Travailler au Maroc

Cadremploi

À trois heures de vol de France, le Maroc ne manque pas d’atouts. Le dynamisme économique s’accompagne de conditions de vie agréables et d’une richesse culturelle à découvrir. Les travailleurs étrangers peuvent en outre bénéficier d’un pouvoir d’achat plus important qu’en Europe.

Conditions d’accès au travail au Maroc

Tout travailleur étranger doit s’enregistrer dans les 15 jours après son arrivée sur le territoire auprès du bureau des étrangers du commissariat de la province marocaine où il compte s’installer. En échange de copies certifiées conformes d’un contrat de travail, d’un contrat de bail et de quelques autres papiers d’identité et administratifs, il se verra remettre une carte de résident valable un an. Cette autorisation de séjour est renouvelable et précède l’obtention d’un permis de séjour valable 10 ans, qui peut se demander après 3 ans passés sur le territoire.

Le niveau de salaire

Grâce à la croissance économique actuelle du Maroc, le salaire minimum augmente de 5 à 10 % par an pour dépasser les 10 Dirham de l’heure (autour d’1 euro). Les salaires moyens évoluent en fonction des branches professionnelles, avec également des disparités ville/campagne. Si la norme tourne autour de 6 000 dirhams par mois, un cadre supérieur peut espérer gagner le double.

Le temps de travail et les congés

Le temps de travail maximum légal est fixé à 48 heures par semaine. Au-delà, le travail doit être comptabilisé en heures supplémentaires et majoré de 25 à 50 %. Concernant, les congés payés, tout travailleur au Maroc a droit à 1 jour et demi ouvrable par mois, auxquels s’ajoutent 13 jours fériés annuels.

Fiscalité : où payer ses impôts ?

Les étrangers travaillant au Maroc doivent y payer leurs impôts. La base imposable s’obtient par application d’un abattement de 40 % sur les sommes perçues. À partir de cette base est appliqué le barème d’imposition général sur les revenus, avec un taux nul pour les revenus les plus faibles et allant jusqu'à 42 % pour les plus élevés.

Les assurances sociales

Chaque salarié au Maroc est automatiquement affilié à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Les prestations familiales sont à la charge de l’employeur, avec un taux de cotisation de 7,5 % calculé sur le salaire brut mensuel du salarié. Il faut y ajouter une mutuelle, locale ou spécialement conçue pour les expatriés.

Le système de retraite

Le Maroc offre un système varié de régimes de retraite, avec des caisses obligatoires comme la Caisse marocaine de retraite (CMR) et des caisses facultatives, comme la Caisse marocaine interprofessionnelle de retraite (CMIR). Cette dernière offre des produits d’épargne retraite de capitalisation, qui viennent en complément des revenus perçus par la CMR.

Les secteurs qui embauchent au Maroc

Le Maroc est connu pour le florissant secteur des télécommunications et des centres d’appels. C’est aussi un pays où le tourisme, le commerce et la grande distribution connaissent un bon développement. Dans tous les cas, les travailleurs étrangers qualifiés peuvent vite obtenir des postes à responsabilité.

Bon à savoir

La langue officielle au Maroc est l’arabe, mais le français reste apprécié et largement utilisé dans le milieu économique et notamment dans celui des affaires. La connaissance de l’anglais et de l'espagnol est un atout.

Trouver du travail au Maroc avec le réseau international The Network

Pour consulter des offres d’emploi au Maroc, visitez les sites ExeKutive.biz et ReKrute.com.

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :