Cadremploi.fr  > Formation > Management / Développement personnel > Quand la formation continue, pour les managers

Quand la formation continue, pour les managers

quand-la-formation-continue-pour-les-managers

Comment, aujourd'hui, les managers sont-ils formés en entreprise ? Essentiellement, encore, via le plan de formation mis en place par l'employeur. Le droit individuel à la formation, encore peu utilisé, gagne du terrain.

On dit que la France est à la traîne en matière de formation continue ? Pas les cadres, qui sont les plus gros consommateurs de formation continue (ils bénéficient d'un taux d'accès de 60%) devant les employés et les ouvriers. Côté thématiques, le management et la gestion arrivent en tête des formations les plus demandées. Parmi les études de référence sur le sujet, Quand la formation continue, du Céreq , que les experts du Centre d'études et de recherches sur les qualifications sont en train d'actualiser. Ces derniers y dressent, même, le portrait robot du manager bien formé : un cadre de moins de 50 ans, travaillant dans une grande entreprise, par exemple, une grande banque.

Ce n'est pas exactement vous ? Pas de problème, la « formation tout au long de la vie » se démocratise. Aujourd'hui, on ne s'y engage plus seulement pour décrocher une augmentation ou une promo, et les sessions se sont de plus en plus courtes. « La principale motivation qui préside à l'acte de formation est la volonté d'être plus à l'aise ou plus efficace dans son travail », précise Michel Théry, directeur du département formation et certification du Céreq.

Profitez de votre DIF !

Lorsqu'ils recherchent l'excellence, pour s'assurer une bonne place dans la course à la performance managériale, les cadres visent les formations diplômantes d'excellence de type MBA et mastères spécialisés, rapidement monnayables sur le marché de l'emploi.

Plus accessible, entre ces formations haut de gamme et à côté du plan de formation de l'entreprise, il y a le DIF (Droit individuel à la formation). Ce dispositif, lancé il y a sept ans, fait des apparitions encore timorées au moment de l'entretien annuel. 5% des cadres seulement utiliseraient leur DIF ! « La majorité des actions de formations émanent de l'employeur et entre donc, dans ce cadre, dans le Plan de formation de l'entreprise », observe Christophe Boisseau, de l'institut de formation IGF CNOF.

Formations relationnelles et comportementales

Pour autant, il y a une « montée en puissance des DIF, à l'initiative des cadres, sur les outils relationnels et comportementaux qui peuvent les aider à évoluer », affirme Annette Chazoule, spécialiste de la formation des managers au Cegos. Les cadres dirigeants en ont bien besoin : 60% avouent des difficultés dans le cadre de l'accompagnement du changement, par exemple dans le cadre de restructurations, si l'on en croit une étude récente de l'Observatoire du groupe de formation. Autre mise en avant : « Les problèmes relatifs à la vie relationnelle et émotionnelle de l'entreprise tels que les aspects liés aux risques psycho-sociaux », pour 58% des cadres dirigeants.

Affirmation de soi, Process communication, gestion des risques psycho-sociaux, prise de parole à travers le théâtre... A travers ces demandes de formations basées sur l'introspection, les cadres cherchent à développer leur « savoir-être », de plus en plus valorisé au travail. Notamment en temps de crise, « les cadres n'hésitent plus à mettre la formation au cœur de la négociation au moment de l'embauche, au même titre que la rémunération », observe Jean Chaillet, directeur général de CSP Formation, qui prédit que « dans quelques années, la formation sera devenue un véritable outil de fidélisation des cadres ».

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Forum du DIF

27/10/2011

à 15:24

Bonjour,

Il est important de communiquer sur le DIF en mettant l'accent sur deux points qui me semblent essentiels :

1) Il n'est pas possible de cumuler plus de 120 heures de formation (pour la plupart des salariés - cela peut être davantage selon les accords de branche) et à défaut d'utilisation en tout ou partie, les compteurs sont gelés. Or, c'est le cas pour tous les salariés en CDI à temps plein présents dans leur entreprise depuis 2004. Il est donc urgent pour eux qu'ils déposent des demandes (voir pour la rédaction des demandes: http://bitly.com/cSnq0v )

2) Il faut éviter d'utiliser le DIF durant une période de rupture du contrat de travail ou de portabilité.

En effet, durant l'exécution du contrat de travail, ce sont des heures que le salarié consomme quel que soit le coût que cela représente dès lors que l'employeur accepte. S'y ajoute la rémunération si la formation a lieu pendant le temps de travail ou une allocation de formation si elle a lieu hors temps de travail.

En cas de rupture ou de portabilité, ce ne sont plus des heures que le salarié consomme mais une somme d'argent censée représenter ces heures. Mais comme l'heure de formation ne "vaut" que 9,15 euros, la somme est souvent trop dérisoire pour financer une formation à hauteur du crédit d'heures réellement acquis (1098 euros pour 120 heures pour un salarié ayant atteint le maximum légal).

> Répondre

+