Des formations sur l’intelligence émotionnelle

Dans la majorité des instituts de formation, ce qui concerne la gestion des émotions est regroupé autour d’une même rubrique thématique : l’intelligence émotionnelle. Manager par l’intelligence émotionnelle, Maîtriser ses émotions pour être plus efficace, S’appuyer sur son intelligence émotionnelle pour bien manager, Mieux manager grâce à l’intelligence émotionnelle : autant de programmes où il est question de ses sentiments au travail, de savoir comment les détecter et quoi en faire. « Au cours de ces formations, nous partons d’un postulat essentiel mais pas toujours reconnu de prime abord par les managers : ils ne peuvent pas laisser leurs émotions au vestiaire. Ce n’est pas en les niant qu’elles vont disparaitre et qu’on va résoudre les problèmes, bien au contraire », pointe Alain Duluc, de l’expertise Développement personnel appliqué chez Cegos. Le terme intelligence émotionnelle doit être décrypté : c’est bien que les émotions ne doivent pas être subies par la personne mais appréhendées avec intelligence. Alain Duluc poursuit : « Les formations sur cette thématique servent d’abord à cela : faire comprendre aux managers qu’ils doivent détecter leurs émotions pour mieux les utiliser car elles ont une fonction. » Exemple ? Avoir le trac est une émotion qui se situe sur l’échelle de la peur et, si elle est détectée et apprivoisée, peut être utilisée pour solliciter une forte concentration avant un événement important comme la conduite d’une réunion.

>>Retrouvez nos formations pour apprendre à gérer ses émotions

 

Des outils pratiques pour mieux gérer ses émotions

Se former à gérer ses émotions, c’est confronter les points de vue entre participants sur des cas concrets, à la manière de feedbacks. C’est aussi apprendre à utiliser au quotidien des outils de langage pour que ces émotions ne soient pas mal interprétées. Ingrid Bermont-Thommerel, formatrice chez Demos, préconise ainsi de mettre en application la technique dite des 4 S : situation, suite, sentiment et sens. « Prenons l’exemple d’un manager qui voit monter en lui la colère face à un collaborateur qui n’arrive pas à l’heure au travail. Plutôt que d’exploser et de lui adresser des paroles agressives telles que "tu es toujours en retard", il va centrer ses émotions sur l’objectif à atteindre, qui est que le collaborateur prenne conscience qu’il faut qu’il arrive à l’heure. Il applique les 4 S. » Situation : partir de faits concrets (« hier tu es arrivé à 9h15 au lieu de 9h, lundi 9h10 », etc.). Suite : ce que cela implique (« c’est démotivant pour le reste de l’équipe »). Sentiment : donner son ressenti (« j’ai le sentiment que tu le fais exprès, parlons-en »). Sens : expression de son souhait (« à partir de demain je te demande de respecter les plages horaires »). « Ce type d’exercice permet d’exprimer ses émotions tout en étant en cohérence avec ses objectifs managériaux », fait remarquer Ingrid Bermont-Thommerel.

 

La gestion des émotions, un enjeu majeur pour le manager

Les managers sont-ils plus soumis que d’autres salariés à l’enjeu de la gestion des émotions au travail ? « C’est en tout cas un enjeu majeur pour eux, répond Clarisse Gilbert, ingénieur pédagogique chez Orsys. Des formations spécifiques aux managers en la matière existent d’ailleurs, notamment celle sur le lâcher-prise : comment je gère mes émotions non seulement pour moi-même mais aussi au regard de l’autre, de sorte que par exemple je ne contamine pas mes collaborateurs de mon propre stress. » Lâcher prise, ou prise de recul, se travaille sur des mises en situation par ateliers de prises de paroles et jeux de rôle. « Certains managers peuvent penser qu’ils ne doivent pas montrer leurs émotions pour rester dans une posture d’autorité mais c’est faux, insiste également Tatiana Marot, de l’institut EFE. En formation, on travaille aussi sur cette idée reçue, en conseillant notamment aux managers d’aller sur les faits pour affirmer sans agressivité. » Exemple : plutôt que d’accuser un collaborateur nommément pour son dilettantisme, mieux vaut lui faire part de votre mécontentement par un exposé de ce que ce dilettantisme a pu impliquer en matière de non-respect de ses engagements sur une mission donnée. Vos émotions seront ainsi exprimées de manière objective et peuvent donc être plus facilement entendues.

 

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Olivier DEROY

15/01/2018

à 11:30

Il m’apparaît indispensable, que chaque manager fasse des formations sur le management d'une part, mais aussi sur le développement personnel.
Certaines démarches permettent par exemple d'analyser comment on fonctionne. Guy parle de cerveau "reptilien".
En effet l'analyse biostructurelle permet de se positionner par rapport aux 3 "modes" dans lesquels nous fonctionnons, et d'identifier ses dominantes entre le cerveau "reptilien", le système limbique, et le néocortexe. En fonction de ces dominantes, on voit comment notre cerveau influe sur notre comportement.

> Répondre

Frédéric LALOYEAU

07/09/2017

à 15:24

Connaître et bien gérer ses propres émotions devrait également permettre de mieux comprendre et gérer celles de ses collaborateurs.
A partir d'un certain niveau de responsabilités, le manager possède de par ses expériences suffisamment de savoir technique, de savoir-faire en management "classique", de connaissances "métier", .... mais effectivement peut manquer (parce qu'il n'a pas pris le temps de s'y intéresser) de savoir-faire comportemental, dont la gestion des émotions.
C'est un sujet encore tabou, qu'il faudrait oser davantage aborder avec ses collaborateurs (et son patron), en se faisant aider par des spécialistes.
J'ai exercé plus la majorité de ma carrière à l'étranger et s'ajoute les différences culturelles. Distinguer émotions personnelles et traits culturels, pas facile.

> Répondre

En réponse à Frédéric LALOYEAU

Stéphane A

19/01/2018

à 11:52

Et devenir Manager à 30 ans ou le devenir à 40 ou 45 ans n'est sans doute pas la même chose.

> Répondre

Guy M

12/01/2017

à 10:08

les émotions ne se contrôlent pas car elles proviennent du cerveau dit "reptilien". Essayer de les refouler est une perte de temps. Tout ce que l'on peut faire c'est passer du temps sur la perception ce ces émotions, les comprendre et faire de l'auto empathie, puis essayer de gérer au mieux les réactions qu'elles provoquent sur notre attitude.

> Répondre

En réponse à Guy M

Ovandewalle@rbcformation.com

05/02/2017

à 17:51

Une émotion ! Cela se reçoit! Je peux essayer de m expliquer ce qui se passe en moi! En quoi cela me dérange ou pas! Et je peux surtout la verbaliser à l autre! < je suis inquiète, énervé , en colère.... ou je suis ravi, content...> cela humanise la relation ! Essayez! Vous me direz!

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte