1. Accueil >
  2. Formation >
  3. MBA / MS / Masters >
  4. Choisir un MBA : les bonnes questions à (se) poser

Choisir un MBA : les bonnes questions à (se) poser

choisir-un-mba--les-bonnes-questions-a-se-poser

Cadremploi

05/04/2016

Faut-il privilégier un programme près de chez soi ? Comment le financer ? Autant de questions que de nombreux cadres se posent quand vient le moment de choisir un MBA. Mais peut-être faut-il réfléchir différemment... Trois responsables de programmes MBA nous éclairent sur les bonnes questions à se poser - et à poser aux écoles - pour faire le meilleur choix.

« La question du financement est parmi celles qui reviennent le plus souvent, et c’est parfaitement légitime », explique Marjolaine Briquet, responsable recrutement du MBA de l’EMLYON. Et pour cause : non seulement les participants devront débourser 40 000 euros, mais ils ne toucheront pas de salaire pendant l’année que dure ce MBA à temps plein. Même son de cloche à HEC, où le directeur des programmes MBA, Andrea Masini, explique : « Les possibilités de financement influencent énormément le choix. La moitié des participants de nos promotions MBA obtiennent une bourse, octroyée par HEC sur des critères de qualité du dossier, et non sur critères sociaux. »

Le prix ne devrait donc pas être l’argument décisif dans le choix de votre MBA : « Souvent, les candidats trouvent un programme en parfaite adéquation avec leur projet de carrière, et un autre un peu moins cher, mais qui leur correspond mois… La plupart choisiront le moins cher », témoigne Peter O’Connor, directeur pédagogique du Global MBA de l’ESSEC : « C’est le reflet d’un manque de vision à long terme. Ils achètent le mauvais produit ! » Pour Marjolaine Briquet également, « il ne faut pas choisir une école parce que vous avez 100 % de bourse. » Quitte à faire un emprunt supérieur…


Penser sur le long terme

Faut-il pour autant faire de savants calculs du retour sur investissement offerts par les MBA ? Pour Peter O’Connor, « La bonne question à se poser n’est pas "à quoi ressemblera mon salaire à la sortie du MBA ?" mais "à quoi ressemblera mon salaire dans 3 ou 4 ans ?" Beaucoup de gens associent la progression de carrière à une augmentation immédiate. Or, c’est le reflet d’une vision à court terme du MBA. »

Marjolaine Briquet aussi se montre prudente : « Je donne les statistiques sur l’augmentation de salaire avec beaucoup de précautions, pour ne pas donner de faux espoirs aux candidats - car chaque situation est différente. Ce qui est sûr, c’est qu’ils vont pouvoir changer de poste ou de secteur. » En d’autres termes, il ne faut pas envisager l’impact du MBA sous le seul angle de l’augmentation de salaire, mais bien sous celui du changement que l’on souhaite y apporter. « Je reçois beaucoup de candidats qui sont à un tournant de leur carrière. Par exemple, un ancien militaire qui souhaite se reconvertir dans le conseil... Le MBA va permettre ce changement », affirme Andrea Masini. « Trois mois après la sortie du MBA, 70 % de nos participants ont changé de poste, de pays ou d’industrie. »


Réfléchir aux conséquences sur sa vie familiale

Un changement qui va parfois au-delà de la sphère professionnelle. Il y a donc d’autres questions à se poser que celles du prix et de l’évolution de carrière, comme "suis-je prêt à m’investir suffisamment ?". Car « un MBA ne se passe pas uniquement en cours », prévient Andrea Masini.

Marjolaine Briquet regrette que « les candidats ne s’interrogent pas assez sur la très forte intensité du programme. Nous les mettons en garde, et il nous arrive même d’exagérer la charge de travail jusqu’à leur faire peur, pour être sûrs de leur motivation ».

Au-delà de l’impact sur la vie familiale en termes de disponibilité, « il y a aussi toute une partie de remise en question des choix que l’on a pu faire, bons ou mauvais… Ça remue pas mal, poursuit la responsable à l’EMLYON. Il y a beaucoup de divorces pendant les MBA, même si ce n’est pas quelque chose que les écoles aiment mettre en avant. ».


Bouger pour évoluer

Parmi les questions les plus fréquemment posées aux responsables des programmes se trouve aussi celle de la localisation du MBA, et de sa proximité avec le domicile du candidat. « Parfois, "J’ai une sœur à Lyon, elle peut m’héberger", ça fait la différence », explique Marjolaine Briquet. À HEC, les candidats posent aussi la question du logement : « Les trois-quarts des étudiants du MBA à plein temps habitent directement sur le campus, à Jouy-en-Josas, explique Andrea Masini, des places leur sont réservées dans les résidences ».

Un critère aussi déterminant que le prix du MBA pour les candidats, au grand dam de Peter O’Connor. « Les gens sont trop conservateurs ! Ils hésitent à se mettre en dehors de leur zone de confort. Certains candidats acceptent de faire un MBA aux États-Unis, mais pas en Chine, alors que le programme chinois pourrait mieux correspondre à leurs attentes ».


Un ressenti à ne pas négliger

L’une des clés d’un bon choix de MBA, au-delà des classements, c’est l’adéquation entre ses propres attentes et le contenu du programme. « Je pense qu’au niveau de l’insertion professionnelle, tous les bons MBA se valent », rassure Marjolaine Briquet. Le directeur pédagogique du Global MBA de l’ESSEC ajoute : « Ce que vous allez retirer d’un MBA vient pour 60 % des autres participants, et pour 40 % de l’école. Si je devais faire un MBA aujourd’hui, ma question principale porterait sur le profil des autres candidats, qui deviendront mes camarades de promotion. C’est vraiment l’une des questions-clé à poser ».

Et si malgré tous ces conseils, votre cœur balance encore, Marjolaine Briquet recommande d’être attentif à votre ressenti : « Il y a aussi une question de feeling qui ne doit pas être négligée dans le choix d’un MBA. Lorsque vous posez vos questions à un responsable de programme, choisissez quelqu’un qui va vous écouter et vous conseiller, pas quelqu’un dont vous sentez qu’il veut vendre son programme à tout prix… ».

 

 

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+