1. Accueil >
  2. international >
  3. Fiches pays >
  4. Travailler en Suisse

Travailler en Suisse

travailler-en-suisse

02/01/2014

Malgré un taux de croissance en baisse, la Suisse continue de séduire : plus de 200 000 Français y résident, auxquels s’ajoutent près de 140 000 frontaliers qui y travaillant en semaine. Les principales raisons du succès ? Un taux de chômage bas, un niveau de vie élevé et des salaires très intéressants.

Conditions d’accès au travail en Suisse

Si la règle des quotas d’étrangers travaillant en Suisse a disparu en 2007, il est obligatoire de posséder un permis de travail. Il en existe de quatre sortes :

- Le permis B de résidence longue durée, valable 5 ans, accessible aux personnes possédant un contrat de travail en Suisse d’une durée d’au moins 12 mois.

- Le permis L d’autorisation de courte durée, dont la validité est fixée par le contrat de travail dont la durée doit être comprise entre 4 et 12 mois.

- Le permis C d’autorisation d’établissement, pour une durée indéterminée. Il est accessible après avoir travaillé en Suisse au moins 5 ans.

- Le permis G réservé aux frontaliers, valable 5 ans. Il concerne les personnes ayant un contrat de travail en Suisse et ayant leur résidence principale en France (où elles doivent séjourner au minimum une fois par semaine).

Ces permis sont délivrés par l’office cantonal de la population, contre une indemnité comprise entre 65 et 90 francs suisses, une attestation d’emploi et une attestation de résidence pour le permis G. Pour plus d'informations sur les démarches : Office fédéral des migrations.

Le niveau de salaire

Le salaire médian brut mensuel tourne autour de 6 000 francs suisses, soit environ 5 000 euros. En comparaison, l’INSEE estime que le salaire médian en France se situe aux alentours de 1 600 euros. Par ailleurs, il n’existe pas en Suisse de salaire minimum général équivalent au SMIC. Néanmoins, de nombreuses branches professionnelles couvertes par des conventions collectives prévoient des salaires minimum.

Le temps de travail et les congés

La durée moyenne du travail hebdomadaire est de 42 heures et ne peut pas excéder de 45 à 50 heures, selon les branches professionnelles. S’agissant des congés, la durée annuelle légale est fixée à 4 semaines dans toutes les branches. Mais une 5e semaine est fixée par une majorité de conventions collectives.

Fiscalité : où payer ses impôts ?

Le système fiscal suisse est complexe, car il dépend du permis de travail, du salaire mais aussi du canton où le résident travaille. Pour les frontaliers, c’est en Suisse qu’il faudra payer ses impôts. Un cas particulier : si le résident travaille dans certains cantons comme Bâle, Berne ou Neuchâtel et qu’il réside quotidiennement en France, il dépend du système fiscal français. Sauf rares exceptions, les résidents étrangers bénéficiant d’un permis B ou L sont prélevés à la source. Le taux d’imposition varie entre 22,4 % et 42,3 %.

Les assurances sociales

Les résidents français en Suisse doivent obligatoirement souscrire à l’assurance maladie de base, la LaMal, complétée par une assurance maladie privée. Le travailleur frontalier a le choix de s’assurer sous trois régimes :

- sous le régime suisse LaMal,

- sous le régime français CMU (Couverture Maladie Universelle),

- sous le régime d’assurance santé privé pour frontaliers, adopté par 9 frontaliers sur 10.

Les résidents peuvent bénéficier de l’assurance chômage. Les frontaliers chômeurs sont indemnisés par la France en cas de chômage total et par la Suisse en cas de chômage partiel.

Le système de retraite

Le système de retraite repose sur trois piliers : une assurance vieillesse (AVS) obligatoire pour tout résident en Suisse, une prévoyance professionnelle obligatoire pour tous ceux qui y travaillent et une prévoyance individuelle facultative. L’âge légal de départ en retraite est de 65 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes, après respectivement 44 et 43 années de cotisation. La retraite anticipée peut se prendre à partir de 58 ans.

Les secteurs qui embauchent en Suisse

Il existe des perspectives d’embauche dans les secteurs de l’hôtellerie, la restauration, la santé et dans le tertiaire (banques, assurance, immobilier). Le personnel qualifié est également recherché dans l’industrie pharmaceutique, les biotechnologies et l’agroalimentaire.

Bon à savoir

Il existe quatre langues officielles en Suisse : l’allemand, le français, l’italien et le romanche. La langue utilisée dans le milieu professionnel est la langue du canton dans lequel l’entreprise se trouve. L’usage de l’anglais en complément se généralise également. La Suisse romande francophone, où réside la majorité des expatriés français, est située à l’ouest du pays.

Découvrez les conseils d'un spécialiste de la Suisse pour s'intégrer sur le marché du travail helvète.

Trouver du travail en Suisse avec le réseau international The Network

Pour consulter des offres d’emploi en Suisse, visitez le site http://www.jobs.ch/fr/.

Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte