Travailler au Danemark : le bonheur garanti ?

Publié le 07 août 2014 Pia Abildgaard

Arrivé en tête du fameux « World Happiness Report » des Nations Unies en 2012 et 2013, le Danemark fait figure de champion du bonheur toutes catégories. Une béatitude qui reposerait sur un égalitarisme poussé ainsi que sur une distinction vie privée/vie professionnelle très marquée.

L'égalitarisme danois trouve son fondement dans la philosophie du « Janteloven », sorte de code de conduite morale. Profondément inscrit dans la culture scandinave, le « Janteloven » est une somme de « commandements » gravitants autour de l’égalité et d’une certaine forme d’humilité. Parmi ces principes, on retrouve par exemple le « Tu ne dois pas croire que tu es quelqu'un de spécial ! ». De la même manière, le système scolaire cultive le développement personnel avant la course à la réussite : au Danemark la notion de « grande école » n’existe pas.

Esprit d’équipe : un groupe d’individus autonomes

Au travail, cette égalité se traduit par une structure hiérarchique plate : le manager se considère plus comme un coach qu’un dirigeant. Il est alors du devoir de chacun de transmettre un feedback régulier sur son travail permettant au manager de suivre l’évolution du projet. Ainsi, la culture professionnelle est très coopérative : le produit final résulte du cumul de toutes les tâches individuelles des employés. L’autonomie et l’indépendance sont très valorisées : chacun choisit la méthode la plus efficace lui permettant d’accomplir sa tâche.

L’ambiance de travail se caractérise par une atmosphère détendue afin que chacun puisse se concentrer sur les tâches et responsabilités plutôt que sur les titres des personnes. Ainsi chacun possède une réelle influence sur son travail qui est facilité par une communication au ton informel : au Danemark, la formalité est considérée comme de la condescendance.

L’individualisme combiné à l’égalitarisme a un impact important sur les réunions. A l’inverse de la France où il s’agit d’un endroit où des informations et des ordres sont transmis, au Danemark, la réunion est un lieu de discussion ouverte où chacun exprime ses opinions afin de trouver un consensus. Il est donc indispensable de bien structurer ses réunions afin de laisser de l’espace à chacun.

Rapport au temps : la ponctualité comme religion au Danemark

Le Danois conçoit le temps de manière très linéaire : chaque tâche est découpée en plusieurs entités qui devront successivement être réalisées. Ainsi il mettra un point d’honneur respecter les dead-lines, être à l’heure mais aussi partir à l’heure. Un Danois qui arrive en retard a le sentiment de faire perdre le temps à son interlocuteur et donc à lui manquer de respect. D’où l’importance absolue d’arriver à l’heure à vos rendez-vous.

Dans ce pays où le temps c’est de l’argent, il vous faudra adopter une attitude claire et précise. Pendant un rendez-vous d’affaires, soyez sûr d’apporter une proposition contenant le plus de détails possibles et d’avoir un objectif clairement défini. N’oubliez pas de convenir d’une nouvelle date dès la fin du rendez-vous.

Vie privée/vie professionnelle : l’équilibre indispensable des Danois

Au Danemark, le développement et le confort personnel sont recherchés : l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale est indispensable à la réussite d’une vie pour un Danois (ce qui explique pourquoi il n’est pas rare que les bureaux soient vides à partir de 16 heures).

Cette recherche de confort produit un système social très développé avec de nombreux services gratuits. L’atmosphère générale est paisible et très sûre : ne vous étonnez pas si des gens laissent leur bébé dans la poussette à l’extérieur du magasin lorsqu’ils font leurs courses !

Pia Abildgaard
Pia Abildgaard

Vous aimerez aussi :