1. Accueil >
  2. international >
  3. Fiches pays >
  4. Travailler en France

Travailler en France

travailler-en-france

02/01/2014

La qualité de vie de la France, son système social et l’attractivité de ses entreprises ne cessent de séduire les étrangers, malgré les difficultés d’obtention d’un visa de travail et son niveau d’imposition, parmi les plus élevés au monde.

Conditions d’accès au travail en France

La majorité des ressortissants de l’Espace Economique Européen peuvent librement travailler en France. Le travailleur étranger non-européen devra demander une autorisation de travail, formulée par son futur employeur auprès de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration), prouvant qu’il peine à recruter des salariés déjà admis sur le marché du travail français. En cas d’accord, le travailleur recevra un visa :

- « Salarié », s’il est embauché pour plus d’un an,

- « Travailleur temporaire » pour un contrat de moins d’un an, après validation de la Dirrecte (Direction régionale des entreprises, du travail et de l’emploi).

Le niveau de salaire

Le salaire minimum net est d’environ 1 100 euros mensuel, sur la base de la durée légale du travail. Il est réévalué tous les ans. En moyenne selon l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), un salarié en France gagne aux alentours de 2 000 euros net par mois, et presque 4 000 euros s’il est cadre. Les salaires se négocient toujours en brut, intégrant environ 22 % de charges sociales.

Le temps de travail et les congés

La durée légale du travail est fixée à 35 heures hebdomadaires, et jusqu’à 48 heures par semaine en cas d’heures supplémentaires, valorisées en salaire ou repos compensateur. Un salarié bénéficie de 2,5 jours de congés payés par mois et de 11 jours fériés par an.

Fiscalité : où payer ses impôts ?

Un salarié qui travaille sur le territoire est tenu de payer un impôt sur le revenu. Il recevra par courrier une déclaration d’impôts à renvoyer avant fin mai, puis un avis d’imposition à payer en septembre. La tranche d’imposition va de 5,5 % pour salaires les plus bas à 41 % pour les plus élevés.

Les assurances sociales

Les salariés cotisent à diverses caisses sociales, dont l’assurance maladie ou l’assurance chômage. En principe, un travailleur étranger est soumis au même régime de sécurité sociale qu’un Français, et bénéficie des mêmes droits en cas de perte d’emploi par exemple.

Le système de retraite

En contrepartie d’une cotisation salariale d’environ 7 % prélevée sur ses rémunérations, le salarié touche une pension, au plus tôt à 60 ans et au plus tard à partir de 70 ans. Un salarié étranger peut prétendre à la retraite française s’il a cotisé au minimum un trimestre. Au moins 160 trimestres sont toutefois nécessaires pour toucher une pension à taux plein.

Les secteurs qui embauchent en France

La France connaît une pénurie de main d’œuvre sur certains métiers dits « en tension », pour lesquels le recrutement de candidats étrangers est facilité. Les secteurs de l’informatique, la grande distribution et l’hôtellerie-restauration recrutent plus particulièrement.

Bon à savoir

Le coût de la vie est supérieur à Paris qu’en province : de 13 % en moyenne selon l’Insee. Celui du logement peut atteindre jusqu'à environ 50 % ! Cependant, les salaires parisiens sont également plus élevés, entre 10 et 30 % par rapport à des villes comme Strasbourg ou Bordeaux.

Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte