Travailler au Qatar

Publié le 02 janvier 2014 La rédaction Cadremploi

Avec l'un des salaires moyens les plus élevés du monde, le Qatar fait figure d'Eldorado pour un nombre grandissant de Français. Mais attention, de solides qualifications et la maîtrise de l'anglais – ou de l'arabe – sont des atouts indispensables pour se tailler une place dans le désert.

Conditions d'accès au travail au Qatar

Il est impératif d'avoir un permis de résidence et un visa de travail. Il faut dans un premier temps trouver un « sponsor », autrement dit un employeur local, car c'est lui qui initie la procédure auprès du ministère de l'Intérieur du Qatar. Il faut ensuite se rendre dans le pays avec un visa à entrée unique, valide au moins trois mois, pour procéder aux démarches administratives avec l'aide de l'entreprise d'accueil. Pour obtenir le visa, tests sanguins et radiographie des poumons sont obligatoires ainsi que le dépistage du VIH. En cas d'infection, c'est l'expulsion immédiate. Une fois les autorisations en poche, vous ne pourrez travailler que pour votre sponsor et cela pendant deux ans minimum. A la fin de cette période, votre employeur vous remettra un certificat de départ : le « Non objection certificate » (NOC). Vous pourrez ensuite changer de sponsor si vous le souhaitez.

Le niveau de salaire

Il n'existe pas de salaire minimum au Qatar. Cependant, l'absence d'impôt sur le revenu rend généralement les salaires très attractifs. En outre, de nombreux avantages viennent souvent compléter les salaires des expatriés : primes d'expatriation et de mobilité, logement de fonction,...

Le temps de travail et les congés

La durée légale du travail est de 48 heures maximum par semaine. Pendant l'été, il est interdit de travailler entre 11h30 et 15h en raison de la chaleur. La durée des congés est quant à elle variable. En général, les employés ont deux semaines de congés par an au minimum et une demi-douzaine de jours fériés viennent ponctuer l'année.

Fiscalité : où payer ses impôts ?

Il n'y a pas d'impôt sur le revenu au Qatar et la France a signé un accord de non double imposition avec ce pays. Il n'existe pas non plus de TVA, bien que son instauration soit en pourparlers. Les profits des entreprises étrangères ainsi que les revenus de source étrangère peuvent être taxés. Il faut se renseigner auprès du ministère des Finances qatari.

Les assurances sociales

Pour pouvoir bénéficier du système de santé public, il faut se procurer la « Health card ». Il suffit pour cela de se rendre dans un centre de soins muni des documents nécessaires : passeport, « Smart ID card » (carte d'identité locale), certificats de naissance et carnets de vaccination des enfants dans le cas échéant.

Le système de retraite

Il n'y a pas de système de retraite pour les expatriés au Qatar, hormis dans quelques grandes entreprises. Il faut donc se renseigner auprès de mutuelles pour expatriés afin de continuer à cotiser en France et préparer sa retraite.

Les secteurs qui embauchent au Qatar

Il y a des offres d'emplois dans tous les domaines au Qatar. Cependant, certains secteurs souffrent d'une pénurie de personnel qualifié et sont plus accessibles aux Français comme l'informatique, la finance, l'hôtellerie et la restauration, la construction, le personnel de maison et l'enseignement.

Bon à savoir

Pour diverses démarches, il est nécessaire d'obtenir une « Smart ID card », une carte d'identité locale. Pour s'informer sur les démarches à effectuer, obtenir la liste des pièces à fournir et en faire la demande, visitez le site du gouvernement qatari.

Découvrez également les conseils d'un spécialiste des pays du Golfe pour vous aider à vous adapter au monde du travail qatari.

Trouver du travail au Qatar avec le réseau international The Network

Pour trouver des offres d'emploi au Qatar, consultez le site Bayt.com.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :